Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    Maroc : Une entreprise sur cinq recourt au financement externe    BCP: Un résultat net part du groupe de 2,18 MMDH à fin septembre    La Société Générale Maroc s'allie à l'Université Mohammed V de Rabat    Arribat Center ouvre ses portes    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    La PME, une vedette en péril !    Un arbitre sud-africain pour Raja-Espérance sportive de Tunis    En hommage à Hassan II, le roi fait dons au mausolée Moulay Ali Cherif et la zaouïa Kadiria    La dynamique de l'écosystème automobile marocain saluée à Turin    Présentation du bilan d'étape du Plan stratégique 2017-2019 de l'AMMC    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Hay Mohammadi en fête    Le super exploit du TAS    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Commémoration aujourd'hui de la Journée mondiale des droits de l'enfant    Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Le roi nomme Chakib Benmoussa président de de la Commission spéciale sur le modèle de développement    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Hay Mohammadi en liesse : Le TAS réalise le premier exploit de son histoire    Insolite. Deux américains parviennent à transformer l'air...en vodka !    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Lâayoune Charkia: un policier dégaine son arme pour neutraliser un individu dangereux    Charte de déontologie de la presse    Le Maroc se prépare au grand froid    Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…    Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France    Aminux lance sa radio ?    Marrakech : Artcurial met en vente un chef d'œuvre d'Etienne Dinet    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 05 - 2019

Mohammed Chouika a mis en avant la nécessité, pour les sociétés arabes, de repenser leurs valeurs face aux mutations liées à la mondialisation et à la technologie.
A l'ère d'une société de plus en plus individualisée, les valeurs éthiques et morales se dissipent. D'où la question légitime de savoir «Quelles valeurs éthiques et morales pour un Maroc en mutation?». Telle a été donc la principale thématique discutée lors de la 49ème édition du cycle de conférences «Echanger pour mieux comprendre» organisée par la Fondation Attijariwafa bank le 16 mai 2019 à Casablanca. À l'occasion du mois sacré, cette 49ème édition a notamment évoqué la problématique du vivre-ensemble et des valeurs essentielles qui régissent notre société.
«L'un des défis majeurs qui se posera à nous lors des prochaines années est de concilier les exigences de la modernité et le respect de nos valeurs morales et éthiques. Pour préserver cette harmonie, deux questions essentielles s'imposent à nous : Quels sont les fondements du vivre-ensemble dans notre société ? Sur quelles valeurs morales et éthiques voulons-nous bâtir le Maroc de demain et cimenter notre tissu social ?», souligne Mouna Kably, responsable du Pôle Edition & Débats de la Fondation Attijariwafa bank prononçant le mot de bienvenue de Mohamed El Kettani, président-directeur général du Groupe Attijariwafa bank. Pour débattre de ce sujet, la Fondation a fait appel à Faouzi Skali, anthropologue et écrivain, Mamoun Lahbabi, écrivain, et Mohamed Chouika, professeur de philosophie et écrivain. Dans ce sens, Faouzi Skali a mis l'accent sur l'impact des mutations technologiques sur notre société qui incitent à repenser notre éthique.
Pour ce qui est des valeurs qui contribueraient à améliorer le vivre-ensemble, il a relevé l'importance de la connaissance de soi, la quête de la sagesse et de la spiritualité pour contrer cette nouvelle forme d'esclavagisme qui émerge des sociétés modernes et freiner l'exacerbation de l'égo et du matérialisme. Pour sa part Mamoun Lahbabi s'est arrêté sur la vanité qui bouscule les règles du vivre-ensemble, et sur l'urgence de nous accepter les uns les autres pour construire les liens au-delà de nos différences. «Vivre ensemble est une chance. Vivons-nous pour condamner l'autre ? À chaque jour suffit sa peine, faut-il y ajouter la haine ? Le genre humain est une chorale où chacun chante ses propres notes. Nous sommes nés pour vivre ensemble. Vous et moi sommes la condition l'un de l'autre, nous existons dans la réciprocité», explique-t-il. De son côté, Mohammed Chouika a mis en avant la nécessité, pour les sociétés arabes, de repenser leurs valeurs face aux mutations liées à la mondialisation et à la technologie. Pour lui, «l'école est en échec parce que la famille est en crise. Il nous faut donc donner naissance à une société basée sur de nouvelles valeurs et capable de s'adapter aux mutations mondiales. Pour cela, nous devons comprendre ces jeunes qui s'inspirent de leurs pairs partout dans le monde, et sont en rupture avec les modes de vie traditionnels imposés par les familles nucléaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.