Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Agression d'une Allemande à Tanger, le suspect arrêté    Vidéo. Sit-in de soutien aux professeurs suspendus    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 05 - 2019

Mohammed Chouika a mis en avant la nécessité, pour les sociétés arabes, de repenser leurs valeurs face aux mutations liées à la mondialisation et à la technologie.
A l'ère d'une société de plus en plus individualisée, les valeurs éthiques et morales se dissipent. D'où la question légitime de savoir «Quelles valeurs éthiques et morales pour un Maroc en mutation?». Telle a été donc la principale thématique discutée lors de la 49ème édition du cycle de conférences «Echanger pour mieux comprendre» organisée par la Fondation Attijariwafa bank le 16 mai 2019 à Casablanca. À l'occasion du mois sacré, cette 49ème édition a notamment évoqué la problématique du vivre-ensemble et des valeurs essentielles qui régissent notre société.
«L'un des défis majeurs qui se posera à nous lors des prochaines années est de concilier les exigences de la modernité et le respect de nos valeurs morales et éthiques. Pour préserver cette harmonie, deux questions essentielles s'imposent à nous : Quels sont les fondements du vivre-ensemble dans notre société ? Sur quelles valeurs morales et éthiques voulons-nous bâtir le Maroc de demain et cimenter notre tissu social ?», souligne Mouna Kably, responsable du Pôle Edition & Débats de la Fondation Attijariwafa bank prononçant le mot de bienvenue de Mohamed El Kettani, président-directeur général du Groupe Attijariwafa bank. Pour débattre de ce sujet, la Fondation a fait appel à Faouzi Skali, anthropologue et écrivain, Mamoun Lahbabi, écrivain, et Mohamed Chouika, professeur de philosophie et écrivain. Dans ce sens, Faouzi Skali a mis l'accent sur l'impact des mutations technologiques sur notre société qui incitent à repenser notre éthique.
Pour ce qui est des valeurs qui contribueraient à améliorer le vivre-ensemble, il a relevé l'importance de la connaissance de soi, la quête de la sagesse et de la spiritualité pour contrer cette nouvelle forme d'esclavagisme qui émerge des sociétés modernes et freiner l'exacerbation de l'égo et du matérialisme. Pour sa part Mamoun Lahbabi s'est arrêté sur la vanité qui bouscule les règles du vivre-ensemble, et sur l'urgence de nous accepter les uns les autres pour construire les liens au-delà de nos différences. «Vivre ensemble est une chance. Vivons-nous pour condamner l'autre ? À chaque jour suffit sa peine, faut-il y ajouter la haine ? Le genre humain est une chorale où chacun chante ses propres notes. Nous sommes nés pour vivre ensemble. Vous et moi sommes la condition l'un de l'autre, nous existons dans la réciprocité», explique-t-il. De son côté, Mohammed Chouika a mis en avant la nécessité, pour les sociétés arabes, de repenser leurs valeurs face aux mutations liées à la mondialisation et à la technologie. Pour lui, «l'école est en échec parce que la famille est en crise. Il nous faut donc donner naissance à une société basée sur de nouvelles valeurs et capable de s'adapter aux mutations mondiales. Pour cela, nous devons comprendre ces jeunes qui s'inspirent de leurs pairs partout dans le monde, et sont en rupture avec les modes de vie traditionnels imposés par les familles nucléaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.