Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 11 août à 18h    Bientôt une usine de production d'acide phosphorique à Jorf Lasfar    En soutien aux petites entreprises et au commerce : La BERD accorde un financement de 40 millions d'euros au Maroc    Mia la sainte, Mia « la salope »    Les joueurs du club tangérois en confinement : Le match IRT-RSB reporté à une date ultérieure    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Alerte météo : rafales et chute de grêle dans des régions du Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    Ça commence à bouger...    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le confinement fait son œuvre sur l'art de Yassine Guedira
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 07 - 2020

Il est également auteur et poète : Le confinement a été une bonne aubaine pour l'artiste-peintre marocain Yassine Guedira.
Il en a tiré profit pour créer des œuvres inédites. «Je me suis senti dans un état qui m'a poussé à revenir à l'art plastique qui dépend de l'humeur de l'artiste», exalte-t-il. En fait, cette discipline remonte, chez lui, à des études au lycée. «J'ai un baccalauréat en art graphique», remonte-t-il le temps en rappelant que ce diplôme, décroché à Rabat, date de trente ans. Quant à son art abstrait, il le définit comme un «miroir» qui reflète son humeur actuelle. «Comme je suis, en Belgique, loin de mes parents âgés et seuls au Maroc et que je n'ai pas le moyen de les voir, je me suis senti un peu mélancolique. L'art est, pour moi, un exutoire tout comme la poésie, l'écriture de romans ainsi que la lecture», confie l'artiste maniaco-dépressif souffrant de trouble bipolaire depuis longtemps. A propos de ses toiles, il indique que celles-ci sont meublées de formes humaines et de prises de vue.
D'ailleurs, sa nouvelle collection s'intitule «Regards». «J'essaie prendre des regards instantanés et de les reproduire à ma façon», précise-t-il. Concernant la peinture qu'il utilise, il indique recourir à l'acrylique. «Il faut être clément avec la nature. C'est pourquoi je privilégie des matériaux qui respectent l'environnement», détaille-t-il en rappelant avoir précédemment eu recours à la peinture à l'huile. Cela étant, l'artiste-peintre envisage de révéler ses œuvres au grand jour. «Dès que j'aurai atteint une trentaine ou une quarantaine de toiles, j'exposerai mes toiles soit en Belgique, en France ou au Maroc. Je vais bientôt commencer à entretenir une communication directe avec des galeristes dans ce sens», avance-t-il. Déjà, il a ses œuvres en 2011 à Rabat. Et ce n'est pas tout ! M. Guedira est également poète et auteur. Il vient de terminer deux livres. Le premier étant un recueil de poèmes intitulé «Sens et contresens». Au moment où le deuxième est une publication satirique appelée «Blague à part» qui recueille, selon ses dires, «300 boutades».
Outre ces œuvres littéraires, l'écrivain, également traducteur et professeur de langues, qui parle l'arabe, le français, l'espagnol, l'italien, le néerlandais et l'anglais, a déjà publié le roman «Deo Ignoto I, Le repentir d'Ismaël» et le recueil de poèmes «Rêves vendus» qui lui a valu de remporter le Prix 2M pour la création littéraire. Au-delà de cette compétition, M. Guedira est un passionné du verbe. Un amour qu'il doit à son père savant et homme de lettres. Tel père, tel fils !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.