Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    Météo : temps chaud, averses et passages nuageux ce dimanche    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    Vidéo : Manifestations explosives contre les pouvoirs en place    Le député M'jid El Guerrab: « Le nombre de décès au Maroc demeure presque 100 fois inférieur par rapport à la France »    La Botola a désormais un nouveau leader    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Coronavirus : record de 1345 cas positifs au Maroc ce samedi    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    Berkane s'offre le WAC    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 07 - 2020

Il participe à la première exposition virtuelle arabe
Après son confinement à Paris, l'artiste-photographe marocain Hamza Mehimdate participe à la première exposition virtuelle arabe. Ce show de toiles, rassemblant 120 artistes du Maroc, d'Egypte et d'Irak, est initié par l'association Maroc Photo, l'association irakienne pour la photo et le club égyptien «Adassa» (Zoom).
L'artiste y expose une photographie capturée, comme il le précise, «devant le Louvre en France». Un pays où il est parti à la recherche de nouvelles perspectives artistiques.
Avant de se consacrer entièrement à son art, Hamza Mehimdate était photographe de presse. Il a notamment travaillé pour le compte de l'agence Maghreb Arabe Press en tant que pigiste pendant deux ans.
A propos de sa démarche pour prendre des photos artistiques et celles de presse, il indique qu'il y a une «différence». «Cependant la photo de presse peut avoir une touche artistique. C'est ainsi qu'elle peut s'exprimer davantage sur le sujet qu'elle illustre sans besoin de commentaire», indique-t-il. Quant à celle artistique, elle reflète, à son sens, «une émotion voire une dimension philosophique».
Pour l'heure, l'artiste s'intéresse à tous les genres de photographies artistiques. «Je ne veux pas me spécialiser ou me confiner dans un style déterminé», détaille l'artiste qui prend l'appareil photo pour une deuxième moitié.
Et ce n'est pas tout ! «La majorité écrasante de mes photos n'a jamais été retouchée sinon elles perdront de leur valeur», tient-il à préciser en rappelant que sa manière de prendre des photos est dynamique.
A propos de sa prochaine exposition, qui comprend, entre autres, ses autoportraits pendant le confinement dans l'Hexagone, il annonce qu'il «préfère les exposer en présentiel après le retour à la normale». Par l'occasion, l'artiste ne manque pas de remonter à son expérience en France. «J'ai souffert pendant la première semaine du confinement. Il est difficile de m'enfermer en tant qu'artiste», avance-t-il.
Aussi, le photographe ne s'empêche pas de livrer ses regards sur la photographie au Maroc. Pour lui, le pays a réalisé un «saut qualitatif» dans ce domaine. «Cependant, les responsables de la culture doivent donner une chance aux jeunes artistes.
D'ailleurs, le Souverain n'a jamais cessé d'appeler à offrir des opportunités aux jeunes», martèle-t-il en s'exprimant sur les raisons de son départ pour la France. «Au-delà de la recherche de soi, j'ai migré vers ce pays pour y trouver des projets artistiques destinés à l'appui de la photographie artistique», explicite-t-il en évoquant les pressions qu'il a subies en journalisme et qui l'ont impacté psychiquement. Aussi, il faut, à son sens, développer la culture de la photo au Maroc. «Il n'y a pas de compétitions dédiées à cet art dans le Royaume», estime le photographe qui indique également avoir soumissionné au soutien consacré par le ministère suite à la crise sanitaire. «Les artistes ont également le droit de bénéficier du Fonds Covid-19, ce n'est encore pas le cas pour nous», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.