Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    PLF 2021 : L'immobilier, un secteur abandonné...par le gouvernement    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Météo: formations brumeuses et temps frais ce mardi    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Ahmad Ahmad lourdement sanctionné par la FIFA    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Stratégie nationale de vaccination anti-Covid19 : Ait Taleb fait le point    Coronavirus au Maroc: la situation lundi 23 novembre    Hooligans : Interpellation de 13 supporters de football à Casablanca    Après Agadir, une autre ville mise sous cloche    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Digitalisation de l'agro-industrie, une réponse agile à la crise sanitaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 10 - 2020

Elle garantit aux industriels compétitivité et performance
Outil majeur d'amélioration de la performance industrielle, la digitalisation s'impose aujourd'hui comme un levier d'amélioration de la productivité, notamment dans le contexte actuel où l'enjeu de la diversification et de la conquête de nouveaux marchés est de plus en plus récurrent. Bien que l'industrie marocaine ait amorcé ce virage digital depuis quelques années, les acteurs de cet écosystème observent un développement à deux vitesses. Si des secteurs tels que l'aéronautique et l'automobile ont réussi leur transition, d'autres devraient s'orienter davantage vers le digital pour maintenir leur niveau de performance et assurer la création pérenne de l'emploi. «La digitalisation est la pierre angulaire de la transformation en profondeur de toute industrie et plus particulièrement au Maroc. Il faut démystifier cette notion pour permettre aux industriels de gagner en productivité et se maintenir dans cette compétition mondiale axée sur la compétitivité et sur la performance de l'outil industriel», explique dans ce sens Ali Seddiki, directeur général de l'industrie auprès du ministère de l'industrie, du commerce, de l'économie verte et numérique, lors de son intervention dans un webinaire traitant de la transformation digitale dans le secteur de l'agroalimentaire.
Au moment où l'agro-industrie se montrait moins prédestinée à entamer cette rupture, la digitalisation devient de plus en plus prépondérante dans ce secteur, notamment dans ce contexte exceptionnel qui a mis en avant le caractère stratégique de l'agroalimentaire. «L'outil digital s'est présenté comme la réponse à l'agilité qui devait être développée en cette période», indique M. Seddiki. Et d'expliquer que «pour assurer la sécurité alimentaire du pays, il y a un travail sur l'amont qui est évident. La meilleure connexion entre l'amont et l'aval se fera par la digitalisation accrue des procédures».
En vue d'atteindre une optimisation extrême et un rendement maximum des parcelles agricoles, le responsable ministériel indique, dans ce sens, que les opérateurs mènent un travail accru allant de la détection climatique, passant par l'analyse des sols, jusqu'à l'élaboration du produit. «Nous arrivons aujourd'hui sur des marchés qui sont captifs au niveau de l'amont pour le Maroc. Pour y accéder, il faut être bien équipé pour être en mesure de répondre aux différentes caractéristiques de ces nouveaux marchés. On aura besoin de logiciels pour trier les légumes, des lignes automatisées et de capteurs qui vont permettre de réduire les taux de pertes de façon considérable», peut-on déduire du directeur général de l'industrie.
Notons que la transition digitale dans le secteur agro-industriel est à la fois portée par la stratégie industrielle et celle agricole. La vision étant de développer un outil plus intelligent et agile qui induira des gains de productivité et par conséquent fera émerger une nouvelle classe moyenne rurale. Pour mener à bien cette transition, l'enjeu étant de faciliter l'accès à cette population aux technologies nécessaires. «Il existe différents degrés et niveaux de digitalisation. Il y a des choses qui peuvent se faire avec peu de moyens et un bon accompagnement pédagogique moyennant un appui de l'Etat de sorte à permettre aux petites structures de se digitaliser et rendre l'intégralité de l'industrie alimentaire résiliente».
Il est à rappeler que l'Etat dispose d'ores et déjà de mécanismes encourageant l'industrialisation des entreprises marocaines. Citons à cet effet le programme Mouakaba, mis en place par Maroc PME, permettant aux PME industrielles d'aller chercher une aide en expertise technique ou un accompagnement sur investissement pour digitaliser l'entreprise.
De même, l'Agence du développement digital (ADD) se penche en partenariat avec des instituts de recherches et établissements universitaires sur la mise en ligne d'un site éducatif «4.0» qui permettra aux industriels de toucher de plus près les avantages de la digitalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.