Soutien renouvelé et élargi en faveur de l'intégrité territoriale du Maroc    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    La CSMD consulte les partis pour développer une vision commune    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Affaires Radi-Raissouni : devant un parterre de personnalités diplomatiques, Aïcha Guellaa dénonce les pressions et les interférences    Libye: Washington exige le retrait des forces étrangères, avant un sommet international    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    Audi Q2 . La version restylée débute sa carrière au Maroc    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Managem/Guinée: Démarrage de la mine d'or de tri-K    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Publication de l'arrêté portant organisation de l'année scolaire 2021/2022    Lancement des célébrations du centenaire de la présence diplomatique suisse au Maroc    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Production de sacs en plastique: Saisie de plus de 18 tonnes dans une usine clandestine à Nouaceur    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Un vol de Ryanair decolle sans ses passagers marocains    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    Mali: six ans plus tard, les accords d'Alger en échec    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cette souffrance silencieuse et invisible de notre jeunesse
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 05 - 2021

Dans ma chronique de la semaine dernière j'évoquais les pistes proposées par de jeunes militants associatifs pour re-dynamiser le tourisme dès cet été.
Je voudrais cette semaine poursuivre dans cette voie et lister les idées portées par ces jeunes afin de lancer un «plan» visant à mettre le pied à l'étrier des jeunes victimes d'encore plus d'exclusion, d'encore plus de marginalisation, d'encore plus d'oisiveté durant cette dure période de confinement.
Nombre de jeunes «journaliers», nombre de jeunes de quartiers populaires, nombre d'étudiants qui tout au long de l'année trouvaient tant bien que mal des moyens honnêtes de subvenir à leurs propres besoins, ont été victimes collatérales du virus – peut-être encore plus que d'autres, car déjà en situation de précarité.
Je ne parlerai pas ici des jeunes travailleurs ayant perdu leur emploi pour cause de pandémie car ministère de l'emploi, Anapec, CGEM et autres organismes dédiés, doivent théoriquement s'être déjà attelés à la tâche, je souhaite évoquer ces jeunes dont personne ne se préoccupe, qui ne dépendent d'aucune structure (quoi que) et qui déjà en temps normal doivent compter d'abord sur eux-mêmes.
La crise qu'ils connaissent est d'autant plus profonde et douloureuse qu'elle est invisible, silencieuse et risque bien évidemment de s'exprimer d'une façon ou d'une autre lorsque confinement et couvre-feu sauteront, comme lorsque l'on retire le couvercle d'une cocotte minute sur le feu.
Sans même bien sûr parler des inévitables dégâts psychologiques, familiaux, personnels qu'auront causé ces 15 mois «hors-la-vie», sur notre jeunesse : sans moyens de subsistance, sans sport, sans culture, sans évasion possible, emprisonnés dans un confinement de quelques mètres carrés, au sein d'une famille omni-présente, où fumer une cigarette, se retrouver entre amis, vivre leurs relations amicales et amoureuses est devenu irréalisable. Il est urgent que toutes les structures capables de se pencher sur ce phénomène destructeur le prennent à bras le corps : Conseils d'élus (communaux, régionaux, du tourisme...), ministères, wilayas, préfectures, ONG, associations, fédérations sportives, centres culturels ... tous doivent lancer un grand plan d'emplois / loisirs/ culture / sport/ jeunesse, pour l'été afin de (re)donner de l'oxygène, sur tous les plans, à notre jeunesse. Sincèrement ne pas s'y atteler serait irresponsable car tout comme lutter contre le virus, il s'agit ici de sauver des vies : les tentatives désespérées d'immigration clandestine, les suicides, la fuite en avant dans la drogue, les psychotropes...ont sûrement fait autant de victimes que la Covid elle-même.
Les pistes ne manquent pas, les idées non plus, les propositions novatrices, les créations de filières...se bousculent dans la tête de ces jeunes : il suffit de s'asseoir avec eux, de les écouter, de faire avec eux le tri de ce qui est réalisable, de les épauler, pour d'ici l'été mettre en place des filets de sauvetage pour les jeunes en déshérence, je n'ai pas voulu employer le mot désespoir, car l'espoir demeure vif chez eux.
L'animation des plages, l'animation des quartiers, l'aménagement d'espaces réservés aux jeunes artistes des rues, l'installation de kiosques, l'utilisation intelligente des jeunes maîtrisant les langues étrangères, la gestion des terrains de sport de proximité, des maisons de jeunes -confiée à des jeunes- les services aux personnes, la multiplication de colonies de vacances, de centres de loisirs pour ados, de chantiers de jeunesse...sont quelques unes des pistes abordées par les jeunes bénévoles du terrain lorsque l'on fait d'eux des interlocuteurs, il est plus qu'urgent de leur donner les moyens d'en être les acteurs.
Toutes les villes, toutes les régions doivent y consacrer un budget, c'est une œuvre de salubrité publique, cela a un coût certes mais restons sans rien faire et alors nous verrons le coût humain !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.