L'UIR renforce sa coopération avec l'université des sciences juridiques et politiques de Bamako    Ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert : Nous soutenons l'entrée du Maroc au Cedeao    Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    Les régions montagneuses se préparent à lutter contre les effets du froid    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Le Maroc signe la Convention révisée sur la reconnaissance des diplômes et autres titres de l'enseignement supérieur    AFRIQUIA met à la disposition du Hassania 50 autocars pour assister à cette finale de la coupe du Trône    Concurrence: Comment s'adapter aux mutations du marché    Sommet des BRICS La guerre commerciale fait encore parler d'elle    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    La vérité sur "l'échange de coups de feu" à Tanger    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Le Maroc et les Maldives signent 4 accords de coopération bilatérale    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Forum des ministres de la culture à Paris    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Rabat lance son nouveau mode de transport urbain «Tram'Bus»    Forum d'affaires Nigeria-Maroc : L'importance de la coopération Sud-Sud en agriculture mise en exergue    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carnet de voyage : Méditerranée : les vagues de la paix (9)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 08 - 2005

Le 25 juin 2003, le «Constanta», un navire de guerre battant pavillon roumain, embarquait une centaine d'artistes, écrivains et journalistes pour une croisière à travers plusieurs pays méditerranéens. Objectif : délivrer, de port en port, un message de paix. ALM a été de ce périple, il veut bien le partager avec ses lecteurs.
La langue maltaise témoigne ainsi de l'occupation arabe de l'archipel. Toutefois, en raison de la colonisation anglaise aussi, l'anglais qui, avec le maltais, constitue aujourd'hui la deuxième langue officielle dans la « Repubblika ta'Malta » (République de Malte), joue un rôle considérable dans cet Etat. En dehors de la langue, les Anglais laissèrent une profonde empreinte sur le mode de vie dans le Rocher. Pour s'en rendre compte, il suffit de constater que les Maltais, à l'instar des Anglais, conduisent à droite. A notre descente au centre-ville «la Valetta», tout comme nous fûmes surpris de découvrir ces vieux bus anglais repeints en orange, et ces vieilles guimbardes de tous âges, de même nous fûmes charmés par ces sites préhistoriques et leurs temples les plus anciens au monde.
Ces monuments ont su garder non seulement leur cachet historique originel, mais aussi et surtout leur âme. Peuple bon vivant, les Maltais ont converti ces sites en espaces d'animation exemplaires. Le 10 juillet, au soir, le cœur de la Valette, capitale de Malte, offrit le beau spectacle d'une immense salle de fête en plein air. L'art urbain prend ici son plein sens. Etes-vous dans un restaurant, sur la terrasse d'un café, dans un jardin public, vous serez sans doute assailli par un bataillon de musiciens ; avez-vous des enfants, ils seront taquinés par des clowns, des prestidigitateurs ; vous trouvez-vous par hasard devant une scène aménagée à ciel ouvert, vous serez immanquablement invité à une partie de danse ; partout où nous avions mis les pieds, des marchands de bonheur, des passeurs d'émotion vinrent à notre rencontre.
Les Maltais incarnent à merveille cet esprit de partage, cette remarquable joie de vivre, chevillée corps et âme aux peuples méditerranéens. Simplement, le peuple maltais, alors candidat à l'Europe des vingt-cinq, était démuni ; la seule ressource dont il jouit, c'est le tourisme. Destination privilégiée, l'archipel déborde de visiteurs venus des quatre coins du monde. Une ruée qui pose beaucoup de problèmes d'ordre logistique, au niveau de l'hébergement aussi.
Les pacifistes, contrairement à toutes les escales précédentes, n'eurent droit qu'à une seule nuitée dans la Valette.
Au lendemain de notre débarquement, les passagers furent priés de plier bagages pour se rendre, à 11 heures, sur le «Constanta». Le départ du port «la Valetta» était prévu le soir, nous dit-on. Devant nous, nous avions toute une journée pour faire nos commissions au centre-ville. Or voilà, le coût de la vie à Malte est très cher. Les imprudents durent dépenser toute une fortune pour se payer quelques objets artisanaux. Un simple coup de fil, dans les fameuses cabines téléphoniques à l'anglaise, est monnayé au prix d'or. Au même titre qu'une simple carte postale, dont le prix avoisinerait les deux euros. On vous fait «cadeau» des objets précieux, dont les célèbres chapeaux de paille. En dépit de tout, l'étape de la Valette fut impressionnante. Plus impressionnante, sera encore notre escale à «Syracusa» (Syracuse). Le 11 juillet, à minuit, le «Constanta» leva l'encre vers la Sicile. Le lendemain, à 14 heures, le port d'Agrigente, capitale de Syracuse, pointait comme une lueur au milieu du large. «Benvenutti a Agrigente», lança Antonella Gerratana, une Italienne qui se trouvait à bord. Le débarquement était prévu le soir, les pacifistes avaient le temps de s'y préparer.
Il fallait être à la hauteur de l'accueil qui s'organisait à quai ; nos amis italiens, conformément à leur réputation de peuple attachant, seront nombreux à se porter à l'accueil du «Constanta». En effet, à 21 heures, quelle ne fut notre surprise de découvrir que le port d'Agrigente était noyé sous le déferlement des vagues humaines. Les Siciliens, mais aussi des Maghrébins émigrés en Italie, étaient prêts à donner à la fête sa véritable dimension.
Des hurlements de joie éclatèrent, au moment où les feux d'artifice fusaient, à bord, de toutes parts. Plus tard, les pacifistes rejoindront leurs hôtes visiblement émus. A quai, tout le monde se posait la question : «Qu'est-ce qu'un navire de guerre a à voir avec la paix ?». A notre descente, deux «carabinieri» nous posèrent la même question. Après moult explications, ils comprendront que le «Constanta» n'était plus un navire de guerre, il fût transformé en bateau-spectacle pour défendre la paix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.