Casablanca. Saisie de smartphones Oppo à Derb Ghallef : une action diligentée depuis la France    Athlétisme : Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour un succès    Aïd Al-Mawlid : la région Fès-Meknès renforce ses mesures préventives    Les E.A.U. ouvrent un consulat à Laâyoune, un nouveau paradigme se profile    Messages d'Al-Sissi et Kaïs Saïed au roi Mohammed VI    Principales sociétés cotées : Baisse de la masse bénéficiaire ajustée    Reconfinement en France: l'essentiel des mesures annoncées (VIDEO)    LDC: vers un nouveau report de Zamalek-Raja?    Aïd Al Mawlid: le roi Mohammed VI célèbre une veillée religieuse    L'artiste-peintre Mohamed Melehi tire sa révérence    Algérie : Tebboune en Allemagne pour des «examens médicaux»    Evolution du coronavirus au Maroc : 3985 nouveaux cas, 207.718 au total, mercredi 28 octobre à 18 heures    Coronavirus : la France se reconfine    Mortelle incertitude    Les Verts visent l' exploit au pays du Nil    Installation des membres de la commission régionale des droits de l'Homme de Casablanca-Settat    CRI de Casablanca-Settat : un plan 2020-2022 qui promet plus de 22.000 emplois directs    Jack Ma, le retraité milliardaire d'Alibaba    Devant le silence du gouvernement, les blouses blanches montent au créneau    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Andalousies Atlantiques d'Essaouira. Une édition 2020 virtuelle    Agadir : Inauguration du 5ème Sela Park    Ahmed Belhassan, PDG des Huileries du Souss, n'est plus    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice    Nos vœux    Communiqué du bureau politique du PPS    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Reda El Hajhouj signe au FUS pour trois ans    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Air Arabia lance une nouvelle liaison au départ de Casablanca    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En dix mois, il a tué 14 fois
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 08 - 2005

En dix mois, Abdelali Amer, 44 ans, repris de justice sans domicile fixe, a tué 14 personnes dont une femme qu'il avait violée. Quatre autres personnes ont survécu à son agression. Arrêté, il a été traduit, vendredi dernier, devant la chambre criminelle près la Cour d'appel de Rabat.
Agression, séquestration, vol, viol, pour finir au meurtre. C'est en somme le sinistre parcours d'Abdelali Amer, 44 ans, arrêté mardi 9 août pour le meurtre de 14 personnes et traduit vendredi dernier devant la chambre criminelle près la Cour d'appel de Rabat. Une histoire sinistre qui a commencé en octobre 2004, après la découverte dans la région de Sidi Boussadra, donnant sur le rivage du Bouregreg, du cadavre d'un SDF.
Une blessure sur la tête, donnant au sol, a laissé croire aux enquêteurs à une chute mortelle. Hypothèse confirmée par le rapport du médecin légiste qui a conclu à un traumatisme crânien entraînant une mort accidentelle. Durant les mois qui ont suivi, treize corps de vagabonds ont été ainsi découverts avec la même conclusion. Dénominateur commun de ces treize morts, l'existence d'aucun témoin. A chaque corps découvert, a souligné Mustapha Imensar, chef de la police judiciaire de Rabat, les enquêteurs concluaient qu'il s'agissait d'un vagabond drogué qui s'est suicidé ou qui a chuté accidentellement. Il a fallu attendre la découverte, lundi 1er août, d'un quatorzième cadavre, appartenant à un jeune homme dont la blessure à la tête donnait, pour la première fois, au ciel pour que les doutes des policiers s'éveillent. L'hypothèse de chute mortelle n'était plus envisageable. Il s'agissait cette fois-ci d'un coup criminel asséné par quelqu'un (ou quelques-uns), cause directe du traumatisme cérébral.
Autre nouvel élément, l'existence d'un témoin oculaire, un clochard en l'occurrence, qui a assisté au crime. Notant les signalements du meurtrier, les enquêteurs se sont lancés sur les traces d'un SDF, habitant le quartier El Akkari à Rabat. Une semaine plus tard, Abdelali Amer était sous les verrous. Sur son sinistre tableau de chasse, ce quadragénaire sans domicile fixe a accroché quatorze trophées. Dans ces très nombreux moments où l'instinct animalier dominait, il terrait dans des endroits isolés sur les rives du Bouregreg pour attendre des vagabonds qui fréquentaient également ces mêmes lieux peu fréquentés. Après les avoir rassuré de sa bonne foi, il les conduisait loin des regards, les immobilisait et n'hésitait pas à leur asséner des coups violents sur la tête, à l'aide d'une pierre qu'il enfouillait parfois dans une chaussette. Une fois le meurtre accompli, il fouillait les poches de sa victime pour s'emparer de quelques dirhams, de joints, de comprimés psychotropes et autres objets futiles.
Entre octobre 2004 et fin juillet 2005, cet assassin en série a attaqué à dix-huit reprises. L'une de ses victimes était une vieille femme qu'il avait violée. Quatorze ont rendu l'âme alors que les quatre restants sont arrivés à sauver leurs peaux. Jeudi 11 août a eu lieu la reconstitution de ces crimes, devant l'incrédulité et la stupéfaction de nombreuses personnes présentes à Sidi Boussadra, non loin de l'hypermarché Marjane de Rabat-Salé.
Le visage terreux, un regard sombre, les joues creusées par une barbe sale de plusieurs semaines, habillé d'une chemise sale bleu rayée en blanc, d'un pantalon gris à l'origine douteuse et d'une espadrille lacérée, Abdelali marchait, menottes aux poignés, sans accorder la moindre attention à la foule qui l'entourait. Il avait le même regard menaçant que lorsqu'il se tenait, sous l'emprise de la drogue, devant les passants de son quartier populaire pour mendier. Mais il ne faisait pas que cela. Natif de Rissani en 1961, Abdelali qui a avoué avoir tué les quatorze clochards, n'a jamais mis les pieds à l'école.
Après la mort de ses parents et l'émigration de ses quatre frères en Europe, il est resté au Maroc en compagnie de son unique sœur. Cette dernière était la seule personne qui s'intéressait à lui. Morte également des suites d'une maladie, il a cru pouvoir rejoindre ses frères sur le Vieux Continent, chose qu'il n'a pu faire. Resté seul au Maroc à vagabonder, il a été emprisonné à six reprises pour vol qualifié, viol, ivresse et coups et blessures. Pour ses 14 homicides volontaire 4 tentatives d'homicide, un viol et plusieurs vols, Abdelali risque la peine de mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.