Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des membres du Polisario s'insurgent contre Mohamed Abdelaziz et appellent à un «retour dans la dignité» garanti par le projet d'autonomie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 12 - 2007

Contestant le 12ème congrès du Polisario et plus particulièrement la reconduction à sa tête de Mohamed Abdelaziz, un groupe de séparatistes réuni à Gjijimat, à Tifariti, a annoncé son adhésion à l'offre d'autonomie.
Un groupe de séparatistes a réussi à détourner l'attention du simulacre de congrès du Polisario, en organisant, samedi et sous l'œil des caméras internationales, une contre- manifestation qui a donné naissance à un événement historique : la «Déclaration de Gjijimat». Un véritable Manifeste pour dénoncer une supercherie sans enjeu aucun, sinon la reconduction du vieux nouveau Mohamed Abdelaziz à la tête du Polisario. La Déclaration, - comme son titre l'indique -, a vu le jour dans la région de Gjijimat, à Tifariti, et ses initiateurs ne sont autres que des séparatistes qui ont réuni, samedi dernier, un rassemblement important pour dévoiler les enjeux d'un faux congrès concocté par les renseignements militaires algériens pour être imposé à la population séquestrée. Coup de théâtre, qui a visiblement échappé à la vigilance des services de sécurité du Polisario et de l'Algérie, les signataires de la «Déclaration de Gjijimat» ont annoncé ouvertement leur adhésion à l'Initiative marocaine pour la négociation d'un statut d'autonomie au Sahara. Dans cette Déclaration, diffusée par la télévision qatarie Aljazeera, et relayée par d'autres médias internationaux, les congressistes ont déclaré leur soutien à l'offre marocaine d'autonomie parce que cette initiative, ont-ils affirmé, assure «aux nôtres, des conditions honorables de retour, dans le cadre de la démocratie, de la liberté et du respect des droits de l'Homme». A l'issue de leur congrès, placé sous le thème «L'autonomie, une solution définitive pour la réalisation de la réconciliation et d'un retour dans la dignité», les signataires ont également exprimé leur soutien à «l'approche suivie par le président du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes sous l'égide et l'orientation bénies de Sa Majesté le Roi Mohammed VI». Dénonçant «l'absence de démocratie et de transparence au sein de la direction actuelle du front Polisario, l'absolutisme que pratiquent de nombreux membres de cette direction qui confisquent notre avenir, et l'absence, chez eux, de la volonté de s'ouvrir à la paix et de s'engager dans des négociations positives pour mettre un terme à ce conflit qui a frappé les nôtres, leur infligeant de graves préjudices», les congressistes ont souligné que cette position se justifie par «la volonté des nôtres de retourner chez eux dans les plus brefs délais, d'abandonner à jamais les camps de Lahmada et de vivre dans la dignité et le confort qu'offrent les moyens de la vie moderne». Cette initiative, affirment toujours les congressistes, est également motivée par le fait que «la réclamation de l'impossible engendre, pour les nôtres, de nombreux préjudices à court et long termes», ajoutant que leur démarche est dictée par «notre volonté de réconciliation et de rassemblement de l'ensemble des Sahraouis sur leur terre et dans leurs vraies villes».
Parallèlement à la tenue de ce contre-congrès, organisé à Tifariti, simultanément avec celui de la direction du Polisario, de nombreuses autres manifestations se sont déroulées à la frontière entre la Mauritanie et l'Algérie, pour dénoncer la vieille nouvelle direction du front, «qui a été désignée et non élue», a affirmé hier à ALM une source sur place, précisant que «le tiers des congressistes a été choisi parmi des militaires et le reste sont des Sahraouis d'origine algérienne et mauritanienne».
S'agissant de l'indéboulonnable Mohamed Abdelaziz, il y a lieu de souligner que sa «énième» reconduction a donné lieu à de vives protestations à Tifariti. Des sources bien informées ont déclaré à ALM que le Polisario a procédé samedi dernier à plusieurs arrestations parmi les nombreux contestataires, utilisant de nouveau la méthode forte pour mater des manifestants qui en ont visiblement assez d'un statu quo qui, décidément, ne profite qu'à une poignée de séparatistes arrivistes qui en ont fait un fonds de commerce, au même titre que des responsables algériens pour justifier «les budgets d'armement». «Maintenir Mohamed Abdelaziz à la tête du Polisario, avec la bénédiction de l'Algérie, cela revient à reconduire la politique du pire, aux dépens de la population séquestrée», a expliqué dans un entretien à ALM (voir l'interview ci-dessous) le président de l'Association des portés disparus au Polisario», Dahi Aguay, à l'origine de la plainte déposée récemment auprès de la plus haute Cour espagnole (l'Audience nationale) contre des responsables de l'Algérie et du Polisario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.