Séance atone    Automobile: Un frémissement des ventes qui peut être salutaire    Fonds Innov Invest: Nouvel appui aux startups    Ouverture partielle des frontières: Qui pourra en bénéficier?    Covid19: 115 nouveaux cas au Maroc, ce vendredi à 10h00    Casablanca: Un inspecteur de police tombe pour falsification de documents    Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Erdogan provoque les chrétiens    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    Nasser Bourita : L'accès au territoire national, une opération exceptionnelle    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Adoption de projets de loi sur les établissements de crédit et la CCG    Exceptionnelle pour les frontières et progressive pour les mosquées : La vraie réouverture se fait désirer    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque : De l'opposition, le Mouvement Populaire revisite l'amazighité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 03 - 2008

Le Mouvement Populaire a organisé, samedi, la 3ème édition de son Université du printemps sur la question de l'amazighité. Une initiative qui a enrichi le débat sur cette question identitaire.
Rares sont les rencontres-débat qui réussissent à rassembler autant de participants. Dans la salle des conférences que le Mouvement Populaire a choisie pour abriter les travaux de sa 3ème Université du printemps, samedi dernier, des participants ayant des centres d'intérêts culturels, politiques et associatifs différents ont tenu à marquer leur présence à travers des interventions qui ont donné au débat la diversité nécessaire à sa réussite. Il faut dire que le sujet choisi par les organisateurs, « Amazighité et enjeux du projet de société, de démocratie et de développement», est d'actualité. Depuis bientôt neuf ans, il n'est plus un tabou. Il est même au cœur de toutes les réflexions qui se font sur le nouveau projet de société qui est en train de prendre forme au Maroc. Hauts responsables, leaders politiques, intellectuels et acteurs associatifs ont animé le débat dans un climat empreint de sérénité et, surtout, de sincérité. La séance d'ouverture s'est déroulée en présence du Conseiller de SM le Roi et président délégué du Conseil supérieur de l'enseignement (CSE), Abdelaziz Meziane Belfkih, le président de la Chambre des députés, Mustapha Mansouri, et Ahmed Boukous, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM).
Ahmed Benkadour, membre du comité d'organisation, a bien résumé l'enjeu du débat : «la question amazighe revêt une dimension nationale et devrait, de ce fait, être traitée selon une approche scientifique associant les acteurs politiques et ceux de la société civile». En deux mots : l'amazighité est l'affaire de tous les Marocains puisqu'elle est, avant tout, une question d'identité. Au fil des différentes interventions, le principal constat qui envahit l'esprit de l'assistance est cette mutation qu'a connue le débat sur l'identité et la culture amazighes en passant, en l'espace de quelques années, du stade de tabou à celui d'affaire nationale dont tout le monde est conscient de l'importance. Le règne de SM le Roi Mohammed VI a été à l'origine de cette transformation dont le signe annonciateur a été la création de l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM). «Je suis moi-même à moitié berbère, ce serait donc renier une partie de ma culture et de mes gênes. Je ne parle pas l'amazigh, hélas, parce que j'ai suivi un cursus scolaire où il n'était pas enseigné, mais j'aimerais bien pouvoir prendre le temps de l'apprendre...», avait déclaré SM le Roi Mohammed VI dans un entretien à Paris Match en novembre 2001. Une déclaration qui vient à l'esprit lorsque Mahjoubi Aherdane, président du MP, et l'un des plus grands défenseurs de l'identité amazighe, lancera, lors de l'une de ses interventions, samedi dernier, un appel pour que la langue amazighe soit enseignée à tous les Marocains, quelle que soit leur origine, au même titre que l'arabe. Le président du CSE, présent aux travaux de l'Université du MP, a certainement pris note de la suggestion. Il faut dire que le ministère de l'Education nationale a déjà initié une opération pilote dans ce sens. Son bilan n'a pas encore été fait. Il se fera très probablement avec le nouveau titulaire de ce département, Ahmed Akhchichine. En effet, ce dernier est aussi président d'une association qui accorde à la question amazighe une grande importance : le Mouvement de tous les démocrates (MTD). Une association dont l'un des plus importants fondateurs, Fouad Ali El Himma, devait faire une intervention lors de l'Université du MP mais qui s'excusa à la dernière minute, certainement pour des contraintes d'agenda. Mais, toute l'assistance lui reconnaîtra, dans les débats de coulisses, le fait qu'il avait placé la normalisation du débat sur l'amazighité en tête de ses priorités en tant que haut responsable et qu'il continue à le faire en tant que député et acteur politique majeur.
À la fin des travaux de la troisième édition de leur Université de printemps, il était clair que le travail initié, il y a près de neuf ans, est en train de donner ses fruits. Le débat a dépassé le stade des premiers tâtonnements, il s'installe dans un cadre plus avancé, celui de savoir quand et comment mettre en œuvre ce sur quoi tout le monde semble être d'accord : reconnaître l'amazighité en tant qu'élément constitutif de l'identité marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.