Une Conférence Ministérielle pour soutenir l'Initiative d'Autonomie sous la Souveraineté du Maroc    La pitoyable sortie de Podemos    Driss Lachguar reçoit le champion du monde de full-contact, Khalid El Qandili    Des investisseurs polonais veulent investir dans le Sahara marocain    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Martin Scorsese, le parrain des films de gangsters    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    La CGEM accueille une nouvelle fédération    MDJS: Diffusion de la Saison 2 de l'émission «3ich l'game»    Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Championnat du monde de handball : Un derby maghrébin pour l'entrée en lice du Maroc    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc prend langue avec le nouveau maître de Nouakchott
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 08 - 2008

Le président du Haut Conseil d'Etat mauritanien, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu, lundi soir à Nouakchott, Mohamed Yassine Mansouri, Directeur général des études et de la documentation, émissaire de SM le Roi.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a dépêché, lundi à Nouakchott, le Directeur général des études et de la documentation, Mohamed Yassine Mansouri. L'émissaire de SM le Roi a été reçu par le président du Haut Conseil d'Etat mauritanien, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, à l'origine du coup de force qui s'est soldé par le renversement du président Sidi Ould Cheïkh Abdallahi. Lors de cette entrevue, M. Yassine Mansouri a remis au président du Haut Conseil d'Etat mauritanien un message verbal du Souverain. Cette entrevue a coïncidé avec la libération du Premier ministre mauritanien, Yahya Ahmed El Waghef, du ministre de l'Intérieur, Mohamed Ould R'zeizi, et le président du Conseil économique et social, Ahmed Ould Sidi Baba ainsi que le responsable de l'Agence nationale d'appui et de réinsertion des réfugiés, Moussa Fall. Seul le président déchu est maintenu en résidence surveillée, dans la capitale Nouakchott. «Il est pour l'instant enfermé dans la résidence d'accueil du Palais des congrès, dans de bonnes conditions, et ne se plaint de rien. Nous le libérerons dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de le contraindre à l'exil. S'il veut participer à la vie politique du pays, pourquoi pas. Mais je ne pense pas qu'il en ait envie», a affirmé le nouveau maître de Nouakchott, Mohamed Ould Abdel Aziz, dans une interview à l'hebdomadaire Jeune Afrique, parue le week-end dernier. L'élargissement des hauts responsables mauritaniens intervient cinq jours après le coup d'Etat, qui s'est déroulé le 6 août sans effusion de sang. La junte militaire marque un geste de «bonne foi» destiné à rassurer les chancelleries occidentales, qui ont exprimé de profondes préoccupations quant à l'avortement du processus démocratique en Mauritanie. Les nouvelles autorités mauritaniennes ont, par ailleurs, annoncé leur volonté d'organiser rapidement, un nouveau scrutin pour élire un nouveau président, en remplacement du chef d'Etat déchu Sidi Ould Cheïkh Abdallahi, accusé par les militaires d'avoir «dévié de la trajectoire démocratique». «En réalité, c'est Sidi Ould Cheïkh Abdallahi qui a tenté de faire un coup d'Etat contre la démocratie. Nous, nous n'avons fait que sauver la Mauritanie», a accusé le général Mohamed Ould Abdel Aziz. L'organisation d'un nouveau scrutin présidentiel ramène la Mauritanie à la case départ. Des représentants de la communauté internationale en Mauritanie se sont déclarés opposés à «l'organisation d'une élection présidentielle qui, de ce fait, serait considérée illégitime». Par ailleurs, l'Union africaine (UA) avait annoncé, vendredi, qu'elle allait «suspendre» la Mauritanie de son organisation «jusqu'à ce que le pays retrouve un gouvernement constitutionnel». A ce sujet, la junte au pouvoir doit adopter, très prochainement, une «ordonnance constitutionnelle » organisant de «façon collégiale» les fonctions du président renversé et nommer un gouvernement que dirigera le général Mohamed Abdel Aziz.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.