Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les cinéastes marocains affichent leur surprise face à l'hostilité égyptienne envers leurs productions
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 08 - 2008

Une nouvelle production marocaine vient d'être censurée par le festival du cinéma d'Alexandrie. Il s'agit de «Lola» de Nabil Ayouch.
L'équipe du film « Lola » et à leur tête son réalisateur Nabil Ayouch ont été surpris le 20 août, par l'annulation et la censure injuste et insensée de leur film par le comité du Festival International du Film d'Alexandrie présidée cette année par Iris Nazmy et dont l'ouverture est prévue aujourd'hui et se poursuit jusqu'au 30 août 2008. Comment expliquer cette anarchie intellectuelle et artistique venant d'un pays où le cinéma a longtemps dominé les écrans du monde arabe par la qualité et la quantité de sa production, cet univers du 7ème art qui a vu fleurir de grands noms de réalisateurs égyptiens notamment ; Youssef Chahine, Mohamed Khan, Yousri Nasrallah…A qui le Maroc a souvent rendu de vibrants hommages?
Comment expliquer cette hostilité insensée envers la production cinématographique d'un pays ami, le Maroc, actuellement en pleine évolution et en plein bouillonnement artistique?
Rappelant qu'Iris Nazmy, présidente de cette nouvelle édition du festival du cinéma d'Alexandrie, avait confirmé la programmation du long métrage de Nabil Ayouch « Lola » lors de la conférence de presse qu'elle avait tenu le lundi 18 août au Caire.
La soudaineté d'une telle décision demeure très surprenante et laisse perplexe toute l'équipe du film, sinon tous les créateurs et les responsables du monde du 7ème art national. La direction du festival n'a pas souhaité communiquer sur les raisons qui ont poussé à un tel retrait et n'a fourni aucune clarification ni aucun document officiel mentionnant sa décision. Mais tout porte à croire que le film est victime d'une censure faisant écho à certaines critiques parues dans un journal égyptien et qui avaient suivi la projection du film en avant-première mondiale lors du Festival International du Film de Dubaï en 2007. La critique avait mis en cause la mauvaise image de l'Egypte (et notamment de l'homme égyptien) mise en scène par le film, à travers les trois principaux personnages masculins, l'un étant homosexuel, les deux autres étant accusés de « lâcheté ». Dans un communiqué de presse rendu public par Ali n' Production, l'équipe du film « Lola » déclare : «Il semblerait que la direction du festival ait finalement été sensible à ce genre de critiques et ait donc décidé de censurer ce film dont l'objectif n'était évidemment pas de donner une mauvaise image de l'homme arabe, mais bien au contraire de jeter un pont entre les cultures orientales et occidentales, de pousser à une découverte et à un rapprochement de l'autre » et d'ajouter que les organisateur du festival d'Alexandrie justifient cette absurde décision par le fait que ce long métrage avait été projeté dans plusieurs festivals ». Notons que « Lola » a été remplacé par le film égyptien « Baisers Volés ». Dans une déclaration à ALM, Nabil Ayouch annonce : « Ces gens là, je ne les comprends pas. Il y a des contradictions que je n'arrive pas à expliquer. C'est un choix qu'ils ont fait eux-même et délibérément et du jour au lendemain, la programmation du film est annulée…Lola rend hommage à l'Egypte authentique, à la beauté de la danse orientale, à la générosité et la simplicité des citoyens égyptiens…Je ne vois pas en quoi ce film est-il anti-égyptien ? Les organisateurs refusent de nous prendre en ligne. Ils rejettent toute forme de dialogue. Ils disent que le film « Lola» avait été tourné en Egypte de manière clandestine, ce qui est complètement faux » Les off de cette affaire : Il semblerait d'après Nabil que le film projeté à Dubaï avait été critiqué sévèrement par l'acteur égyptien Mahmoud Yassine. Pour Hassan Ben Jelloun dont le film « Où vas-tu Moshé » a subi le même sort que celui de Nabil, il s'agit tout simplement d'une sorte de phobie face à la production cinématographique marocaine en particulier et à la production maghrébine en générale qui commence à prendre de l'ampleur pendant ces dernières années. « Ce genre de réactions ne me surprennent plus. Nous avons honoré à maintes reprises le cinéma égyptien, ses réalisateurs et ses artistes. Nous en sommes convaincus. Ce rejet est peut-être dû à une pression médiatique locale ou à leur ministère… Il est peut-être question d'un manque de coordination ou de planification».
Pour Mostapha Bardad, président des Unions des syndicats artistiques marocains «les Egyptiens ont peur de nos idées libérales et de notre liberté d'expression artistique. Nous devons défendre et mettre plus en valeur notre production artistique au sein même de notre pays. C'est de cette manière que notre créativité sera immunisée contre toute attaque étrangère et injuste».
Le festival du cinéma d'Alexandrie prévoit de rendra hommage à Touria Jebrane Kritif, première comédienne dans le monde arabe à occuper le portefeuille de ministre de la culture mais en même temps censure et retire de manière irréfléchie des productions cinématographiques nationales qui ont fait parler d'elles bien au delà des frontières marocaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.