Visite surprise de Laftit à Madrid    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Messi exit du Classico    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renault sans Nissan à Tanger
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 02 - 2009

Nissan a annoncé hier la suspension de sa participation dans le projet d'usine commune avec son partenaire français Renault dans la zone franche de Meloussa.
Renault fera finalement cavalier seul à Tanger. Nissan a annoncé, hier lundi 9 février, la suspension de sa participation dans le projet d'usine commune avec son partenaire français Renault dans la zone franche de Meloussa. «Nissan va suspendre sa participation dans le projet industriel près de Tanger, que Renault poursuivra seul», a déclaré, lors d'une conférence de presse, le P-DG des deux groupes, Carlos Ghosn.
Des propos rassurants de la part de ce patron qui s'est forgé une réputation de «Cost killer» (réducteur de coûts). Le Maroc mise sur ce projet qui permettra la création de 6.000 emplois directs et près de 30.000 autres indirects. En principe, cette future usine Renault-Nissan devait être mise en service en 2010. Sa capacité de production prévue est de 200.000 véhicules par an, devant être portée à 400.000 en 2013.
Aujourd'hui avec le retrait de Nissan et la crise qui frappe de plein fouet le secteur automobile, Renault a dû revoir ses objectifs. En janvier dernier, la responsable de la communication commerciale du constructeur français au Maroc a annoncé que la sortie de la première Renault construite dans cette usine «pourrait être repoussée de quelques mois».
Ce constructeur bénéficiera d'un nouveau plan de soutien élaboré par le gouvernement français. Hier après-midi, Nicolas Sarkozy devait recevoir les acteurs de la filière automobile pour «évoquer les mesures de soutien face à la crise». En effet, l'Elysée s'apprêterait à annoncer une enveloppe de 6 milliards d'euros divisés à parité entre les deux firmes françaises Renault et PSA. Selon Les Echos, la somme sera prêtée sur cinq ans, et sera assortie de contreparties, telles qu'un frein aux délocalisations, et la modération des dividendes.
Pour sa part, Le Figaro a précisé que les constructeurs devront s'engager à ne pas annoncer de plan de licenciements pendant la durée du prêt. Les taux proposés seraient d'environ 6 à 7%, contre des taux de 11% et 12 % pratiqués actuellement par les banques.
Ces montants correspondent à la fourchette haute de l'engagement financier promis par le Premier ministre François Fillon, qui avait évoqué de «l'ordre de 5 ou 6 milliards d'euros» fin janvier lors de l'ouverture des états généraux de l'automobile
Ce plan d'aide permettra donc à Renault de ne pas donner un coup de frein à ses projets, contrairement à Nissan qui réduira ses investissements de 21 % pour les ramener à 384 milliards de yens au cours de l'exercice 2008-2009. En pleine zone de turbulence, le constructeur automobile japonais a aussi annoncé également la suppression de 20.000 postes de travail entre avril 2009 et mars 2010.
Le numéro trois japonais de l'automobile, détenu à 44% par Renault, a accusé une perte d'exploitation de près de 849 millions d'euros au titre du troisième trimestre de son exercice 2008-2009 pour lequel il anticipe d'ores et déjà une perte annuelle. Cette année, le marché mondial de l'automobile devrait se contracter de 13,7%. Et ce, après avoir déjà plongé de 9% en 2008 sous l'effet de la crise financière internationale. Ainsi, les ventes mondiales vont tomber à 55 millions de véhicules en 2009 contre 63 millions en 2008 et 69 millions en 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.