Le bitcoin ne passe pas au Maroc    Vivo Energy Maroc tend la main à Tibu Maroc    GPC inaugure deux unités à Kénitra    Perpétuité pour Ratko Mladic, le « Boucher des Balkans »    Des prières rogatoires seront accomplies vendredi dans l'ensemble des mosquées du Royaume    Qui est David T. Fischer, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Maroc ?    Ecole française internationale s'installe à Casablanca    «Inspirations Africaines» : Quand le design s'entremêle avec l'artisanat    Zagora : Rachid El Morabity remporte le Grand Trail de la vallée du Drâa    Singapore Airlines choisit Airbus pour le programme de réaménagement de ses A380    Syndicats : le projet de loi toujours sur l'agenda du ministère    Funérailles de feu le Général Abdelhak El Kadiri au cimetière Chouhada à Rabat    Le plaidoyer d'El Othmani lors du Forum économique islamique    ALD Automotive Maroc «Elu Service Client de l'Année 2018»    Cour des comptes/Administration: Les recommandations antisyndicales    Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations    Les enfants représenteraient 26,7% de la population en 2030    Conseil de gouvernement : Un ordre du jour chargé    2ème forum des avocats MRE: De nouvelles compétences au-delà des frontières se rassemblent à Agadir    Région de Casablanca-Settat : 1.228 demandes de subventions déposées par les ONG    PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018    Mondial 2018 : Les supporters marocains devront casquer    Botola Pro : L'IRT se sépare de Badou Zaki    Evénements d'Al Hoceima: renvoi au 28 novembre du procès des mis en cause    Mugabe, la fin !    Le Maroc lance la plus grande usine de dessalement d'eau de mer au monde    Arrestation à Salé de deux individus pour enlèvement, séquestration et demande de rançon    Nezha Bidouane ambassadrice de l'IAAF pour l'Afrique    Afrique du Rire: «franc succès» de la tournée marocaine    Vibrant hommage au recteur de l'IRCAM en ouverture de la Rencontre de M'diq du livre et de l'auteur    METEO: DECOUVREZ LE TEMPS DE CE MERCREDI    BOUSCULADE DE SIDI BOULAALAM: LES DERNIERS DEVELOPPEMENTS DE L'ENQUÊTE    LOSC : Marcelo Bielsa écarte Hamza Mendyl du groupe    L'IAAF confirme la suspension de cinq athlètes marocains    Appel à davantage de solidarité pour l'insertion des migrants    Le Forum Afrique développement à Libreville    Remue-ménage dans le foot italien    Plus de 4 millions de jeunes Américains sans-abri    Insolite : Mur abattu    Le département de tutelle adopte la tolérance zéro contre les actes de violence dans les établissements d'enseignement    Le recruteur de Dortmund passe à Arsenal    Une offre pour l'acquisition de Newcastle    News    Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla    Nouvelle édition du Festival international de la diplomatie culturelle et la poésie humaine à Rabat et Salé    Bouillon de culture    C'est parti pour la saison 4    Une nouvelle adresse à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Abbou : «L'Etat a le droit d'opérer des retenues sur salaires»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 02 - 2009

Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, estime que le recours par le gouvernement aux retenues sur les salaires des grévistes ne contredit pas le principe du droit à la grève.
ALM : Qu'est-ce qui explique la décision du gouvernement de procéder à des retenues sur les salaires des grévistes  ?
Mohamed Abbou : Le gouvernement est tenu de respecter les dispositions législatives en vigueur. Les retenues sur salaires font partie des règles qui doivent être respectées et appliquées. L'argent que l'Etat verse à ses fonctionnaires et agents provient des deniers publics. La grève non justifiée constitue une perte pour la trésorerie du Royaume. À l'instar du secteur privé, l'administration ne peut payer une journée chômée sans raison valable. Partout dans le monde, on applique la mesure des retenues sur salaires dans des conditions similaires. Il est important de rappeler que la justice s'est prononcée sur cette question. Il existe des décisions de justice qui confirment que les retenues sur salaires dans ce genre de cas ne constituent pas une contradiction avec les principes généraux de droit. La grève est certes un droit, mais l'Etat est également en droit de procéder à des retenues sur salaires touchant les fonctionnaires et les agents grévistes. L'époque de l'indulgence absolue au sein de l'administration est révolue.
Cette décision est-elle conforme au principe du droit à la grève  ?
La grève est garantie par la Constitution. En l'absence d'un texte réglementant l'exercice de ce droit, on se réfère aux décisions rendues par les tribunaux du Royaume. Les retenues sur salaires ne contredisent nullement le principe du droit à la grève. Il s'agit tout simplement d'appliquer la règle comptable qui veut que le paiement du salaire n'intervienne qu'après exécution totale du travail par le salarié.
Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève expliquent le recours à la grève par le blocage du dialogue social. Qu'en pensez-vous  ?
Le gouvernement n'a pas renoncé au dialogue social. En plus de l'augmentation des salaires, le gouvernement avait décidé d'augmenter les allocations familiales. La réduction du taux de l'Impôt sur le revenu s'ajoute aux deux précédentes mesures. Ce sont des mesures importantes et significatives qui auront un impact positif sur les revenus des fonctionnaires et des agents de l'Etat. Je tiens à préciser que lors du deuxième round du dialogue social, le gouvernement a pris en considération les propositions des centrales syndicales et décidé de réduire l'échéance de l'augmentation des salaires de 2012 à 2010. Le gouvernement a prévu pour cette année une indemnisation en faveur des fonctionnaires qui travaillent dans les zones reculées et enclavées. Cette mesure coûtera à l'Etat 1 milliard de dirhams. Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève ont complètement oublié que cette grève porte préjudice aux citoyens. Leurs intérêts sont liés aux différentes administrations. User du droit de grève de manière excessive fait perdre à ce droit sa valeur et sa finalité.
Les centrales syndicales déplorent le rejet de toute augmentation de salaire par le gouvernement. Que répondez-vous à cela ?
Je rappelle que le gouvernement a décidé l'augmentation des salaires l'année dernière. Cette mesure commence à donner ses fruits et la plupart des fonctionnaires et des agents de l'Etat ont vu leur pouvoir d'achat s'améliorer. Certains syndicats ont revendiqué une augmentation de 30%. Il est inconcevable et inadmissible de revendiquer une augmentation trop élevée. La grève est devenue pour certains une fin en soi et non un moyen pour atteindre des objectifs légitimes. Nous avons pris un nombre d'engagements et nous les honorerons. Une partie de ce que le gouvernement s'est engagé à faire est déjà concrétisée. C'est ce qui importe le plus.
Les retenues sur salaires
Le gouvernement a décidé de généraliser les retenues sur salaires à tous les grévistes au niveau du secteur public et des collectivités locales. Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, a souligné, lundi, à la chaîne de télévision nationale «Al Aoula» que le gouvernement est tenu aussi bien au respect et à l'application de la loi, qu'à la nécessité de concilier le droit à la grève, garanti par la Constitution et le droit d'opérer des retenues, également autorisé par la loi. «Le droit de retenue est garanti sur une base comptable fondée sur le principe du salaire en contrepartie du travail», a expliqué M. Abbou, notant que le gouvernement a pris cette décision pour défendre le droit des citoyens à la scolarisation, aux soins et à toutes les autres prestations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.