Black Friday    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    La pire décennie pour la Grande-Bretagne depuis le 19è siècle !    Coupe du Monde 2026    Italie : Grande opération de sauvetage de migrants    Attaque au Nigeria : le bilan s'alourdit    Oualid El Hajjam ou la fierté de porter le maillot du Maroc    Fédérations sportives: Début de toilettage pour crimes financiers?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Qualification Mondial Basketball Chine 2019    Dalkurd, le club suédois qui fait la fierté des Kurdes    Birmanie et Bangladesh s'accordent sur le retour des Rohingyas    Les stars africaines se mobilisent contre l'esclavage en Libye    L'ONCF dispense une formation sur la maintenance de la voie ferrée au profit des cadres africains    Au-delà des 26.000 dossiers de régularisation des étrangers en situation irrégulière : Ne pas oublier les 6.300 rejets et autant de recours    Le rôle de la société civile dans le développement local en débat à Benguérir    L'enregistrement des enfants étrangers à l'état civil passé au crible à Rabat    Ligue des champions : Barça et Chelsea qualifiés    Le WAC s'offre le DHJ et sa première victoire de la saison    Nouvelles dates des éliminatoires de la CAN 2019    Les jeux vidéos réduiraient le risque de démence chez les personnes âgées    Insolite : Le musée de Bangkok    Symposium "Cancer du sein au Maroc'' à Marrakech    L'embellie de la conjoncture économique nationale se poursuit    BMCE Bank of Africa émet un emprunt obligataire subordonné de 400 MDH    Les meilleurs films de tous les temps    Rabat se transforme en capitale africaine pour Visa for Music    Le Festival de Cannes change ses habitudes pour sa 71ème édition    Tanger Med : Saisie de 25 kg de stupéfiants    Buzzichelli Maroc : les raisons de la faillite    Un incident maîtrisé chez Atlanta    Marrakech : La Princesse Lalla Salma préside la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer    Football : Le Maroc gagne 8 places au classement FIFA    6ème Semaine internationale de l'éducation et de l'information: L'éducation aux médias passe par les compétences    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    52% des migrants dans la zone de Rabat-Casa-Salé souhaitent vivre au Maroc    L'écosystème Bombardier sur de bons rails    Décès du général de corps d'armées Abdelhak El Kadiri    Morocco Adventure Film Festival : Le festival qui aimait la nature    Horst Koehler «encouragé» suite à son huis clos avec le Conseil de sécurité    La Galerie H expose les « Inspirations Africaines » de cinq designers    Casablanca: Arrestation d'un mineur après l'agression d'une professeure    Appel à la générosité publique : Bientôt un projet de loi adéquat    CONSOMMATION: RECUL DE 0,1% DE L'INDICE DES PRIX EN OCTOBRE    L'enregistrement des enfants à l'état civil en question    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.