11ème Salon du cheval : Tbourida, compétitions équestres… mais pas seulement    Mission royale pour Akhannouch    Budget italien : Un accord avec Bruxelles sera « très compliqué à trouver »    Une femme arrêtée pour port public et illégal d'un uniforme de police    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Casablanca: CFC signe un protocole d'accord avec un centre financier de Shanghai    Grand stade d'Agadir : 500 stadiers bénévoles formés à la gestion des flux    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président (PJD)    Un cadavre mutilé dans la banlieue de Mohammédia identifié par la DGSN    Trésor : Un déficit budgétaire de près de 23 milliards DH en septembre    Paiement auprès des commerçants et eMarchands affiliés au CMI : 18,4 milliards DH réglés par cartes bancaires marocaines    PLF 2019. Cap sur la croissance    Météo : De la pluie pour ce début de weekend    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Ministère des MRE. Promotion de la culture amazighe    Ajdir et ses interpellations!    ONU: La Palestine présidera le «Groupe des 77 + la Chine» en 2019…    Benguérir : L'adaptation aux changements climatiques au coeur d'une conférence    Aucune hausse des tarifs de la vignette automobile dans le PLF-2019    Dons et greffes d'organes: encore des efforts…    Un Jumelage destiné au renforcement des capacités de l'administration pénitentiaire    Enseignement. La loi-cadre sous la loupe des députés    Lutte contre l'immigration illégale : Madrid plaide pour une augmentation de l'aide accordée par l'UE au Maroc    La troupe « L'instant théâtre » présente à Tunis sa pièce théâtrale « Maqamat Badi Zaman Al-Hamadani »    Exposition : La Galerie Banque Populaire met la sculpture en partage        JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Buffet irrésistible au Parlement    L'Institut français d'Oujda déménage    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    L'émissaire de l'ONU pour la Syrie annonce sa démission    News    Intensification de la coordination et de la concertation entre la Chambre des représentants et le Parlacen    Signature d'un mémorandum d'entente entre le Maroc et l'OADA    Pitoyable    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    Vers l'accélération de la transformation digitale du secteur public    Les partenariats public-privé, un outil de promotion de l'agriculture et des TIC en Afrique    Löw sauvé par "la meilleure défaite de l'année"    Aziz Karkach : Le MCO veut s'assurer très tôt le maintien chez l'élite    Participation massive attendue au 20ème semi-marathon international de Laâyoune    Vasti Jakson & Maya Kyles en résidence artistique avec des musiciens nomades de M'hamid El Ghizlane    L'œuvre poétique de Laabi, un hymne à l'être humain dans tous ses états    Azilal accueille son premier Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Parti travailliste mobilise ses avocats contre Lahbib Choubani
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 02 - 2012

«Un ministre n'a pas le droit d'accuser quiconque, c'est à la justice de le faire», a indiqué à ALM Abdelkrim Benatik. Selon lui, M. Choubani a agi pour des raisons personnelles, pour régler ses comptes avec son rival politique dans son fief électoral, Errachidia.
Le Parti travailliste a porté plainte contre El Habib Choubani, ministre PJD chargé des relations avec le Parlement et la société civile. Le parti, qui a quatre sièges au Parlement, a tenu jeudi, 23 février, une conférence de presse pour expliquer les motifs de cette action en justice. «Lahbib Choubani a accusé, vendredi dernier sur les colonnes d'un journal, notre parti, via l'un de ses parlementaires, de corruption. Un ministre n'a pas le droit d'accuser quiconque, c'est à la justice de le faire», a indiqué à ALM Abdelkrim Benatik, secrétaire général du parti. Selon lui, M. Choubani a agi pour des raisons personnelles, notamment pour régler ses comptes avec son rival politique dans son fief électoral, Errachidia. «M. Choubani a tout simplement utilisé son pouvoir pour influencer le cours de la justice. En agissant de la sorte, le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile a violé le principe d'indépendance de la justice par rapport à l'Exécutif et le principe de séparation des pouvoirs», a expliqué M. Benatik. Notons que le militant du Parti travailliste au centre de cette affaire a déjà fait l'objet de plaintes de la part de rivaux issus d'autres formations politiques. Et ce pour corruption lors des élections du 25 novembre à Errachidia. Mais, selon le Parti travailliste, l'innocence de la personne en question a déjà été prononcée par la justice. C'est dans ce sens que M. Benatik estime qu'en ne tenant pas compte de ce verdict de la justice M. Choubani est tout simplement en train «de dénigrer cette institution». «Les ministres doivent tout simplement avoir recours aux tribunaux à l'instar de tout autre citoyen normal et ce comme stipulé par l'article 94 de la Constitution», ajoute-t-il. Ainsi cette affaire a pris des dimensions plus grandes. Le Parti travailliste qui estime avoir été touché dans son intégrité morale et politique s'est dit mobilisé afin de veiller au respect des institutions et de la loi suprême du pays. Contacté par ALM, M. Choubani a répondu par un grand rire avant de donner sa version des faits: «Un acteur associatif de la région d'Errachidia m'a fait part d'un dossier de corruption impliquant un membre du parti travailliste. En examinant le dossier, il m'est apparu que son traitement n'entre pas de manière directe dans mes prérogatives. Je l'ai donc transféré au département concerné, en l'occurrence le ministère de la justice et des libertés, de manière administrative, officielle et transparente», a expliqué le ministre. Par ailleurs, M. Choubani signe et persiste quant à la complète légalité de son action. Un décret attribue au ministère la prérogative de recevoir tout dossier concernant des affaires de gouvernance pour les transmettre aux autorités concernées. Le ministre a même profité de l'occasion pour lancer un appel à toutes les composantes de la société civile qui œuvrent dans le domaine de la gouvernance afin qu'elles adressent à son ministère toute affaire relevant de cet aspect. Et de conclure par rapport à l'action du Parti travailliste : «Les partis sont invités à réviser leur gouvernance et leur relation avec la société au lieu de dépenser leur énergie dans des initiatives qui ne leur seront d'aucune utilité et altéreront encore plus leur image auprès du peuple».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.