Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Un Monde Fou    La citadelle de Saladin, le café El Feshawi... des lieux incontournables à visiter    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    Le Maroc plaide pour la cohérence, la cohésion et l'unité des pays africains    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Macron accueille Xi à Paris pour travailler à « un nouvel ordre international »    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    Sothema accroit son résultat net en 2018    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    BAM : La croissance sera plombée par les mauvaises récoltes    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Divers    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohammedia : Un commerçant viole et tue une écolière de 8 ans
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 05 - 2012

Avant-hier, lundi, vers 19h, Meriem Ben Cheikh, âgée de huit ans, violée et tuée à Mohammedia, a été enterrée sous les protestations des centaines d'habitants de la ville.
Avant-hier, lundi, vers 19h, Meriem Ben Cheikh, âgée de huit ans, violée et tuée à Mohammedia, a été enterrée sous les protestations des centaines d'habitants de la ville. La petite écolière venait, ce lundi 30 avril, de quitter sa classe à l'école primaire El Falah, vers 17h. De coutume, elle retourne seule chez elle au Bloc B, quartier Rachidia III. «Quand elle sortait de l'école, elle ne mettait pas plus de quinze minutes pour arriver à la maison», précise à ALM sa mère, Hafida, encore sous le choc de cette cruelle et tragique perte de sa fille aînée. Epaulée par ses voisines, Hafida qui vient de mettre sa troisième fille au monde traînait ses pas vers le cimetière. Les jeunes et les femmes scandaient des slogans où ils réclamaient la peine capitale pour le meurtrier. «C'était difficile pour moi de la perdre», précise la mère de la défunte qui n'arrivait pas à dormir tous ces quinze jours de la disparition de Meriem. Elle a alerté la police de la cité des fleurs. Les limiers ont déployé tous leurs efforts pour trouver la fillette. Mais en vain. Les membres de la famille cherchaient eux aussi de leur côté et un portrait-robot de la fille a été dessiné et distribué dans les quatre coins de la ville. Sans résultat. Quinze jours plus tard, samedi 12 mai, alors qu'un jeune homme fouillait entre les monticules de déchets jetés dans un terrain vague, situé au niveau du quartier Sadik et Rachidia III, il est tombé sur un sachet en plastique renfermant deux pieds d'un être humain. Pétrifié, il a alerté la police. Dépêchés sur les lieux, les limiers ont découvert sept sachets en plastiques contenant des parties d'un corps humain en décomposition très avancée. Les analyses ont permis de savoir qu'ils appartenaient à Meriem Ben Cheikh qui a disparu depuis deux semaines. Pas plus de vingt-quatre heures plus tard, les limiers ont mis la main sur l'auteur de ce crime odieux. Il s'agit d'un commerçant, âgé de trente-six ans, célibataire. Celui-ci a avoué son crime en affirmant qu'il l'a obligée à rentrer chez lui quand elle est venue acheter des bonbons. Il l'a violée avant de la tuer et l'a découpée en morceaux. Il a gardé ses parties chez lui. Mais, quand elles se sont décomposées et ont commencé à exhaler des odeurs nauséabondes, il a décidé de s'en débarrasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.