Agir plutôt que réagir    PLF 2019. Le budget voté ce vendredi    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Akhannouch : « Nous allons redoubler d'efforts pour développer l'oasis de Figuig »    Edito : Graine d'écosystème    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Maroc-Cameroun : Objectif, ne pas jouer la survie face au Malawi    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Kénitra : L'auteur d'un meurtre activement recherché    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit        Casablanca American School : Adoption d'un plan d'action pour les 3 années à venir    Maroc-Algérie: Le ministère fédéral des Affaires étrangères salue la proposition royale    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Vernissage à Rabat de l'exposition «Illuminer le futur» de l'artiste-peintre américain JonOne    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed El Ouafa : «Le Baccalauréat marocain est respecté de par le monde»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 06 - 2012

Cet arrêté estime qu'il est interdit de ramener au centre d'examen les téléphones portables et la tablette Ipad, les ordinateurs ou les Ipod.
ALM : Les examens du Baccalauréat qui auront lieu à partir du 12 juin seront les premiers à être organisés sous votre mandat. Comment envisagez-vous de vous démarquer à ce propos par rapport à vos prédécesseurs ?
Mohamed El Ouafa : L'épreuve du Baccalauréat est considérée comme une étape importante dans la vie des élèves du lycée. Aussi, le diplôme délivré à l'issue de cet examen constitue une grande importance dans la vie scolaire dans la mesure où il va permettre à nos jeunes d'entamer une nouvelle vie dans le cycle supérieur. Dès que j'ai été nommé à la tête de ce département, j'ai commencé à mener des réflexions et à tirer des conclusions à partir du déroulement de l'examen du Baccalauréat dans les années passées au Maroc. Je dirai aussi que le Baccalauréat marocain est respecté de par le monde. Je peux même en attester étant donné que j'ai été dans trois pays. Dès que les bacheliers marocains arrivent à ces pays, les autorités ne demandent pas des informations plus que le diplôme présenté par le jeune Marocain pour s'inscrire dans leurs universités respectives. Donc c'est un diplôme respecté dans le monde et par conséquent nous devons veiller à garder cette valeur. Je dirai même que le diplôme du Baccalauréat est l'équivalent de la monnaie scripturale qui représente un acte de souveraineté du pays. Donc, comme on ne peut pas toucher à l'argent d'un pays, il est également important de faire respecter nos diplômes. C'est pourquoi j'ai fait entrer une nouvelle garantie sur le certificat du Baccalauréat en mettant un papier aluminium qui va le sécuriser davantage comme cela se passe dans les pays respectés. Ce papier va lui permettre d'avoir une sécurité de manière qu'il serait difficile de le toucher ou le falsifier.
Vous avez récemment pris une mesure consacrée à la comptabilisation des notes obtenues dans les examens du Baccalauréat. Veuillez en expliquer les dessous ?
J'ai constaté que, parfois, des élèves ont de bonnes notes soit à la première session, soit à la deuxième session et notamment dans les matières scientifiques. Alors j'ai considéré qu'il était illogique qu'on ne prenne pas en compte la meilleure note et principalement celle des matières scientifiques. Parce que l'avenir du pays dépend du nombre d'ingénieurs et nous avons un déficit énorme au niveau du nombre d'architectes et médecins, voire dans différents secteurs.
Quelles seront les mesures prises par votre département pour lutter contre la triche?
D'après ce que j'ai constaté à partir des rapports établis sur le déroulement du Baccalauréat il y a eu des tentatives dans ce sens. Pour cette année, le gouvernement a pris une mesure importante lors de la réunion du Conseil de gouvernement jeudi dernier. Sur la base de cette mesure j'ai pris un arrêté ministériel qui a été publié dans le Bulletin officiel de cette semaine. Cet arrêté estime qu'il est interdit de ramener au centre d'examen les téléphones portables et la tablette Ipad, les ordinateurs ou les Ipod parce que les moyens de communication sont devenus très performants et par conséquent le fameux papier sous la manche de la chemise ne sert plus à rien. Donc nous avons interdit l'accès de ces moyens de communication au centre d'examen. Et si un contrevenant amène ces moyens de communication, il sera considéré comme un tricheur conformément à la loi qui lutte contre la triche dans les établissements publics et qui date déjà de 1958 et qu'on va revoir pour l'année prochaine parce que les moyens de tricherie ont évolué avec l'être humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.