SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)    Arrivée en Jordanie du 2e lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens    El Otmani réitère le rejet catégorique par le Maroc de toutes violations du statut juridique de la ville sainte    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    Le tunisien Fathi Jebal, nouvel homme fort du MAS    Covid-19 Maroc : La campagne de vaccination élargie aux 45-50 ans    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Vigon Systems lève deux millions de dirhams auprès deWitamax One    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    La situation épidémiologique au 16 mai 2021 à 16H00    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    OCI: Les ministres des AE saluent le rôle du Comité Al-Qods dans la protection de la ville sainte    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Après les quinquas, c'est autour des quadras !    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Histoire de la DGSN : les dates phares    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Le groupe ODM rachète la « Polyclinique Atlas Casablanca »    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Covid: Les personnes vaccinées doivent garder le masque dans les régions à forte transmission (OMS)    Liga / Real : Zidane partant, Raul probable arrivant !    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    Foot espagnol : Xavi Hernandez futur coach du Barça la saison prochaine !    Covid : Le patron de l'OMS appelle à ne pas vacciner les enfants pour donner les doses à Covax    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Solidaires dans le meilleur et dans le pire    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Liberia, le président Weah veut une législation plus coercitive face à l'«épidémie» de viols
Publié dans Barlamane le 10 - 09 - 2020

Depuis des semaines, les Libériennes se mobilisent pour dénoncer une situation critique, l'impunité et le peu d'engagement de l'Etat.
Le président George Weah a appelé à durcir les lois du Liberia face à ce qu'il a décrit comme une «alarmante recrudescenc » des cas de viols dans son pays, lors de la première conférence nationale sur la question, mardi 8 et mercredi 9 septembre. La conférence de deux jours, ouverte mardi par le chef de l'Etat libérien, s'est poursuivie mercredi en présence de son prédécesseur, Mme Ellen Jonhson Sirleaf, de représentants d'organisations féminines, de l'ONU et de chefs traditionnels.
«L'amélioration et le durcissement des lois en vigueur et des politiques de prévention et de lutte contre les violences sexuelles réduiront la fréquence des viols» et d'autres maux liés au genre, a déclaré M. Weah à l'ouverture de la conférence mardi. Il a appelé les participants à «chercher les meilleures pratiques» pour «mettre fin aux viols et autres formes de violences sexuelles et liées au genre» au Liberia qui subit «une épidémie de viols à côté de la pandémie de coronavirus». Depuis quelques semaines, les Libériennes se mobilisent dans la rue contre le viol et protestent contre l'inaction reprochée au gouvernement et au président.
Sanctions quasi-absentes
«Nous avons enregistré plus de 600 cas de viol entre juin et août», avait avancé fin août Margaret Taylor, directrice de l'ONG Women Empowerment Network œuvrant pour les droits et l'émancipation des femmes. En mai, c'était entre 80 et 100 cas, a-t-elle expliqué à l'occasion d'un rassemblement marquant à Monrovia et dans d'autres villes du pays le début de trois jours de mobilisation.
La fréquence des viols dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, éprouvé par les guerres et le virus Ebola au cours de son histoire récente, est une préoccupation ancienne. Un rapport de 2016 des Nations unies faisait état de 803 affaires de viol l'année précédente dans ce pays de 4,5 millions d'habitants, et dénonçait l'absence de sanctions contre les auteurs, des hommes adultes connus de leurs victimes dans la grande majorité.
Les Nations unies attribuaient ce chiffre en partie à «l'héritage d'impunité laissé par quatorze années de guerre civile» de 1989 à 2003, qui ont fait 250 000 morts et au cours de laquelle le viol a servi d'arme de guerre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.