Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle tribune de militaires : le monde de la défense en France n'en peut plus du délitement du pays
Publié dans Barlamane le 10 - 05 - 2021

Les dangers de rupture de la cohésion interne de la société française, de même que les problèmes d'insertion des minorités ou les difficultés dues aux circonstances économiques paraissent cruciaux aujourd'hui, avec une deuxième tribune des militaires, publiée dimanche soir et ouverte à la signature des citoyens français, laquelle avait recueilli quelque 90 000 signatures lundi matin.
Bon nombre de militaires en France expriment aujourd'hui leurs opinions personnelles sans être gênés par le filtre de la hiérarchie. Le gouvernement français a dénoncé lundi 10 mai une «grossière manœuvre» face à la publication d'une nouvelle tribune dans Valeurs actuelles de militaires appelant à la «survie» de la France où, selon eux, «la guerre civile couve». En France, un large éventail d'officiers confrontés au malaise qui sévit dans le pays, cultivent désormais une pensée personnelle sur son devenir avec une relative liberté, alors que le pouvoir civil redoute le pire à l'approche des élections de 2022, craignant que l'ordre politique cède le pas à l'ordre militaire.
La nouvelle tribune, publiée dimanche sous forme de pétition, dénonce notamment «le chaos et la violence» qui frappe le pays. «Nous voyons la haine de la France et de son Histoire devenir la norme», affirment les militaires en activité à l'initiative du texte, qui a obtenu plus de 90 000 signatures quelques heures seulement après sa publication. Elle met en évidence de problèmes réels : agissements des classes minoritaires, de l'économie souterraine et criminelle, des ghettos sociaux, des échecs de l'intégration et du déclin incessant du pays.
Le texte, qui reflète l'impopularité où se trouve Emmanuel Macron depuis son accession à la magistrature suprême , appelle à «sauver pays», et a été lancé cette fois par «des militaires d'active», et ouvert à la signature «des citoyens français qui le trouveraient à la hauteur des enjeux qui sont les nôtres», écrit le magazine.
Depuis quelques années, le déclin et le malaise français sont devenus des thèmes récurrents. Pour beaucoup, le pays est sur la mauvaise pente. Les commentateurs, souvent peu complaisants, scrutent le mal et renvoient une image douloureuse : les Français sont divisés, mal guidés par une classe politique véreuse et obnubilée par la le rythme de la rue et le calendrier électoral, limitant sans cesse les réformes et les sacrifices.
«Agissez, Mesdames et Messieurs. Il ne s'agit pas, cette fois, d'émotion sur commande, de formules toutes faites ou de médiatisation. Il ne s'agit pas de prolonger vos mandats ou d'en conquérir d'autres. Il s'agit de la survie de notre pays, de votre pays», écrivent les auteurs dans ce texte porté par 2 000 militaires et adressé au président de la République, aux ministres, aux parlementaires et aux officiers généraux. Les auteurs disent être «récemment entrés dans la carrière» et précisent qu'ils ne peuvent pas «réglementairement» s'exprimer «à visage découvert».
«Nous sommes de ce que les journaux ont nommé "la génération du feu". Hommes et femmes, militaires en activité, de toutes les armées et de tous les grades, de toutes les sensibilités, nous aimons notre pays. Ce sont nos seuls titres de gloire. Et si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de nous taire», écrivent-ils pour se présenter.
«Presque tous, nous avons connu l'opération "Sentinelle". Nous y avons vu de nos yeux les banlieues abandonnées, les accommodements avec la délinquance. Nous avons subi les tentatives d'instrumentalisation de plusieurs communautés religieuses, pour qui la France ne signifie rien – rien qu'un objet de sarcasmes, de mépris voire de haine» précisent-ils.
Valeurs actuelles avait publié, le 21 avril, une tribune choc dans laquelle «une vingtaine de généraux, une centaine de hauts gradés et plus d'un millier d'autres militaires» appelaient Emmanuel Macron à défendre le patriotisme, et se disaient «disposés à soutenir les politiques qui prendr[aient] en considération la sauvegarde de la nation».
Ce texte a déclenché une vive controverse dans la classe politique, certains fustigeant un quasi-appel à l'insurrection quand d'autres saluaient un sursaut salutaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.