ONCF : Le TGV entrera en service dès la fin de ce mois    SM le Roi nomme Driss Guerraoui président du Conseil de la Concurrence    Biographie de M. Driss Guerraoui, nouveau président du Conseil de la Concurrence    CAN 2019. Le Maroc composte son billet pour la phase finale    Pedro Sanchez attendu au Maroc    CAN 2019 : Le Maroc officiellement qualifié    Après 10 mois de prison, Tariq Ramadan sort de prison sous caution (Détails)    De la neige et des rafales de vents attendus ce week-end    Univers Digital inaugure son 2e magasin casablancais    Affaire Khashoggi : le rapport accablant de la CIA    Le Maroc et la Tunisie veulent synchroniser leurs politiques monétaires    La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances 2019    Le 11ème Sommet extraordinaire sur la réforme institutionnelle de l'Union africaine entame ses travaux    Pourquoi Bourita dérange    «Nous sommes arrivés très rapidement à la fin du processus»    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les performances comparées des 12 régions du Royaume    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ouayach, président de la Comader : « La filière laitière est au bord du sinistre »
Publié dans Challenge le 25 - 06 - 2018

Le mouvement de boycott a eu un important impact sur la filière du lait. Les agriculteurs sont aujourd'hui dans une situation de désespoir total, et ne savent plus à quel saint se vouer. Ahmed Ouayach, président de la Confédération Marocaine de l'Agriculture et du Développement Rural (Comader), décrypte la situation.
Challenge : Lors de sa dernière Assemblée générale, la Comader a tiré la sonnette d'alarme sur les conséquences du boycott de la filière du lait. Avez-vous des données précises aujourd'hui pour nous évaluer le niveau des dégâts engendrés par ce mouvement de boycott sur cette filière ?
Ahmed Ouayach : Nous ne pouvons pas estimer exactement les dégâts engendrés à l'heure actuelle. En tant que Comader, nous avons plus un rôle de soutien à la filière, et peut-être dans une deuxième phase, nous pourrons jouer d'autres rôles. Mais, ce que nous constatons, c'est que le lait n'est pas totalement collecté par la société qui le fait d'habitude. Cela engendre donc des pertes chez les éleveurs, qui sont obligés de vendre leur lait à d'autres collecteurs ou colporteurs et dans des conditions qui laissent à désirer, et en plus à bas prix. Ces éleveurs ont aujourd'hui un problème de trésorerie et se trouvent dans une situation désespérante. Nous essayons, nous en tant que Comader d'appeler les composantes de la filière à se concerter et ne pas commencer à se tirer dans les pieds, car ce n'est dans l'intérêt de personne.
Challenge : Pour vous qui êtes sur le terrain, quelle issue peut-on envisager à cette situation ?
La solution idéale serait que le lait soit collecté totalement. C'est vrai qu'au début, la société concernée par le boycott (ndlr : Centrale Danone) a essayé de faire des efforts, mais à un moment donné, elle n'en pouvait plus, car ses pertes étaient devenues trop importantes. Etant donné que c'est un partenariat d'agrégation qui lie la société à ces agriculteurs, elle donnait donc des crédits, finançait les acquisitions des bacs à lait, l'achat des vaches, et souvent le fourrage, et aujourd'hui tout cela semble au point mort. L'entreprise en question fait ce qu'elle peut aujourd'hui. Face à cette situation, notre rôle à la Comader est de sensibiliser tout le monde, y compris les autorités. Soulignons aussi que cette filière est un gisement d'emplois, et ce sont surtout les femmes et les petites filles qui y travaillent. Si cette situation perdure, c'est tout l'équilibre de l'exploitation qui est menacé. Aussi, les éleveurs seront-ils dans l'obligation de se séparer de leurs vaches parce qu'ils ne pourront plus acheter des aliments de bétail pour les nourrir, ni les vacciner.
Challenge : Quel appel avez-vous à lancer aux autorités au vu de la gravité de la situation ?
Il est important de souligner que la filière laitière est au bord du sinistre. Mon appel s'adresse donc à tout le monde, y compris le gouvernement qui peut réunir les opérateurs de la filière pour trouver une solution. Il doit y en avoir. Et ce sont les professionnels du lait qui ont à proposer une alternative, en concertation avec les pouvoirs publics, pour ne serait-ce que venir d'abord en aide à cette population sinistrée. Nous sommes devant une équation à plusieurs inconnues et donc il faut trouver la bonne solution.
Son parcours
Ahmed Ouayach est le président de la Confédération Marocaine de l'Agriculture et du Développement rural. Homme très engagé et très discret, il a aussi créé plusieurs associations et coopératives. Il est né en 1952, et est un lauréat de l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et de l'Institut National Agronomique Paris-Grignon
Son actu
La Comader a récemment tenu son Assemblée générale ordinaire. En marge de cette assemblée, la Confédération a examiné l'impact sur les agriculteurs producteurs de lait du boycott des produits de certains groupes.
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.