Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ouayach, président de la Comader : « La filière laitière est au bord du sinistre »
Publié dans Challenge le 25 - 06 - 2018

Le mouvement de boycott a eu un important impact sur la filière du lait. Les agriculteurs sont aujourd'hui dans une situation de désespoir total, et ne savent plus à quel saint se vouer. Ahmed Ouayach, président de la Confédération Marocaine de l'Agriculture et du Développement Rural (Comader), décrypte la situation.
Challenge : Lors de sa dernière Assemblée générale, la Comader a tiré la sonnette d'alarme sur les conséquences du boycott de la filière du lait. Avez-vous des données précises aujourd'hui pour nous évaluer le niveau des dégâts engendrés par ce mouvement de boycott sur cette filière ?
Ahmed Ouayach : Nous ne pouvons pas estimer exactement les dégâts engendrés à l'heure actuelle. En tant que Comader, nous avons plus un rôle de soutien à la filière, et peut-être dans une deuxième phase, nous pourrons jouer d'autres rôles. Mais, ce que nous constatons, c'est que le lait n'est pas totalement collecté par la société qui le fait d'habitude. Cela engendre donc des pertes chez les éleveurs, qui sont obligés de vendre leur lait à d'autres collecteurs ou colporteurs et dans des conditions qui laissent à désirer, et en plus à bas prix. Ces éleveurs ont aujourd'hui un problème de trésorerie et se trouvent dans une situation désespérante. Nous essayons, nous en tant que Comader d'appeler les composantes de la filière à se concerter et ne pas commencer à se tirer dans les pieds, car ce n'est dans l'intérêt de personne.
Challenge : Pour vous qui êtes sur le terrain, quelle issue peut-on envisager à cette situation ?
La solution idéale serait que le lait soit collecté totalement. C'est vrai qu'au début, la société concernée par le boycott (ndlr : Centrale Danone) a essayé de faire des efforts, mais à un moment donné, elle n'en pouvait plus, car ses pertes étaient devenues trop importantes. Etant donné que c'est un partenariat d'agrégation qui lie la société à ces agriculteurs, elle donnait donc des crédits, finançait les acquisitions des bacs à lait, l'achat des vaches, et souvent le fourrage, et aujourd'hui tout cela semble au point mort. L'entreprise en question fait ce qu'elle peut aujourd'hui. Face à cette situation, notre rôle à la Comader est de sensibiliser tout le monde, y compris les autorités. Soulignons aussi que cette filière est un gisement d'emplois, et ce sont surtout les femmes et les petites filles qui y travaillent. Si cette situation perdure, c'est tout l'équilibre de l'exploitation qui est menacé. Aussi, les éleveurs seront-ils dans l'obligation de se séparer de leurs vaches parce qu'ils ne pourront plus acheter des aliments de bétail pour les nourrir, ni les vacciner.
Challenge : Quel appel avez-vous à lancer aux autorités au vu de la gravité de la situation ?
Il est important de souligner que la filière laitière est au bord du sinistre. Mon appel s'adresse donc à tout le monde, y compris le gouvernement qui peut réunir les opérateurs de la filière pour trouver une solution. Il doit y en avoir. Et ce sont les professionnels du lait qui ont à proposer une alternative, en concertation avec les pouvoirs publics, pour ne serait-ce que venir d'abord en aide à cette population sinistrée. Nous sommes devant une équation à plusieurs inconnues et donc il faut trouver la bonne solution.
Son parcours
Ahmed Ouayach est le président de la Confédération Marocaine de l'Agriculture et du Développement rural. Homme très engagé et très discret, il a aussi créé plusieurs associations et coopératives. Il est né en 1952, et est un lauréat de l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et de l'Institut National Agronomique Paris-Grignon
Son actu
La Comader a récemment tenu son Assemblée générale ordinaire. En marge de cette assemblée, la Confédération a examiné l'impact sur les agriculteurs producteurs de lait du boycott des produits de certains groupes.
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.