Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ouayach, président de la Comader : « La filière laitière est au bord du sinistre »
Publié dans Challenge le 25 - 06 - 2018

Le mouvement de boycott a eu un important impact sur la filière du lait. Les agriculteurs sont aujourd'hui dans une situation de désespoir total, et ne savent plus à quel saint se vouer. Ahmed Ouayach, président de la Confédération Marocaine de l'Agriculture et du Développement Rural (Comader), décrypte la situation.
Challenge : Lors de sa dernière Assemblée générale, la Comader a tiré la sonnette d'alarme sur les conséquences du boycott de la filière du lait. Avez-vous des données précises aujourd'hui pour nous évaluer le niveau des dégâts engendrés par ce mouvement de boycott sur cette filière ?
Ahmed Ouayach : Nous ne pouvons pas estimer exactement les dégâts engendrés à l'heure actuelle. En tant que Comader, nous avons plus un rôle de soutien à la filière, et peut-être dans une deuxième phase, nous pourrons jouer d'autres rôles. Mais, ce que nous constatons, c'est que le lait n'est pas totalement collecté par la société qui le fait d'habitude. Cela engendre donc des pertes chez les éleveurs, qui sont obligés de vendre leur lait à d'autres collecteurs ou colporteurs et dans des conditions qui laissent à désirer, et en plus à bas prix. Ces éleveurs ont aujourd'hui un problème de trésorerie et se trouvent dans une situation désespérante. Nous essayons, nous en tant que Comader d'appeler les composantes de la filière à se concerter et ne pas commencer à se tirer dans les pieds, car ce n'est dans l'intérêt de personne.
Challenge : Pour vous qui êtes sur le terrain, quelle issue peut-on envisager à cette situation ?
La solution idéale serait que le lait soit collecté totalement. C'est vrai qu'au début, la société concernée par le boycott (ndlr : Centrale Danone) a essayé de faire des efforts, mais à un moment donné, elle n'en pouvait plus, car ses pertes étaient devenues trop importantes. Etant donné que c'est un partenariat d'agrégation qui lie la société à ces agriculteurs, elle donnait donc des crédits, finançait les acquisitions des bacs à lait, l'achat des vaches, et souvent le fourrage, et aujourd'hui tout cela semble au point mort. L'entreprise en question fait ce qu'elle peut aujourd'hui. Face à cette situation, notre rôle à la Comader est de sensibiliser tout le monde, y compris les autorités. Soulignons aussi que cette filière est un gisement d'emplois, et ce sont surtout les femmes et les petites filles qui y travaillent. Si cette situation perdure, c'est tout l'équilibre de l'exploitation qui est menacé. Aussi, les éleveurs seront-ils dans l'obligation de se séparer de leurs vaches parce qu'ils ne pourront plus acheter des aliments de bétail pour les nourrir, ni les vacciner.
Challenge : Quel appel avez-vous à lancer aux autorités au vu de la gravité de la situation ?
Il est important de souligner que la filière laitière est au bord du sinistre. Mon appel s'adresse donc à tout le monde, y compris le gouvernement qui peut réunir les opérateurs de la filière pour trouver une solution. Il doit y en avoir. Et ce sont les professionnels du lait qui ont à proposer une alternative, en concertation avec les pouvoirs publics, pour ne serait-ce que venir d'abord en aide à cette population sinistrée. Nous sommes devant une équation à plusieurs inconnues et donc il faut trouver la bonne solution.
Son parcours
Ahmed Ouayach est le président de la Confédération Marocaine de l'Agriculture et du Développement rural. Homme très engagé et très discret, il a aussi créé plusieurs associations et coopératives. Il est né en 1952, et est un lauréat de l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et de l'Institut National Agronomique Paris-Grignon
Son actu
La Comader a récemment tenu son Assemblée générale ordinaire. En marge de cette assemblée, la Confédération a examiné l'impact sur les agriculteurs producteurs de lait du boycott des produits de certains groupes.
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.