L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bien-être au travail, le souci de tous
Publié dans Challenge le 25 - 07 - 2018

Une ambiance saine au sein de l'entreprise est synonyme de performance. Encore faut-il veiller à l'instaurer.
Le bien-être au travail est devenu l'un des sujets les plus prisés dans le milieu professionnel ces dernières années. Stress, burnout, dépression... tous les secteurs d'activité semblent avoir été touchés. Pour y remédier, il existe plusieurs solutions pour construire une politique de bien-être au travail permet à la fois de réduire les risques psychosociaux et d'agir sur le climat collectif et sur la motivation dans le travail. L'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) a présenté dans ce sens deux démarches bien-être adaptées en fonction de la taille d'entreprise.
La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que les notions de santé physique et mentale, précise l'Institut. Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d'épanouissement dans et par le travail qui dépasse l'absence d'atteinte à la santé. Le bien-être met l'accent sur la perception personnelle et collective des situations et des contraintes de la sphère professionnelle. Le sens de ces réalités a, pour chacun, des conséquences physiques, psychologiques, émotionnelles et psychosociales et se traduit par un certain niveau d'efficacité pour l'entreprise, note l'INRS.
Une approche proactive de la santé au travail
L'approche bien-être au travail vise à développer dans l'entreprise une conception de l'efficacité et de la performance qui soit soucieuse de la santé des salariés et favorise leur motivation et leur implication dans le travail. L'INRS soutient que la mise en œuvre d'une politique de bien-être peut ainsi contribuer à l'épanouissement professionnel des salariés mais aussi à l'amélioration de l'ambiance de travail au sein des équipes et au renforcement du climat de respect et d'écoute. Elle contribue aussi à prévenir les risques psychosociaux, en amont des manifestations aiguës de stress, de violence ou d'épuisement.
La notion de bien-être au travail est parfois mobilisée pour parler d'actions qui n'ont que peu d'impacts sur l'organisation concrète du travail dans les équipes. C'est le cas par exemple de la mise à disposition d'infrastructures sportives, de séances de massages ou de conseils diététiques. Les démarches proposées par l'INRS sont d'une toute autre nature : elles s'inscrivent dans les obligations légales de construire une démarche de prévention des risques psychosociaux. Cela impose en particulier de développer une posture d'écoute des salariés sur les facteurs organisationnels reconnus comme ayant un impact en matière de risques psychosociaux (RPS) : la définition des tâches, le sens du travail, la répartition de la charge de travail, les relations entre les collègues et avec la hiérarchie…
Deux étapes à respecter pour l'approche bien-être au travail
La première étape consiste à recueillir les points de vue des salariés sur les situations de travail problématiques et sources de tensions. La seconde étape implique d'échanger sur ces situations avec l'ensemble des acteurs concernés -dont les décideurs- à l'occasion d'un débat orienté vers la recherche de solutions organisationnelles, explique l'Institut.
Pour aider à la mise en œuvre de cette approche dans l'entreprise, deux démarches sont proposées en fonction de la taille de l'entreprise : une démarche construite autour du questionnaire dénommé « SATIN » pour les moyennes et grandes entreprises. Basé sur une analyse exhaustive des facteurs de RPS mentionnés dans les publications scientifiques, le questionnaire SATIN permet de collecter des informations sur les éléments déterminants du bien-être au travail. À partir de là, des outils d'analyses également fournis permettent de générer de manière simple des graphiques de résultats qui serviront de base à des réunions d'échange visant à faire évoluer les conditions de travail pour un collectif, un site, une entreprise. La deuxième démarche d'intervention bien-être est dédiée aux petites entreprises ( à 50 salariés). Cette démarche privilégie une action rapide axée sur la construction de solutions. Elle s'adresse à des intervenants (psychologue, ergonome...) ayant des compétences dans la conduite d'entretiens individuels et de groupes, et dans l'animation de discussions collectives.
La première démarche qui s'appuie sur le questionnaire SATIN impose de donner des garanties sur l'anonymat, ce qui est difficile avec des effectifs faibles, c'est pourquoi elle est mieux adaptée à des entreprises de plus de 50 personnes.
Réciproquement la deuxième démarche bien-être proposée est plus adaptée pour les entreprises de moins de 50 salariés, effectif au-delà duquel une approche qualitative est plus difficile à conduire.
Dans ce sens, le coach Karim Lahlou reviendra plus en détails sur ces démarches qui participent à la promotion du bien-être au travail dans une série de vidéos.
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.