Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    L'Algérie pleure ses morts emportés par les inondations, Tebboune pleure la mère de Brahim Ghali    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    10 millions DH pour réhabiliter la zone industrielle Moghogha à Tanger    Déclarer et payer l'impôt sont deux obligations distinctes    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    Covid-19 : Les femmes frappées de plein fouet par le chômage    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    5 millions DH pour faire de Dakhla capitale mondiale du foil    Barça: Laporta déclare la guerre au PSG à cause de Messi    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Harcèlement sexuel : accusé à nouveau et isolé, Andrew Cuomo écarte une démission    ANRT : croissance soutenue du parc de l'internet    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Oujda : Un individu placé sous surveillance médicale met fin à ses jours    Maroc-USA Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    Rencontre avec Mustapha Jmahri autour de la mémoire d'El Jadida    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    Ahlam Aboulamal, Une vie rythmée par le monde des arts et du spectacle    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Abdelouafi Laftit : L'étape actuelle exige l'implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle Charte d'Investissement : Les ultimes arbitrages avant la promulgation
Publié dans Challenge le 08 - 05 - 2019

Promise pour fin 2017 avant d'être annoncée pour imminente en octobre 2018, la promulgation de la nouvelle Charte de l'Investissement tient en haleine le monde des affaires. Après une gestation de près de trois ans, le nouveau cadre d'appui à l'investissement serait-il à la hauteur des attentes des opérateurs économiques ou, à force d'être édulcoré dans l'athanor des arbitrages fiscaux et des sacro-saints équilibres budgétaires, déboucherait-il in fine sur une réforme aseptisée et à demi-teinte ? Plus que quelques semaines d'attente pour le savoir… a priori !
Presque trois ans de gestation, une consultation nationale inédite pour une réforme de ce genre, des va-et-vient interminables entre plusieurs départements ministériels. L'actualisation de la charte de l'investissement qui fait languir plus d'un opérateur dans les milieux d'affaires avait été hissée, dès sa présentation en juillet 2016, au rang des priorités de l'actuelle équipe gouvernementale.
Il faut dire que contrairement à celle adoptée en 1995, la nouvelle mouture du très attendu cadre global d'appui à l'investissement devrait se distinguer par des offres claires (tronc commun, sectorielles et territoriales), des avantages précis (fiscalité, foncier, accompagnement de l'Etat) et, aussi, une approche évolutive pour intégrer les réformes et stratégies sectorielles à initier. Et c'est sans doute là où le bât blesse, car avec des objectifs assez ambitieux et protéiformes, les arbitrages entre départements et l'inévitable aval du ministère de l'Economie et des Finances, se sont avérés beaucoup plus complexes et chronophages. D'où, à plusieurs reprises, des annonces d'une promulgation imminente qui ont fini par devenir l'arlésienne qui n'advient jamais.
Certes, plusieurs mesures initialement proposées par Othmane El Ferdaous, jeune secrétaire d'Etat chargé de l'Investissement et sponsor principal de cette réforme qu'il a érigée en cheval de bataille de sa mission gouvernementale, ont déjà été adoptées progressivement à partir de 2017, comme le statut d'exportateur indirect (qui fait bénéficier aux opérateurs qui peuvent s'en prévaloir des exonérations fiscales et taux d'imposition réduits au même titre que les exportateurs directs), l'IS (Impôt sur les Sociétés) à 0% pour les nouvelles sociétés industrielles pendant les cinq premières années de leur existence ou encore la mise en place d'une zone franche par région ; mais il n'en demeure pas moins que le mystère reste entier quant aux autres nouveautés qu'elle a introduites et qui, pour leur part, ne sont manifestement pas passées comme une lettre à la poste.
Selon une source sûre, le projet qui a été transféré depuis plusieurs mois déjà au ministère de l'Economie et des Finances pour finalisation, bute encore sur certaines mesures que l'auteur du fameux hashtag #fikrainvest (par lequel un appel public aux idées avait été lancé en août 2017) souhaiterait adopter dans le cadre d'une part du soutien à l'innovation, notamment en faveur des TPME opérant dans les écosystèmes créés par le ministère de l'Industrie et, d'autre part, de la transmission d'entreprise. Plus concrètement, ce dernier a proposé d'accorder un « kit » d'exonérations et d'avantages fiscaux divers (IR, IS, Taxe professionnelle…) à un quota annuel d'entreprises innovantes sur la base d'une sélection faite par un Comité d'experts piloté par le ministère de l'Industrie.
Quant au volet de la transmission d'entreprise, le projet de réforme aurait visé à introduire des mesures incitatives pour la reprise des entreprises par des dirigeants internes et externes, sachant que l'une des causes de la mortalité élevée des PME marocaines, figure le taux de défaillance non moins élevé lui aussi des transmissions au sein de la famille fondatrice au-delà de la deuxième génération. Une mesure qui viendrait enfin faire droit aux multiples revendications de chefs d'entreprise relayées par les auteurs du Baromètre de la transmission d'entreprise au Maroc (une étude qui dresse régulièrement une cartographie des problématiques de transmission d'entreprise au Maroc et des leviers permettant de la faciliter) qui, lors de la dernière édition de 2017, avaient recommandé que les charges d'intérêts sur le financement de la reprise des entreprises par des entrepreneurs dirigeants soient déductibles de l'impôt sur le revenu de l'acquéreur. Or de telles initiatives ont un coût fiscal non négligeable et posent, par ailleurs, notamment pour le « pack fiscal » aux entreprises innovantes, le problème de l'équité dans le choix des bénéficiaires. Sans compter qu'il est difficile pour ne pas dire impossible pour l'Argentier du Royaume d'octroyer des « cadeaux » fiscaux qui ne seraient pas financés par ailleurs par les temps qui courent, d'une gestion budgétaire confrontée à l'immense défi de concilier rigueur (notamment en ramenant le déficit budgétaire au-dessous de 3% du PIB, ce qui devait être le cas en 2016 déjà, au vu des promesses du précédent gouvernement) et accélération des programmes sociaux ayant pour objectif de réduire disparités sociales et territoriales.
En outre, les récentes études économiques en matière de mesures fiscales incitatives en faveur de l'innovation, démontrent que pour être efficaces, celles-ci doivent être appréhendées dans le contexte des politiques fiscales générales du pays et de l'ensemble des actions menées en faveur de l'innovation, notamment les systèmes d'aide à la R&D (Recherche & Développement). Un constat sur lequel insiste par exemple le dernier rapport sur le sujet de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) intitulé « Fiscal incentives for R&D and innovation in a diverse world » et qui fait le point sur le rôle des politiques publiques dans la promotion de la R&D, de la création, de la diffusion et l'utilisation de nouvelles connaissances et d'innovations.
Aussi, lorsqu'elles ne sont pas correctement conçues, ces politiques ont, à priori, des conséquences accidentelles, comme favoriser les entreprises en place, inciter les petites entreprises à entreprendre des activités moins efficientes ou ouvrir la voie à l'arbitrage et à la recherche de rentes.
Au demeurant, quand bien même la future Charte d'Investissement risque de subir un sérieux coup de rabot de la part du gardien des équilibres fiscaux et macro-économiques du pays, elle aura au moins le mérite d'avoir rafraichi un cadre devenu assez obsolète en y introduisant des mesures concrètes, réalistes et visant à encourager les initiatives privées et en améliorer le rendement de l'investissement. Espérons juste que sa promulgation intervienne le plus vite possible après une si longue gestation alors que le milieu des affaires a vraiment besoin d'un électrochoc pour surmonter la sinistrose ambiante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.