Mauvaise gestion du patrimoine architectural de Casablanca: Le gouverneur limogé    Rabat: Laftit se réunit avec les partis non représentés au Parlement    Ouverture partielle des frontières: Les agences de voyages exclues    Coronavirus : une nouvelle tranche d'aides au profit des ménages de l'informel    Présidentielle en Pologne: Le conservateur Andrzej Duda rempile    Maroc/Covid-19: la répartition des 191 nouveaux cas par région    Rush sans précédent sur les vols de RAM    Coronavirus au Maroc: les derniers chiffres inquiètent le département d'Aït Taleb    Mahi Binebine n'ira pas à Perpignan    L'approvisionnement en eau potable pose problème à Meknès et Fquih Ben Saleh    Une première médicale à Dakhla    Reconfinement local suspendu en Espagne, nouveau couvre-feu en Afrique du Sud    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Reprise économique et préservation de l'emploi, deux priorités pressantes du PLFR    Le Laboratoire de l'info : Spécial paix au Proche-Orient (Vidéo)    En-Nesyri buteur sur une passe de Bounou    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Pour Mendy, le pic de forme arrive à point nommé    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Victime de ses clusters : Tanger en portes closes    Le Bureau politique regrette que la majorité n'ait pas été associée à la préparation de la loi de Finances rectificative    Mauvaises langues    Le frère de Serge Aurier tué dans une fusillade    UFC : le nigérian Kamaru Usman conserve son titre!    Vers un reconfinement de Casablanca ?    Fermeture de l'Aéroport Ibn Battouta : Aucune décision prise pour le moment    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Aïd Al-Adha: plus de 7,2 millions de têtes identifiées    Liga: Lionel Messi égale Thierry Henry !    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières»    Des restaurants fermés pour non-respect des mesures de distanciation    Coronavirus: l'urgence d'une relance économique plus verte    Bulgarie: Le président réclame la démission du gouvernement «mafieux»    La relance du tourisme au menu du Conseil de gouvernement    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Monténégro    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Les Frères Naciri réalisent et produisent «Malheur Malheur» de Maître Gims    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    La RAM est-elle moins stratégique que Air France-KLM?    Un artiste charismatique s'en va    Données personnelles : Trois programmes Data-Tika lancés par la CNDP    Retour béni    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc
Publié dans Challenge le 29 - 05 - 2020

Abderrahmane Youssoufi n'est plus. L'instant que craignaient ses proches depuis un moment, parce qu'il était fatigué, est arrivé. Mais il restera dans l'histoire et pour toujours et pas uniquement parce qu'il a mené l'alternance consensuelle.
Abderrahmane Youssoufi s'est engagé très jeune au sein du parti de l'Istiqlal. Il a fait partie des toutes premières cellules de la résistance et de l'armée de libération, ce qui lui valut le titre du Grand Moujahid. A l'indépendance, il dirige le parti dans la zone Nord et va jouer un rôle essentiel dans la préparation de la scission qui a créé l'UNFP.
Proche de Basri, le Fkih pas le flic, il est obligé de prendre le chemin de l'exil, dès le début des années 60. Il milite au sein de la Fédération Internationale des droits de l'homme, préside l'association des avocats arabes.
Lire aussi | Votre e-magazine Challenge du vendredi 29 mai 2020
En 1975, il adresse un message au congrès extraordinaire de l'USFP soutenant l'option démocratique et dénonçant l'aventurisme.
Il ne rentrera que quelques années après pour seconder Abderrahim Bouabid avant de lui succéder à sa mort, en tant que premier secrétaire. C'est à ce titre qu'il négociera et conduira l'alternance consensuelle, compromis qui a permis au Maroc d'accélérer la construction démocratique.
Notre disparu avait les qualités d'un homme d'Etat. Il avait le courage de ses positions qui étaient exclusivement motivées par l'intérêt du pays. L'homme était très fidèle en amitié, lien qu'il n'accordait pas facilement. Il y a encore quelques mois, il a assisté à un événement en souvenir de son ami El Ouadie Assafi et de sa femme Touria Sekkat. Si Abderrahmane était aussi très économe en paroles. Il préférait écouter les uns et les autres avant de se faire une opinion de s'y tenir, car il était pratiquement impossible de lui faire changer d'avis, ce qui relevait de la force de caractère et non pas d'un quelconque narcissisme.
Si Abderrahmane n'est plus, mais il restera dans l'histoire parce qu'il en a été un des plus importants acteurs. Il n'a jamais eu d'intérêt pour autre chose que la politique dans le sens noble du terme. Pendant 96 ans, il a servi son pays, sans jamais se soucier de son bien-être. Son héritage moral est colossal, mais il ne lègue pas de patrimoine parce qu'il n'en a jamais constitué. Son patrimoine c'est le respect des marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.