Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Pour l'ex-Premier ministre malaisien, les Musulmans ont « le droit d'être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé »    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 4320 nouveaux cas, 212.038 au total, jeudi 29 octobre à 18 heures    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    MCA/OCDE : Convention de partenariat pour l'amélioration des pratiques dans l'enseignement secondaire    Et revoilà Benkirane, le retour!    Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    David Fischer parle des relations Maroc-USA dans le Washington Times    Le journaliste Driss Ouhab est décédé du Covid-19    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    MCA-Morocco prolonge les dates de préparation des offres    Les éclaircissements de Abdelouafi Laftit    Tanger : Inauguration du siège de la Maison méditerranéenne du climat    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Le président Erdogan a reçu un message du roi Mohammed VI    France. Avignon : un homme équipé d'une arme de poing abattu par la police    Anticiper la brutalité : Un reconfinement ciblé est à nos portes    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Météo: temps assez ensoleillé ce jeudi au Maroc    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Ligue des champions : Dortmund n'a plus d'âme, la faute à Lucien Favre ?    Premier but de Ziyech avec Chelsea (VIDEO)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : faut-il s'inquiéter de la multiplication des clusters au Maroc ?
Publié dans Challenge le 28 - 06 - 2020

Même si le Maroc accélère son déconfinement, le coronavirus n'a pas encore disparu. Depuis quelques jours, plusieurs foyers de contamination ont été recensés. Est-ce vraiment inquiétant ? Selon Pr Jaâfar Heikel, épidémiologiste et infectiologue, expert International et Directeur général de la clinique de Vinci à Casablanca, « la réponse est oui et non ». Explications.
Voilà quatre jours qu'un vent de liberté semble souffler sur le Maroc. Déconfinement oblige, nombreux sont les Marocains à avoir profité des gros rayons du soleil pour se retrouver les pieds dans l'eau, quand d'autres ont préféré faire le pied de grue devant les enseignes de prêt-à-porter. Une liberté retrouvée qui ferait presque oublier qu'il y a quelques jours encore, certains déplacements devaient être calibré au kilomètre près. Et pourtant, le virus de la Covid-19 circule encore, en témoignent les récents clusters identifiés ici et là. Mais faut-il vraiment s'inquiéter de voir fleurir au Maroc de nouveaux foyers de contamination ? Selon Pr Jaâfar Heikel, épidémiologiste et infectiologue, expert International et Directeur général de la clinique de Vinci à Casablanca, « en principe, il ne faut pas s'inquiéter de la résurgence de cas positifs dans le cadre d'une politique de dépistage élargi ». Selon lui, cela peut aussi témoigner de l'efficacité de la stratégie contre l'épidémie de coronavirus. En effet, dit-il, lorsque les pouvoirs publics ont enclenché une première stratégie d'allégement du confinement, puis un déconfinement progressif avec le zoning en zone 1 et zone 2, ils ont pris une décision sage qu'ils ont accompagnée par un élargissement du dépistage. « Il était important que la reprise économique, particulièrement en milieu industriel et commercial, s'accompagne de dépistage des cas éventuellement positifs afin de les isoler, les traiter, et de s'emparer des cas contacts. Le pays est donc passé de quelques centaines voire quelques milliers de dépistage à 20.000 dépistages par jour. Il est évident que nous allions avoir une hausse des nouveaux cas dans les clusters », explique Pr Heikel qui définit un cluster comme la survenue d'au moins 3 cas confirmés ou probable, dans une période de quelques jours, et qui partagent un espace de travail commun, une forme de promiscuité, un certain nombre de règles d'hygiène et de sécurité sanitaire… « Lorsque ces règles ne sont toujours pas optimales, cela favorise la propagation du virus. Et donc quand on rapporte ce nombre de nouveaux cas par rapport au nombre de dépistage, le Maroc reste dans des proportions très faibles, c'est-à-dire inférieures à environ 3% de positivité », affirme-t-il.
Lire aussi |Le Maroc à la veille d'un tsunami social ?
C'est dire si le nombre de clusters identifiés depuis l'allégement du confinement, peut faire peur, il n'y aurait pas de raison de s'inquiéter. La réapparition de foyers épidémiques est donc bon signe, puisque cela montre que le confinement a été efficace. On s'intéresse de nouveau à des gens faiblement symptomatiques ou asymptomatiques, explique le Directeur général de la clinique de Vinci à Casablanca, qui avance deux raisons majeures. « 95% des cas dépistés, voire 98 %, sont soit asymptomatiques, soit avec peu de symptômes, donc ne présentant aucun danger du point de vue risque vital ou pronostic vital. Il s'agit là d'un point important. La deuxième raison principale est qu'il est possible que ces personnes asymptomatiques ou peu symptomatiques transmettent le virus à d'autres personnes. Or, nous savons aujourd'hui gérer un cas positif. Tout ceci nous permet de dire qu'il ne faut pas s'inquiéter de ces clusters ». Paradoxalement donc, la multiplication des clusters, qui témoigne de la méthode efficace du dépistage élargi, pourrait permettre d'éviter un reconfinement général de la population, au profit d'un reconfinement localisé en cas de résurgence trop importante du coronavirus. Hier samedi 27 juin, le ministère de la Santé a également assuré que la situation épidémiologique de la Covid-19 au Maroc est maîtrisée et stable et que l'augmentation récente du nombre de cas positifs est due à l'élargissement du dépistage collectif précoce et actif réalisé pour contenir la pandémie et freiner sa propagation. L'élargissement du dépistage s'inscrit dans le cadre de l'accompagnement et de la préparation à l'allègement des mesures de confinement sanitaire, explique le ministère dans un communiqué, précisant que la situation épidémiologique dans le Royaume reste maîtrisée et stable, compte tenu du nombre réduit des cas critiques et du très faible taux de létalité. Selon le ministère, 98% des malades sont asymptomatiques, mais demeurent toutefois transmetteurs du virus, ce qui nécessite leur prise en charge pour protéger les personnes fragiles et le respect strict des mesures préventives recommandées par les autorités sanitaires.
Lire aussi | Tests du Covid-19 : le Maroc entre au top 40 mondial
Mais pour Pr Jaâfar Heikel, également, tout n'est pas gagné d'avance et qu'on pourrait même s'en inquiéter. « Un élément me permet aussi de dire : attention, soyons vigilant ! Certes, il n'y a rien que nous ne sachions déjà sur ces clusters mais le risque existe. Il s'agit tout simplement de l'éventuel débordement des structures hospitalières, notamment les hôpitaux publics ou les endroits des regroupements comme par exemple ceux des sites de Benslimane et de Benguerir. Jusque-là, en effet, la stratégie des pouvoirs publics est d'hospitaliser systématiquement toute personne qu'elle soit symptomatique ou asymptomatique. Et cela peut être inquiétant d'autant plus que l'Etat a ouvert différents hôpitaux pour s'occuper des autres malades, de la santé de la mère et de l'enfant, de la vaccination des enfants, des malades chroniques, des sujets âgées... Et si de nouveau, les hôpitaux sont débordés, cela va être difficile à gérer », justifie-t-il. En effet, selon ce dernier, le secteur privé participait, ce qui n'est plus le cas depuis la fin de la période de Covid. « Qu'est ce qui va se passer par rapport au secteur privé ? Va-t-il de nouveau participer ou non et dans quelle circonstance ? Comment ne pas être débordé par les cas positifs et en même temps proposer une stratégie de prise en charge des personnes qui sont asymptomatiques ou présentant peu de symptômes dans ce nouveau contexte ? », se demande l'épidémiologiste et infectiologue qui recommande de réfléchir s'il n'y a pas d'alternatives de prise en charge, comme le suivi à domicile s'il y a une garantie d'isolement par exemple ou les unités d'isolement (en cas de non garantie d'isolement) publics ou privés dans le cadre d'un partenariat public-privé.
Lire aussi |Plans d'actions anti-Covid au Maroc : ce que proposent les Régions
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.