Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tourisme national : un secteur d'avenir
Publié dans Challenge le 07 - 08 - 2020

Depuis longtemps « oublié », les pouvoirs publics essaient de faire renaître le tourisme national. Pour cela la vision et l'approche adoptées devraient aller bien au-delà du conjoncturel.
Avec le transport aérien, le secteur du tourisme est sans aucun doute un secteur décimé par la crise sanitaire. L'instabilité actuelle, inhérente aux incertitudes de la phase post-confinement, a certainement aggravé la situation, privant ainsi les ménages marocains du minimum de visibilité pour pouvoir programmer leurs vacances.
Dans l'urgence, pour essayer d'atténuer les effets dévastateurs de la crise sanitaire sur les activités touristiques, le département concerné a prévu six mesures pour encourager le tourisme national : budget de promotion pour stimuler la demande locale ; mise en place d'une plateforme collaborative de distribution pour le tourisme local ; renforcement des lignes intérieures avec un désengorgement des destinations classiques ; révision du calendrier des vacances scolaires pour pouvoir étaler la saison et optimiser les flux de clientèle ; mise en place de crédits vacances et défiscalisation des « chèques vacances ». Les résultats atteints semblent assez timides.
Nous sommes presque à la mi-août et, bientôt, ce sera la veille de la rentrée scolaire qui suscite d'autres priorités. Une partie de la classe moyenne supérieure, habituée à se rendre au sud de l'Espagne, est partie découvrir Saïdia, dans la région orientale, ou Agadir, Dakhla, au Sud... C'est une bonne chose. Mais c'est un « choix par défaut ».
Lire aussi |Contrat programme tourisme 2022-22 : l'Etat consent à des efforts pour sauver le secteur
Selon de nombreux pronostics, les effets de la crise actuelle seront plus durables que prévus. Et le tourisme national comme alternative sérieuse mérite un traitement plus que conjoncturel et épidermique. Les marocains, dans leur écrasante majorité, ne connaissent pas suffisamment leur pays, ni géographiquement, ni historiquement, à travers les sites, les monuments... Le rôle des médias nationaux est fondamental à ce niveau pour susciter ce besoin, réveiller la curiosité, contribuer à une réhabilitation des terroirs, sans verser dans le chauvinisme. Les infrastructures routières pour accéder à certaines régions, surtout les montagnes, les forêts, les déserts..., sont dans un état lamentable. Réparation et entretien de ces infrastructures sont une priorité stratégique. Les familles marocaines ont souvent un pouvoir d'achat limité et l'offre ne correspond pas souvent à leurs demandes. Les ménages marocains préfèrent louer des appartements meublés, des bungalows ou chalets. L'offre des comités des œuvres sociales (COS) relevant des établissements et des entreprises publics est plus proche de ce type de demandes. Les acteurs du tourisme devraient s'en inspirer.
Lire aussi | Pacte pour la relance économique et l'emploi : les partenaires formalisent le cadre d'intervention [document]
Par ailleurs, l'obstacle principal réside au niveau des prix, trop élevés par rapport aux bourses de la plupart des marocains. Néanmoins, la réduction des coûts ne devrait pas sacrifier la qualité de services.
Le Maroc est une grande nation avec des racines historiques bien ancrées dans la mémoire collective de sa population. C'est le vrai capital immatériel des marocains à investir, pour favoriser un agréable déconfinement, pas seulement sanitaire.
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.