Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Collectif des 670 » contre « Manifeste des 400 » : Quand les artistes marocains se déchirent sur fond de machination contre le Maroc
Publié dans Challenge le 26 - 08 - 2020

« Commençons par écarter les faits », ainsi entame Jean Jacques Rousseau son célèbre Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Si l'attitude est symptomatique depuis Platon de bon nombre d'intellectuels et penseurs qui préfèrent les Idées au réel avec un penchant avéré pour les Concepts purs fussent-ils contredits dans le monde Sensible, elle est également au cœur des « outils » de persuasion de masse nés à la fin du XIX siècle à mesure que les révoltes ouvrières se multiplient dans le monde occidental et que les idéologies et contre-idéologies fleurissent. Les instigateurs de la dernière campagne anti-marocaine qui a mobilisé quelque 400 artistes (ou prétendus artistes) et un journal parisien plutôt conservateur et peu enclin à se laisser instrumentaliser par des propagandes d'arrière-garde n'ont bien évidemment pas dérogé à cette mécanique si bien décrite et analysée en 2018 par le cinéaste américain Jimmy Leipold dans un documentaire édifiant intitulé « Propaganda, la fabrique du consentement ».
Lire aussi | Touria Jabrane s'est éteinte
D'ailleurs, le titre aussi aguichant que farfelu «La situation au Maghreb est potentiellement explosive » choisi par Le Figaro (puisque c'est de cet ex-vénérable quotidien français dont il s'agit) dans son édition du vendredi 21 août 2020 pour intituler son article à charge, en dit long sur cette volonté de nier le réel, ou du moins le travestir outre-mesure dans l'unique dessin d'attenter à l'image d'un pays (en l'occurrence le Maroc puisqu'il est le seul visé par cette philippique à sens unique malgré l'objet trompeur de l'accroche) en faisant croire au lecteur que notre pays est au bord de la guerre civile. Rien que cela ! Quant à la caution intellectuelle apportée tant par les 400 enrôlés (dont certains presque malgré eux) que par un histrion autoproclamé spécialiste du Maghreb et qui n'est pas à son premier livre sur le Maroc émaillé d'approximations, d'incohérences et de préjugés, elle ne résiste point ni à l'examen critique ni à la vérification des « pièces à convictions » à l'aune du réel et des faits. Pour preuve : le présumé récent « pillage de deux camions de Coca Cola à Casablanca » par une population affamée (ou assoiffée de sodas !) et aux abois n'existe que dans l'imaginaire de Pierre Vermeren qui s'y est donné à cœur joie pour soutenir fallacieusement sa thèse (dont il s'est manifestement épris au fil des livres qu'il a commis sur le sujet) et qui se résume ainsi : le Maroc est un Etat totalitaire qui viole les droits de l'Homme et son régime est au bord de l'implosion. Une prophétie que cet historien pour les classes terminales rabâche depuis plusieurs années (ce qui relativise tout de même le « bord » en question). Quant aux maux dénoncés dans « Cette ombre-là » (tel est l'autre nom du fameux Manifeste des 400) et qui seraient incarnés dans la « répression » et la « diffamation » en passant par les «harcèlements» et «emprisonnements politiques» dont pâtiraient de plus en plus les intellectuels, journalistes libres et artistes au Maroc, il suffit de rappeler que les avancées en matière de construction de la démocratie et de consolidation des libertés individuelles ont été la marque de fabrique du règne de SM le Roi Mohammed VI. Et cela est reconnu par la plupart des instances internationales, qu'elles soient publiques ou non gouvernementales et ce, y compris de la part de celles qui ont fait montre par le passé d'un parti-pris avéré contre le Maroc et ses institutions.
Lire aussi | Covid-19 : le Maroc, troisième pays africain le plus touché
Certes, dans ce processus où la pratique démocratique s'ancre au fil des décennies et ne se décrète pas malgré des textes législatifs avant-gardistes, des « rechutes » sont parfois à déplorer et le rôle des intellectuels et artistes authentiquement démocrates est justement de les dénoncer dans la vigilance et la fermeté et non pas dans la véhémence et l'appel à l'anarchie et au soulèvement. La contre-pétition initiée ces derniers jours par un collectif de 670 signataires qui se comptent exclusivement parmi les rangs des artistes et des créateurs marocains (dont plusieurs ténors tels Abdelewahab Doukkali, Abdelhadi Belkhayat ou le cinéaste Lahcen Zinoun....) en est la parfaite illustration en choisissant la critique constructive tout en dénonçant « le caractère non équilibré et volontairement à charge contre les institutions de l'Etat» qui caractérise « le Manifeste des 400 » et qui « a induit en erreur l'opinion publique nationale et internationale».
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.