Masters 1000 de Rome: Nadal bat Zverev et se qualifie en demi-finales    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un joueur du Real en isolement    Compteur coronavirus: 35 nouveaux cas et 399 guérisons en 24H    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    L'Espagne prolonge les restrictions sur les vols en provenance d'Inde    Maroc: Les cafés et restaurants seront-ils autorisés à travailler de nuit ?    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Oranje : Anwar El Ghazi présélectionné pour l'Euro 2021    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Pays-Bas : Mohamed Ihattaren présélectionné avec les Jong Oranje    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    65è anniversaire de la création des FAR : SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelhak Khiam: « Le chef de la cellule terroriste démantelée est un poissonnier »
Publié dans Challenge le 11 - 09 - 2020

Le patron du BCIJ, Abdelhak Khiam, a tenu une conférence de presse le 11 septembre à Rabat pour revenir plus amplement sur l'opération de démantèlement de la cellule terroriste « la plus dangereuse jamais défaite » par son service, menée jeudi.
Lors de cette rencontre, Abdelhak Khiam, qui dirige le Bureau Central d'Investigations Judiciaires (BCIJ), a fait savoir que la cellule terroriste démantelée simultanément dans les villes de Tanger, Tiflet, Témara et Skhirat était prête à perpétrer des opérations terroristes suicides dangereuses. « Cette cellule terroriste a la particularité de rappeler les événements du 16 mai à Casablanca du fait que ses membres sont des kamikazes », a-t-il précisé. « Sur la base d'informations fournies par les services centraux qui traquent les activités des cellules extrémistes, et après plusieurs réunions sous la supervision du directeur général de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), il a été décidé d'intervenir après que la cellule ait atteint un stade avancé et s'apprêtait à mener des attaques qui, si elles étaient perpétrées, auraient provoqué une tragédie », a ajouté Abdelhak Khiam.
Lire aussi| M'jid El Guerrab : « l'Allemagne est derrière la décision de mettre le Maroc hors de la liste des pays sûrs de l'UE »
Aussi, le patron du FBI marocain a-t-il mis en exergue le caractère professionnel de l'intervention des éléments du BCIJ, qui était conforme à la loi, compte tenu de la dangerosité des membres de cette cellule, ajoutant que l'un des membres des forces spéciales a été blessé lors de cette intervention et que sa blessure ne suscite pas d'inquiétude. « Lors de l'arrestation des membres de cette cellule et lors des perquisitions, des substances chimiques entrant dans la fabrication des explosifs ont été découvertes, ainsi que des cagoules, des armes blanches et des ceintures explosives. La cellule prévoyait de mener des opérations suicides contre des personnalités publiques et militaires et des quartiers généraux de services de sécurité », a particulièrement détaillé Abdelhak Khiam. Il a également indiqué que l'expertise technique effectuée sur les objets saisis a révélé que les cinq membres de la cellule étaient en phase de montage et de préparation pour perpétrer des opérations explosives à l'aide d'une « cocotte-minute » chargée de substances explosives et d'autres substances chargées dans des tuyaux, ainsi que des gilets explosifs pour mener des attentats suicides. « La vigilance des services sécuritaires a ainsi épargné au Maroc un bain de sang », a-t-il souligné.
Le directeur du BCIJ a, en outre, affirmé que les enquêtes avec les cinq interpellés seront entamées ce vendredi dès achèvement des mesures sanitaires et préventives et leur soumission aux analyses de dépistage du nouveau coronavirus, afin de vérifier si la cellule a des ramifications à l'étranger ou des liens avec des organisations terroristes internationales, notant que jusqu'ici, il s'avère que la cellule s'auto-finançait grâce à des contributions de ses membres.
Lire aussi| Coronavirus : 300.000 contaminations et 1000 morts quotidiens au Maroc, selon un centre de recherche américain
Il a ensuite révélé que les membres de la cellule s'apprêtaient à prêter allégeance à la soi-disant organisation « Etat islamique », soulignant que l'idéologie terroriste de « Daech » ne s'est pas effritée avec la chute du groupe ou de son ancien chef Abu Bakr al-Baghdadi en Syrie et en Irak, mais a des ramifications idéologiques et se transmet via Internet et les moyens de communication pour détourner les catégories vulnérables.
Que sait-on des 5 personnes arrêtées ?
La tête pensante de la cellule est un « émir » basé à Témara et qui avait opposé une sérieuse résistance aux éléments du BCIJ lors de son arrestation. Et toujours selon la police, c'est lui qui a mené les opérations de recrutement des quatre autres complices. Notons que l'« émir », en question, a des antécédents judiciaires en lien avec des affaires de droit commun. « Il était poissonnier et triporteur et circulait souvent avec une arme blanche », a fait remarqué Abdelhak Khiam, ajoutant que ses antécédents avec la justice datent de 2004-2006 et que l'individu ne s'est pas radicalisé en prison. Les autres membres de la cellule étaient agriculteur, plombier, peintre de bâtiment ou menuisier. Toutefois, aucun des quatre ne disposait de casier judiciaire. L'enquête qui va s'ouvrir permettra d'en savoir plus sur les ambitions et ce que prévoyait exactement cette cellule.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.