SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Championnat d'Italie: L'Inter de Hakimi dompte la Juventus    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    Agadir: mise en échec d'une opération d'émigration clandestine, 4 interpellations    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Narsa : les délais de rendez-vous largement réduits    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d'un centre de technologie digitale intelligente    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    La CAF et StarTimes annoncent un accord pour diffuser le CHAN    Souss-Massa : Enactus vise le développement de 40 projets d'entreprises sociales    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Coloration de l'eau de l'Oued Bouskoura : les précisions de Lydec    Avoirs en déshérence consignés chez la CDG : Près de 25.000 comptes et 330 millions DH en attente de restitution    Parc Industriel Aïn Johra (PIAJ) : Les travaux d'extension lancés    Edito : Loupé    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Le Maroc continue d' enchaîner les victoires sur les les ennemis de son intégrité territoriale    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca : les propriétaires de salles de sport saisissent le Wali
Publié dans Challenge le 14 - 09 - 2020

Alors que les salles de sport & Fitness dans les autres villes sont ouvertes malgré l'évolution de la pandémie, celles de la capitale économique restent fermées depuis un mois à cause des mesures de restriction prises par les autorités locales. Une décision que ne comprennent pas les opérateurs du secteur qui viennent de saisir le Wali. Les détails.
A Casablanca, les propriétaires de salles de sport & fitness ne savent plus à quel saint se vouer et lancent un cri de détresse. En effet, après trois de confinement strict où ils étaient obligés de fermer leurs salles, ils ont pu reprendre leur activité à la mi-juillet. Un ouf de soulagement qui n'aura duré que très peu de temps puisque les autorités casablancaises leur ont encore intimé l'ordre de refermer les salles de sport dès la mi-août. La raison ? La capitale économique a été placée sur la liste des huit villes fermées en août à cause de la vitesse de propagation du coronavirus dans ces villes. Une situation incompréhensible pour les opérateurs.
« Nous ne comprenons pas cette décision. Le sport est un vecteur de santé qui contribue largement au renforcement du système immunitaire, alors, nous ne comprenons pas pourquoi les autorités à Casablanca ont décidé de fermer les salles de sport & Fitness. Par contre, les restaurants et cafés sont ouverts jusqu'à 21h voire 23 heures », déplore Samy Houiche, fondateur de la salle de sport Gym Factory. « Les salles de sport des autres villes sont ouvertes, mais ici à Casablanca on nous interdit d'ouvrir. Déjà, avec les 3 mois de confinement que nous avons subis, notre situation était déjà très délicate, et si aujourd'hui on doit encore continuer à rester fermer alors que les propriétaires des murs réclament leurs loyers, il est clair que des dizaines d'entreprises vont fermer », poursuit-il.
Lire aussi| Coronavirus : la fréquentation des restaurants augmente le risque d'infection [Etude]
Notons d'ailleurs que qu'au moins deux opérateurs ont déjà déposé le bilan depuis la fermeture il y a trois semaines. La situation des opérateurs s'est dégradée au point où l'Association Marocaine des Professionnels de l'Industrie du Fitness et de la Remise en Forme (AMPIF) a dû saisir les autorités casablancaises à travers une lettre signée par la cinquantaine de salles de sports & fitness opérant dans la capitale économique. Il faut savoir que 10.000 emplois sont en jeu selon l'association.
« L'association a envoyé un courrier, avec la signature de la cinquantaine de salles de sport, au Wali la semaine dernière, pour lui expliquer notre situation et les emplois perdus à cause de cette situation. Les salles de sport dans le monde entier ont rouvert parce que le sport est un vecteur santé qui justement augmente les défenses immunitaires. Je rappelle d'ailleurs que nous avons pris toutes les mesures de restriction Covid nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire de nos clients. Nous avons mis en place la distanciation physique, un nombre limité de personnes (10 personnes) ayant accès aux salles en même temps, le nettoyage des matériels avant et après chaque usage, la fermeture des douches... Et, c'est d'ailleurs pour cette raison que nous ne comprenons pas pourquoi les autorités veulent que nos salles soient fermées, alors même que la circulaire prise, au niveau national, ne mentionnait pas les salles de sport », détaille le fondateur de Gym Factory.
Lire aussi|Coronavirus : la liste des laboratoires autorisés pour le dépistage [Document]
L'AMPIF, qui regroupe plus de 100 salles de sport & Fitness au plan national dont City Club, Sport Plaza, Casa Cross Fit ou encore Gym Factory, a aussi entrepris une campagne de mobilisation sur les réseaux sociaux sous le hashtag #openourgym, portée par des influenceurs, afin de sensibiliser les autorités locales à la nécessité de rouvrir les salles au plus vite. « Depuis le reconfinement, 4 salles de sport importantes ont dû fermer déjà à Casablanca », nous apprend Samy Houiche, ajoutant que son entreprise ne gagne aujourd'hui que 10% de ce qu'elle gagnait avant la pandémie.
« J'ai des employés qui ne travaillent pas malheureusement, et ils ne peuvent même pas prétendre à la CNSS puisqu'elle n'a pas été relancée pour les salles de sport après les trois mois de confinement. Il faut que ces gens-là mangent et nourrissent leur famille aussi. Dans les cafés et restaurants, les gens sont assis les uns à côté des autres, parfois sans même respecter les mesures préventives, et de notre côté nous respectons la distanciation et toutes les autres mesures mais on nous demande de fermer quand-même. Les pays comme la France ont un nombre de contamination et de décès 30 plus supérieur à ce que nous avons au Maroc et pourtant les salles de sport là-bas sont ouvertes, justement parce que le sport est un vecteur de santé », poursuit-il. Seule lueur d'espoir aujourd'hui pour les opérateurs : une réponse rapide de la part des autorités locales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.