Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : le télétravail au Maroc a besoin d'une loi-cadre [Etude]
Publié dans Challenge le 23 - 09 - 2020

L'instauration du confinement en mars dernier par les autorités a contraint de nombreuses entreprises à expérimenter le télétravail. Plus de cinq mois après, plusieurs voix s'élèvent pour appeler l'Etat à encadrer le télétravail. C'est le cas de cette nouvelle étude qui vient d'être publiée et qui prône notamment une réglementation du télétravail.
Baptisée « Le télétravail au Maroc: Nouveaux espaces, nouvelles temporalités : Nouveaux rapports au travail ? », cette étude estime que la mise en place du télétravail implique un véritable changement de paradigme. Le rapport, publié par Economia, centre de recherche de HEM, précise que ce nouveau paradigme nécessite de nouveaux règlements, voire une loi-cadre qui normerait la pratique du télétravail. « Ce cadre aura pour objectif de limiter les abus et les risques, régler les différends en cas de problèmes et encadrer les problématiques d'assurance et de rémunération », souligne-t-on. Notons que cette étude dévoile notamment les réalités du télétravail et apporte également des solutions pour faire évoluer son cadre. Elle a été réalisée durant la période allant de mars à juin 2020 où le télétravail a été imposé par les contraintes du nouveau coronavirus.
Lire aussi| Le groupe agroalimentaire Dalia renforce son pôle industriel
« En effet, la nature de l'activité, la nature du poste et de la tâche, la position hiérarchique, l'appétence de travailler seul ou en groupe dans un espace physique commun, la culture de l'entreprise et le degré d'intégration du télétravail et au niveau d'exigence et aux sollicitations au bureau ou à domicile sont des éléments qui influent directement sur la perception du télétravail. Cette perception dépend également de la conception du bien-être de tout un chacun, des ressources et contraintes budgétaires et du rapport au changement », indique le rapport.
« Or l'ensemble des experts sondés, qu'ils soient managers, cadres intermédiaires, chefs de projet, dirigeants ou experts, s'accordent tous sur la nécessité de fixer de nouveaux cadres. Ils vont même jusqu'à prôner une révolution de cadres managériaux où les managers doivent apprendre davantage à accepter de lâcher du lest en termes de contrôle et de faire confiance a priori à leurs collaborateurs », poursuit le rapport, ajoutant qu'ils doivent également réinventer de nouveaux modes de coordination, de contrôle et d'évaluation et développer davantage un management par objectifs qui nourrirait l'autonomisation des équipes.
Lire aussi| Abdellatif Jouahri : « tant que c'est pour le financement sain de l'économie, je financerai toutes les demandes du secteur bancaire »
Par ailleurs, l'étude démontre également que la progression lente et régulière du télétravail dans le monde s'accompagne de la convergence de nombreux enjeux sociaux, économiques, politiques, voire environnementaux. L'auteur du rapport estime ainsi qu'il peut être une réponse à la pollution par la réduction des émissions de gaz à effets de serre induite par la limitation des transports ou comme un moyen de réaménager les territoires par la délocalisation d'activités hors des grands pôles. « Le télétravail constitue dans cette perspective une économie d'énergie et donc financière, comme il peut l'être pour l'entreprise, qui y voit un intérêt croissant grâce à une meilleure rentabilité de sa structure », fait observer le document.
La pandémie mondiale Covid-19 marque indubitablement un tournant dans cette progression, en imposant aux organisations privées comme publiques, une nouvelle réflexion quant à l'intégration du processus de travail à distance, voire de modification plus ou moins importante de leurs modèles d'affaires et configurations organisationnelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.