L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    PCNS : En raison de facteurs structurels, le Maroc fait partie des pays les plus risqués    Vols directs : Le Maroc et Israël signent un accord aérien    Etats-Unis : Biden à la Maison Blanche, les Américains tournent la page Trump    « Redemption Day », un film qui dérange les Algeriens    RSF porte atteinte aux institutions nationales à travers des assertions mensongères et diffamatoires    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Projet de création d'une Superligue : Les menaces de la FIFA!    Les détenus d'Al-Hoceima transférés suite à des comportements contraires aux lois    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    El Otmani appelle à accélérer le rythme de réalisation des programmes de transformation digitale    Un déficit de la balance commerciale de 10,6 milliards de dollars en 2020    SM le Roi reçoit SA Cheikh Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    CAMELEON veut révolutionner le monde de l'entreprise    Younes Belhanda brille de mille feux avec Galatasaray    Le RAC et le TAS se neutralisent    Abdelghani Siffeddine : Un grand Rajaoui s'éteint    Mondial des clubs : Le Bayern affrontera Al Duhail ou Al Ahly en demi-finale    Calcio : Le Croate Mandzukic s'engage avec l'AC Milan jusqu'à la fin de la saison    CAN U17 : Ce jeudi, un trio arbitral marocain pour Tunisie-Libye    Activité monétique : Le contactless et le e-paiement cartonnent    Les écrans menacent-ils la vie de nos enfants ?    Stimuler vos défenses immunitaires    Comment fonctionnera le nouveau bachelor marocain    Dédiée à l'actualité lifestyle et la promotion des talents marocains : «Wejeune» fête ses 2 ans au Maroc    L'Office des changes accélère ses process digitaux    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    Mohamed Benabdelkader : "Nous sommes bien avancés dans la mise en place des textes de loi"    Digitalisation, Marjane holding met le turbo    France. Contre l'extrémisme turc, le remède marocain et émirati    Inde : prochaine référence dans la production de vaccins ?    La Fondation Banque Populaire équipe des quartiers défavorisés    « A Girl in a Blue Shirt » : Premier roman israélien traduit en arabe au Maroc    Dadju, le petit frère de Gims, s'installe à Marrakech    CAN U20 : L'équipe nationale en concentration à Laâyoune    Vaccins contre le Covid-19 : victoire du « chacun pour soi »    Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    Le RNI convoque son «parlement»    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé : la TGR s'intéresse à la problématique du financement
Publié dans Challenge le 28 - 09 - 2020

En collaboration avec l'Association Internationale de Finances Publiques (FODAFIP), la Trésorerie Générale du Royaume a organisé, ce samedi 26 septembre, un colloque-webinaire sous le thème : « Financement de la santé, territoires et Intelligence Artificielle, quel droit à la santé au Maroc et en France ? ».
Dans son discours d'introduction, Noureddine Bensouda, trésorier général du Royaume, a rappelé que ce sujet, très sensible, avait été retenu en 2019 et programmé initialement pour le 7 mars 2020, or la crise sanitaire a fait en sorte qu'il a été reporté jusqu'à ce jour, ce qui a conforté le choix de la thématique. En effet la crise sanitaire a replacé brutalement la
question de la santé au cœur des préoccupations de tous les pays, alors qu'auparavant cette question a été partiellement effacée devant les impératifs économiques et financiers. Le diagnostic d'un système de santé national renvoi d'emblée à la problématique du financement de la santé, un sujet qui sera débattu tout au long de ce colloque-webinaire. À ce sujet, Noureddine Bensouda a rappelé que dans la loi de finances 2020, les crédits alloués à la santé ont atteint 22,7 milliards de DH, soit 6,2% des dépenses du Budget général en 2020, sans compter les dotations budgétaires exceptionnelles allouées au cours de l'année dans le cadre de la lutte
contre le Covid-19.
Lire aussi | Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires
Il reconnaît que ce niveau demeure en deçà de celui recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui préconise un taux entre 10% et 12%. Il a précisé aussi que la part des dépenses financées directement pas les ménages est très élevée et dépasse 50% au lieu de 10% en France et 35% en Grèce. Le professeur Michel Bouvier, président de la FONDAFIP, a insisté pour sa part dans son intervention inaugurale que la crise du Covid-19 a montré que l'on continue de voir dans l'intervention de l'Etat la solution ultime aux problèmes majeurs comme celui en cours aujourd'hui. Dans
notre appréhension, l'Etat est la puissance centrale en mesure de les résoudre. C'est l'assureur ultime de tous les risques. On peut comprendre une telle attitude au moins dans les pays les plus riches comme les Etats-Unis, l'Allemagne, la Grande Bretagne ou la France. Or malgré cette
apparence de puissance économique et financière, le monde a pu constater une pénurie de moyens dans les hôpitaux mais aussi dans d'autres services publics. D'où provient alors cette
pénurie ?
Lire aussi | Nouveau partenariat entre OCP et SFI
« On peut déjà avancer l'idée que nous faisons peut-être une fausse route, que cette confiance dans la toute-puissance de l'Etat ne relève peut-être que d'une croyance erronée, d'un imaginaire d'un monde idéalisé, celui d'un Etat providence comme celui des 30 glorieuses », explique le professeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.