Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Pour l'ex-Premier ministre malaisien, les Musulmans ont « le droit d'être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé »    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 4320 nouveaux cas, 212.038 au total, jeudi 29 octobre à 18 heures    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    MCA/OCDE : Convention de partenariat pour l'amélioration des pratiques dans l'enseignement secondaire    Et revoilà Benkirane, le retour!    Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    David Fischer parle des relations Maroc-USA dans le Washington Times    Le journaliste Driss Ouhab est décédé du Covid-19    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    MCA-Morocco prolonge les dates de préparation des offres    Les éclaircissements de Abdelouafi Laftit    Tanger : Inauguration du siège de la Maison méditerranéenne du climat    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Le président Erdogan a reçu un message du roi Mohammed VI    France. Avignon : un homme équipé d'une arme de poing abattu par la police    Anticiper la brutalité : Un reconfinement ciblé est à nos portes    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Météo: temps assez ensoleillé ce jeudi au Maroc    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Ligue des champions : Dortmund n'a plus d'âme, la faute à Lucien Favre ?    Premier but de Ziyech avec Chelsea (VIDEO)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé : la TGR s'intéresse à la problématique du financement
Publié dans Challenge le 28 - 09 - 2020

En collaboration avec l'Association Internationale de Finances Publiques (FODAFIP), la Trésorerie Générale du Royaume a organisé, ce samedi 26 septembre, un colloque-webinaire sous le thème : « Financement de la santé, territoires et Intelligence Artificielle, quel droit à la santé au Maroc et en France ? ».
Dans son discours d'introduction, Noureddine Bensouda, trésorier général du Royaume, a rappelé que ce sujet, très sensible, avait été retenu en 2019 et programmé initialement pour le 7 mars 2020, or la crise sanitaire a fait en sorte qu'il a été reporté jusqu'à ce jour, ce qui a conforté le choix de la thématique. En effet la crise sanitaire a replacé brutalement la
question de la santé au cœur des préoccupations de tous les pays, alors qu'auparavant cette question a été partiellement effacée devant les impératifs économiques et financiers. Le diagnostic d'un système de santé national renvoi d'emblée à la problématique du financement de la santé, un sujet qui sera débattu tout au long de ce colloque-webinaire. À ce sujet, Noureddine Bensouda a rappelé que dans la loi de finances 2020, les crédits alloués à la santé ont atteint 22,7 milliards de DH, soit 6,2% des dépenses du Budget général en 2020, sans compter les dotations budgétaires exceptionnelles allouées au cours de l'année dans le cadre de la lutte
contre le Covid-19.
Lire aussi | Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires
Il reconnaît que ce niveau demeure en deçà de celui recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui préconise un taux entre 10% et 12%. Il a précisé aussi que la part des dépenses financées directement pas les ménages est très élevée et dépasse 50% au lieu de 10% en France et 35% en Grèce. Le professeur Michel Bouvier, président de la FONDAFIP, a insisté pour sa part dans son intervention inaugurale que la crise du Covid-19 a montré que l'on continue de voir dans l'intervention de l'Etat la solution ultime aux problèmes majeurs comme celui en cours aujourd'hui. Dans
notre appréhension, l'Etat est la puissance centrale en mesure de les résoudre. C'est l'assureur ultime de tous les risques. On peut comprendre une telle attitude au moins dans les pays les plus riches comme les Etats-Unis, l'Allemagne, la Grande Bretagne ou la France. Or malgré cette
apparence de puissance économique et financière, le monde a pu constater une pénurie de moyens dans les hôpitaux mais aussi dans d'autres services publics. D'où provient alors cette
pénurie ?
Lire aussi | Nouveau partenariat entre OCP et SFI
« On peut déjà avancer l'idée que nous faisons peut-être une fausse route, que cette confiance dans la toute-puissance de l'Etat ne relève peut-être que d'une croyance erronée, d'un imaginaire d'un monde idéalisé, celui d'un Etat providence comme celui des 30 glorieuses », explique le professeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.