Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Evolution du coronavirus au Maroc : 3988 nouveaux cas, 203.733 au total, mardi 27 octobre à 18 heures    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    S.M le Roi félicite la Renaissance de Berkane suite à sa consécration en Coupe de la CAF    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Covid-19, le président de la FIFA testé positif    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    L'Union des Comores ouvre son ambassade à Rabat et fustige la thèse séparatiste    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Serie A: L'AC Milan et l'AS Rome se neutralisent    Zamalek: Bencharki en forme avant le choc face au Raja!    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Tanger: de nouvelles mesures restrictives en vigueur à l'approche de la fête du Mawlid    Analyse des eaux usées: un nouveau protocole anti-Covid-19 adopté    Tourisme : Nadia Fettah Alaoui fait de nouvelles promesses    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Sévir contre «la minorité radicale» et protéger une communauté intégrée    France : Les appels au boycott des produits français ont peu d'impact    «Messi est la clé de ce nouveau projet», assure le président Bartomeu    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Business Stay by Kenzi Hotels Group : Un travail en toute sérénité    Matériaux de construction : Chryso se renforce au Maroc avec Aptex    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?
Publié dans Challenge le 01 - 10 - 2020

Des islamistes du Parti de la Justice et du Développement, vent debout contre toute modification des lois électorales pourtant désuètes, des partis qui appellent à une suppression du seuil électoral ou du moins son abaissement à 3% au lieu de 6% actuellement, d'autres formations qui exigent que la cagnotte distribuée par l'Etat soit plus généreuse. Bref, l'approche des échéances électorales aiguise les appétits et montre que pour une grande majorité de politiques, les élections se limitent à une opération purement commerciale où chacun doit trouver son compte.
Pourtant, l'année 2021 mérite bien plus qu'une simple guéguerre d'intérêts partisans. C'est une année qui devrait tout changer, et pas seulement parce que tous les scrutins devraient être menés en même temps dans la même journée, mais surtout parce que les élections interviennent dans un contexte sanitaire exceptionnel, il s'agit là d'une séquence politique extraordinaire.
Crise de représentation
Le décalage entre cette situation exceptionnelle , le discours et les tentations unilatérales des partis politiques montre l'ampleur de la crise de représentation dont souffre le Royaume. Pourtant, au vu des expériences passées, on ne pas passer à côté de cette question lancinante qui revient comme un leitmotiv : au final, à quoi sert le Parlement ?
Si la réponse est évidente, on poussera le bouchon plus loin pour savoir si la démocratie parlementaire marocaine avait vraiment besoin de deux assemblées !? Puisqu'il s'agit de deniers publics, avant d'élire ces députés, il est indispensable de préciser ce que l'on attend d'eux. Avant même de croiser le fer pour gagner quelques strapontins de plus, les partis politiques gagneraient à exister aussi par un débat franc sur l'avenir du Parlement et sur le travail de ces « élus » du peuple à l'irrédentisme partisan bien coriace. Dans cette exception marocaine, le citoyen est pris en otage par des candidats à la députation, véritables maquignons de scrutin, qui ont banalisé le recours à l'argent sale et aux magouilles pour décrocher un siège et son acceptation comme naturels par une partie de l'opinion en disent long sur la perversion démocratique qui frappe la représentation.
Corruption rampante
Quel est le député qui peut se targuer aujourd'hui d'avoir lu Montesquieu pour savoir que la séparation des pouvoirs se décline entre un pouvoir exécutif, un pouvoir législatif et un pouvoir judiciaire ? La Constitution accorde aux députés un pouvoir de contrôle sur le gouvernement, or quel parlementaire est-il assez clean pour oser « contrôler » un pouvoir exécutif ?
Au-delà de ces sempiternelles questions du type de scrutin, on observera aussi que les députés qui se plaignent toujours d'être considérés comme la cinquième roue du carrosse démocratique ne font rien pour mener un travail législatif fécond comme ils ne représentent en rien ce contre-pouvoir pour lequel ils ont été élus. Face aux errances des islamistes au pouvoir, où sont ces vigies politiques qui se distinguent par des discours fins et mordants ?
En conclusion, face aux cumuls des mandats, au clientélisme des uns et au corporatisme des autres, dans une institution où la corruption rampante le dispute à l'omerta sur les vrais sujets qui intéressent les citoyens, la disparition du Parlement ne serait ni plus, ni moins qu'un grand pas vers le progrès démocratique.
Par El Azizi Abdellatif , Directeur de la rédaction du Courrier de l'Atlas


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.