Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale    Casablanca: mini-tsunami à Ain Diab    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »
Publié dans Challenge le 01 - 10 - 2020

Le Conseil régional du tourisme (CRT) de la région de Rabat-Salé-Kenitra multiplie les initiatives en vue de la reprise rapide de l'activité. Hassan Bargach, président du CRT, fait le point sur la situation du secteur dans la région et revient aussi sur les initiatives engagées ces dernières semaines.
Challenge: Quelle est la situation des opérateurs au niveau de la région près de 7 mois après l'apparition de la pandémie ?
Hassan Bargach: Le secteur au niveau de la région est sinistré depuis le 16 mars. Durant ce mois, il y a eu quelques hôtels qui ont continué à travailler car ils ont pu recevoir quelques clients étrangers pris en charge par leurs ambassades dans l'attente de leur rapatriement dans leurs pays d'origine. Il s'agissait notamment de ressortissants du Moyen-Orient ayant séjourné jusqu'à fin avril. Cela a permis à ces hôtels de maintenir un semblant d'activité pendant cette période. D'autres hôtels ont fait du remplissage avec les médecins venus des autres régions que l'Etat a décidé de loger dans les hôtels pour leur éviter des aller-et-retour inutiles. Mais, après le mois d'avril, ce fut le calme plat. Tous les hôtels étaient fermés jusqu'en juin. Ce n'est qu'à partir du 20 juin, marqué par la réouverture des villes, que l'activité a pu reprendre peu à peu grâce à des campagnes de communication et de promotion lancées par certaines enseignes. Le mois de juillet et août ont été marqués par une reprise lente de l'activité dans le respect strict des mesures sanitaires. Le secteur était à 95% de baisse et a pu passé à 90% de baisse. Espérons que d'ici là que nous pourrons atteindre 50%.
Lire aussi | Maroc : le déficit budgétaire maîtrisé, selon la Cour des Comptes [Document]
Challenge : Est-ce que la décision de laisser une certaine catégorie de ressortissants étrangers venir au Maroc sous certaines conditions a eu un impact sur le secteur dans votre région ?
HB: C'est une bonne décision de la part du gouvernement, mais malheureusement, cela reste insuffisant dans la conjoncture actuelle. L'impact de cette mesure n'a pas vraiment été ressenti dans notre région. Comme vous le savez, pour voyager, il faut faire des prévisions, or la situation actuelle ne permet pas de prévoir parce qu'il y a beaucoup d'incertitudes. Du coup, même les touristes européens qui peuvent se permettre de venir, ne viennent pas, parce qu'ils ne savent pas s'ils pourront se retourner chez eux après, car les frontières peuvent être refermées à tous moments.
Lire aussi| Préférence nationale : l'engouement mitigé de nombre d'industriels
Challenge: Quelles sont les actions que le CRT mène actuellement en vue d'une reprise rapide de l'activité touristique dans la région ?
HB: Il n'y a aucune visibilité pour le moment, donc tout ce que nous avons, c'est de l'espoir. Tant qu'il n'y a pas de vaccin, la situation sera difficile. Il faut encore attendre. Je suis de très près toutes les informations relatives à la pandémie, à sa progression dans la région de Rabat, etc. Je peux dire que la situation est très bien maîtrisée, mais il faut attendre et garder patience. Néanmoins, nous menons des actions déjà pour anticiper la suite.
Dans ce sens, le Conseil régional du tourisme va lancer d'ici le 15 octobre une campagne d'envergure qui va cibler la clientèle nationale. La ville de Rabat n'a jamais été perçue comme une ville touristique et aujourd'hui nous comptons changer cette perception et mettre en avant tous les atouts de notre région à travers le canal digital et les canaux traditionnels. Tout ceci dans le respect du positionnement de notre ville qui est « Rabat, ville lumière, ville culturelle ». La médina et les monuments de la ville sont en train d'être réhabilités complètement, donc il y a beaucoup de choses qui sont en cours et qui changeront le visage de la ville.
Cette campagne s'inscrit dans le cadre d'une convention signée entre le CRT et l'ONMT, qui nous a donnés une dotation assez conséquente pour faire connaître nos produits au niveau national. Je sais que sans l'ouverture des frontières aériennes, la situation va demeurer compliquée, mais pour le moment, et vu qu'il n'y a aucune visibilité sur ce plan, nous faisons avec ce que nous avons. Les choses restent vraiment compliquées parce que je pense que si les autorités pouvaient ouvrir les frontières aériennes, elles l'auraient déjà fait depuis. Le virus est très virulent et n'est pas encore maîtrisé, même au niveau mondial. Mais toutefois, nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.