Prise en charge des enfants abandonnés : Une circulaire du procureur général appelle à une "intervention positive"    La CNSS lance l'opération d'immatriculation des personnes assujetties à la CPU    Le Maroc plaide pour une approche respectueuse de l'environnement    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    Barça: l'offre de Laporta à Messi    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Opération Marhaba : Sebta et Melilla craignent l'exclusion    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Covid-19 : Monaco allège ses restrictions et rouvre ses restaurants    Sahara : Elliott Abrams soutient à nouveau le Maroc, un coup dur pour les séparatistes et Alger    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    Blockchain et Immobilier : le grand défi    Achraf Hakimi ne quittera pas l'Inter Milan    MAT-RCA ce soir à Rabat (22h00) : Le Raja pour réduire l'écart avec le Wydad, le Moghreb de Tétouan pour s'éloigner de la zone rouge !    Footballeurs marocains de l'étranger : Accusé de geste obscène, Hamdallah a été blanchi !    HUSA-RSB : Hakam pour la continuité, Benali pour le déclic !    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    La BVC débute en hausse    La FAO et l'UA publient un guide pour renforcer le commerce des produits agricoles en Afrique    Vaccins anti-Covid : le patron du laboratoire Pfizer évoque la possibilité d'une troisième dose    Les prières des Tarawih sont-elles effectuées à Fès ?    VACCIN, ES-TU LÀ?    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    États-Unis: une fusillade à Indianapolis fait huit morts    Prix à la consommation pendant Ramadan: Les produits les plus touchés    CNOM : La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet prochain    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    UA: le Maroc plaide pour inscrire la sécurité sanitaire en Afrique comme point permanent à l'ordre du jour du COREP    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    Mali : la date des élections présidentielles fixée au 27 février 2022    L'ONU condamne avec fermeté    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    «Hididane» aimé, «Hdidane» plagié ... par les gens de l'Est !    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fatima Zohra Alaoui, Dg de l'AMITH : « L'amendement de l'ALE avec la Turquie rétablira une concurrence plus loyale sur le marché local »
Publié dans Challenge le 11 - 11 - 2020

La modification de l'Accord de libre-échange avec la Turquie validée récemment par le gouvernement constitue une bouffée d'oxygène pour les opérateurs de l'industrie textile dans cette phase de relance économique. Fatima Zohra Alaoui, Directrice générale de l'Association Marocaine des Industries du Textile et de l'Habillement (AMITH) revient sur l'impact de la crise sanitaire sur le secteur, les mesures du PLF 2021, l'impact de la dévaluation constante de la monnaie turque…
Challenge: La monnaie turque a beaucoup perdu de sa valeur ces derniers mois. Quelles sont les répercussions de cette situation sur le secteur ?

Fatima Zohra Alaoui: La dévaluation continue de la monnaie turque, depuis presque deux ans, donne aux produits textiles turcs une compétitivité prix indiscutable, surtout dans un contexte de crise sans précédent dans l'industrie du textile et l'habillement liée à la Covid19. Les marques et les distributeurs, nationaux et internationaux, sont à la recherche de produits très compétitifs au niveau prix, et la dévaluation de la livre donne aux produits trucs un avantage compétitif certain face à ses concurrents. Cependant, cette dévaluation continue de la livre turque est une forme de manipulation monétaire qui fausse, avec des taux de change artificiellement bas, les règles de concurrence loyale. Au Maroc, l'afflux massif et la croissance exponentielle des importations turques de produits finis textiles à des prix défiants toute concurrence a entrainé la fermeture de dizaines d'unités textiles opérant sur le marché local, et la perte de dizaines de milliers d'emplois chaque année.
Lire aussi| Transport aérien : nouvelle condition d'accès au territoire marocain pour les voyageurs
Challenge: La modification de l'Accord de libre-échange avec la Turquie a été approuvée il y a quelques semaines. Qu'est-ce que cette modification apporte au secteur et comment l'AMITH entend-t-elle tirer profit de cela ?
FZA: Nous avons accueilli cette nouvelle avec beaucoup de soulagement. Avec le fort soutien du Ministère de l'Industrie, l'AMITH mène ce combat pour amender l'ALE avec la Turquie depuis plusieurs années pour freiner l'hémorragie des fermetures d'usines et des pertes d'emplois. Le but étant de sauvegarder notre tissu industriel national et de préserver les emplois dans notre secteur. Cet amendement est une bouffée d'oxygène qui soulagera les industriels du textile et de l'habillement opérant sur le marché local, et ce en rétablissant des règles de concurrence plus loyale sur le marché local entre produits turcs et produits marocains. En effet, il est de notoriété publique que l'industrie textile turque est fortement subventionnée tout au long de la chaine de valeur, y compris sur le volet distribution. Suite à la signature de l'ALE, les exportations turques de produits finis vers le Maroc, que ce soit habillement ou textile de maison, ont connu une croissance exponentielle liée à leur prix défiant tout concurrence grâce aux subventions dont elles bénéficient. Vous rajoutez à cela la dévaluation continue de la monnaie turque et cela vous donne une compétitivité prix de ces produits avec laquelle il est impossible de rivaliser, à moins d'adopter des pratiques similaires. En parallèle, les exportations marocaines vers le marché turc n'ont cessé de baisser depuis la signature de l'ALE en raison des barrières non tarifaires imposées par la Turquie pour bloquer l'entrée sur le territoire de produits textiles marocains. Les exemples de ces pratiques sont nombreux et ont été dénoncés par nos industriels mais sans succès auprès des autorités turques. Aujourd'hui, l'amendement de l'ALE donne l'opportunité aux industriels marocains de se réapproprier leur marché domestique en substituant une offre « Made in Morocco » de qualité aux importations turques dans tous les circuits de distribution existants.
Lire aussi| Souss-Massa : voici le guide du foncier industriel [Document]
Challenge: A l'instar de la majeure partie des secteurs de l'économie nationale, l'industrie textile est également très impactée par la crise sanitaire. Où en est le secteur aujourd'hui quant à la relance économique?
FZA: Une des particularités de la crise de la Covid-19 est liée à l'incertitude et à l'absence de visibilité sans précédent qu'elle engendre. Après 3 mois de quasi-arrêt de notre secteur, un rattrapage a été enregistré entre juin et septembre 2020. Depuis le mois d'octobre, nous enregistrons une nouvelle baisse des exportations liée à l'évolution de la pandémie dans nos principaux marchés à l'export, et les perspectives pour les derniers mois de l'année sont malheureusement très inquiétantes. A ce titre, nous estimons que l'impact de la pandémie sur notre secteur sera de l'ordre de 35% de baisse sur les marchés à l'export et de l'ordre de 60% de baisse sur le marché local. Cependant, nous sommes convaincus que notre industrie a suffisamment d'atouts et d'avantages comparatifs à faire valoir. Elle est capable de se réinventer et de s'adapter à tout changement. La meilleure démonstration est la dynamique fraîchement vécue par toutes les forces vives du secteur, en sachant vite adapter l'outil productif et répondre au besoin en masques de protection pour nos concitoyens et des E.P.I. pour les marchés à l'export. Le plus important aujourd'hui pour tous les acteurs du secteur est de passer le cap de cette crise et maintenir les forces productives vivantes pour pouvoir se projeter dans la phase post-Covid.
Challenge: Les mesures du PLF 2021 satisfont-elles l'AMITH ?

FZA: Nous ne pouvons que nous réjouir de toute mesure qui privilégie la préférence nationale, stimule l'investissement et crée des emplois. Par ailleurs, Il faut rappeler que plusieurs filières de notre industrie possèdent d'importantes capacités qui sont insuffisamment utilisées. La mobilisation de ces dernières serait salutaire pour nos écosystèmes afin de retrouver un relatif équilibre et présager de meilleures perspectives. Les mesures prévues par le PLF 2021 visant à encourager la substitution à l'importation permettront à la fois de mieux exploiter les capacités industrielles existantes mais aussi d'encourager les nouveaux investissements dans le secteur en vue d'améliorer la qualité et la compétitivité des produits marocains, et préserver ainsi les emplois dans un secteur qui reste, rappelons-le, le premier employeur industriel du pays. Notre but est de renforcer la contribution de notre secteur à la réduction du déficit de la balance commerciale de notre pays, d'autant plus que les produits bénéficiant de certaines des mesures prévues dans le PLF 2021 sont produits voire même exportés par nos acteurs. Nous nous devons tous de préserver ce savoir-faire textile et consolider tout acquis industriel de notre économie. Cette pandémie nous l'a bien enseigné ! La substitution par la production nationale s'impose donc naturellement, surtout pendant la période post-Covid durant laquelle nos acteurs devraient gagner en confiance et en dynamisme pour se repositionner sur l'échiquier mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.