Bruxelles: Ryad Mezzour expose les ambitions du Royaume    L'Espagne dénonce la violation par l'Algérie de l'accord d'association et de voisinage    Les évènements regrettables de Nador sont indissociables des causes profondes de la migration    Dislog Group signe un nouveau contrat avec Mars Wrigley    Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes    Nasa: l'eau aurait coulé sur Mars durant 1,3 milliard d'années !    Au-delà du concept obsolète de l'espace    Un héritage ancestral de grande richesse    Peut-on inventer une histoire vraie ?    La Clinique Européenne de Casablanca ouvre ses portes    Jeune Afrique : « Algérie-Tunisie, l'autre frontière fermée du Maghreb »    Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid    CAF Awards 2022: forte présence du Maroc dans la liste des nominés    Adoption d'un projet de décret relatif à la création de la zone d'accélération industrielle de Ain Johra    Bourse de Casablanca: Clôture en baisse    José Manuel Albares : Les causes « du drame de la migration irrégulière », c'est la faim    L'Exécutif cherche à réformer le cadre légal des résidences immobilières de promotion touristique    OTAN : Les Etats-Unis redéployent leurs forces en Europe    Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire    Lancement d'un appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation du Théâtre Cervantes de Tanger    Ceuta : La justice conclut que le rapatriement des mineurs marocains a violé leurs droits    OTAN : Le Sommet de Madrid a pris des « décisions transformatrices »    Medias Africains : ''Sport News Africa'' place le Wydad sur le toit de l'Afrique    CAF Awards : Les Lions de l'Atlas nominés dans la catégorie "Joueur de l'année"    Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Les Arts et cultures attachés à l'Islam au cœur d'une grande exposition à Paris    Attentats du 13 novembre en France : Salah Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible    Migration irrégulière : Des eurodéputés appellent l'UE à appuyer le Maroc    Températures prévues pour le vendredi 1er juillet 2022    Aid Al-Adha: les paniers de repas autorisés, sous conditions, dans les prisons    CWTS Leiden 2022 : L'UM5 de Rabat, seule université marocaine à figurer dans le classement    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Une vision de demain ancrée dans le passé    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Quel rôle des Cours régionales des Comptes ?    Hooliganisme à Oujda : La préfecture de police dément tout décès parmi les supporters    Interview avec Hassan Fekkak : « Nous ne déplorons aucun cas d'intoxication aux JM d'Oran »    CAF : Le Maroc fait partie des 10 nominés au titre de la meilleure équipe nationale africaine de l'année    Trois nageurs marocains traversent le Détroit de Gibraltar à la nage en relais    Festival «Jazzablanca» : C'est parti pour la 15ème édition    Festival de cinéma «Les Téranga» de Dakar: Le Maroc invité d'honneur    37 millions DH pour un hub des métiers de l'automobile à Casablanca    JM Oran 2022 : Pour suivre le match Espagne – Maroc    Pourquoi la Turquie attire plus de touristes que le Maroc ? (VIDEO)    Le Maroc accumule 14 ans de retard en matière de droits des femmes    Kia Maroc. Retour remarqué du nouveau Carens    IPPIEM : hausse de 1% au cours du mois de mai (HCP)    Forsa : la SMIT dément les fausses informations concernant 2 appels d'offres    Casablanca: trois morts dans l'effondrement du fronton d'un café    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lettre ouverte à M. James Baker III : La souveraineté du Maroc sur le « Sahara occidental » est l'aboutissement d'un long processus d'autodétermination postcoloniale
Publié dans Challenge le 20 - 12 - 2020

Lahcen Haddad, PhD, député marocain du parti Istiqlal et ancien ministre du Tourisme, a écrit l'ancien Envoyé spécial de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Sahara, James Baker III, dont il est également un bon ami de son fils, Douglas Baker.
Cher M. James Baker III,
Dans votre récent OpEd au Washington Post, vous avez déclaré que la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental est un «retrait des principes du droit international et de la diplomatie», ignorant délibérément le fait que le droit international, en matière de souveraineté, repose sur la reconnaissance faite par les Etats et les gouvernements, qui pourrait en soi ouvrir la voie à une reconnaissance «internationale» à travers des organismes collectifs comme l'ONU. Le droit international n'est pas un système abstrait imposé aux nations, mais la somme des actes et des pratiques des nations individuelles qui ont un impact et influencent l'action collective des nations, appelée « droit international ».
Votre déclaration selon laquelle une telle démarche « menace de compliquer nos relations avec l'Algérie, un partenaire stratégique important » est non seulement surprenante mais aussi assez révélatrice. En fait, votre souci ne semble pas être de respecter le droit international mais de protéger les intérêts américains, en particulier les intérêts pétroliers avec un pays producteur de pétrole comme l'Algérie. Il semble acceptable de mettre en colère un partenaire stratégique de longue date comme le Maroc, un pays avec qui les Etats-Unis ont le plus long traité de partenariat qu'ils aient jamais eu, et le premier pays à reconnaître l'autodétermination et l'indépendance des Etats-Unis, aussi longtemps car les Etats-Unis ne mettent pas en colère l'Algérie. Est-il acceptable de contourner les principes de la diplomatie et des relations internationales et les valeurs de partenariat lorsqu'il s'agit d'intérêts purement économiques ? Nous savons tous que l'Algérie produit du pétrole mais pas le Maroc.
Lire aussi|Covid-19 : devez-vous être vaccinés si vous avez déjà été infectés par le virus ?
La référence à l'Algérie est intéressante, car lorsque vous avez agi en tant qu'Envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental de 1997 à 2004, vous avez traité ce pays même comme s'il était une « partie observatrice » au conflit. Il semble désormais que l'Algérie soit devenue un acteur à part entière du conflit, vulnérable à la colère suite à la reconnaissance de la souveraineté du Maroc par le Gouvernement des Etats-Unis.
Vous avez également déclaré que la reconnaissance «ne devrait jamais se faire au prix de l'abandon de l'engagement des Etats-Unis en faveur de l'autodétermination, principe fondamental sur lequel notre pays a été fondé et auquel il doit rester fidèle ». Lorsque les Etats-Unis faisaient de petits pas vers la souveraineté en 1777, assiégés par les empires britannique, français et espagnol, l'autodétermination même dont vous parlez ne venait pas seulement de la lutte des révolutionnaires à Boston et à Philadelphie, mais a été renforcée par la reconnaissance de pays comme le Maroc, une reconnaissance qui a eu son poids dans le concert des nations, comme diraient les livres d'histoire.
D'autre part, pourquoi accepteriez-vous l'autodétermination en ce qui concerne les Etats-Unis ou ce que vous appelez « le peuple du Sahara occidental » et même les Palestiniens, mais vous refusez de considérer le même concept en ce qui concerne les luttes du Maroc contre les colonialismes. Le processus d'autodétermination du Maroc a commencé en 1956, lorsque la France et l'Espagne ont été forcées de quitter le nord et le centre du pays. Puis la ville saharienne de Tarfaya a été rétrocédée par l'Espagne en 1958, suivie par la ville méridionale de Sidi Ifni en 1969. C'est le Maroc qui a inscrit le Sahara occidental comme territoire non colonisé auprès de la Quatrième Commission de décolonisation des Nations Unies en 1964. L'objectif était de poursuivre ses efforts nationaux pour parvenir à son autodétermination et à son indépendance à part entière du colonialisme espagnol. Même le Polisario a été créé à Rabat par des étudiants sahraouis pour libérer le Sahara occidental et le ramener dans le giron de la souveraineté du Maroc. La Marche verte de 1975 était la quintessence de la volonté d'un peuple de réaliser son unité territoriale et son autodétermination historique. Il me semble, Monsieur le Secrétaire d'Etat, que certaines formes d'autodétermination sont, pour vous, « meilleures » que d'autres, de façon étrangement orwellienne.
Lire aussi|La Corée du Sud s'implique dans la formation à Casablanca
La décision de la Cour internationale de justice de 1975 selon laquelle il y avait des liens d'allégeance entre les rois du Maroc et les tribus sahraouies, la décision de la Jemaa (l'organe collectif qui représentait alors les Sahraouis) d'accepter la souveraineté du Maroc et les accords de Madrid (1976) … ces actes ne comptent pas, pour vous, Monsieur Baker, comme faisant partie du droit international ou de l'autodétermination. Votre approche sélective n'est pas seulement injuste mais n'est malheureusement pas justifiée par des faits historiques.
Ce qui est surprenant aussi, c'est que vous semblez ignorer les différents traités qui ont lié le Maroc à différentes puissances occidentales au cours des siècles par lesquels des droits de passage et d'accostage ainsi que la protection ont été accordés par les gouvernements marocains aux navires européens et américains naviguant au large du Sahara occidental. Si ce n'est pas une preuve de souveraineté, que pourrait l'être ? Telle est la base du droit international dans l'ordre westphalien des nations, des Etats-nations, de la souveraineté et des territoires. Les décisions de l'ONU concernant le conflit ne pouvaient ignorer l'histoire ; et une « nouvelle histoire » vient d'être écrite lorsque les Etats-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental il y a quelques jours. Une couche qui ne fait que confirmer les réalités juridiques et historiques sur le terrain.
Et, en passant, M. Baker la reconnaissance fait partie intégrante de la légalité internationale.
En conclusion, Monsieur Baker, j'ai beaucoup de respect pour vous en tant que politicien expérimenté et en tant que personne de principes. Mais en ce qui concerne cette question, je ne suis pas d'accord. Je trouve votre position difficile à comprendre et vos arguments ne reposent pas du tout sur des faits et sur l'histoire.
Veuillez accepter mes meilleures salutations et ma plus grande considération.
Lahcen Haddad, PhD, député marocain du parti Istiqlal et ancien ministre du Tourisme, également un bon ami de votre fils, Douglas Baker.
Lire aussi|Le RDV des bonnes affaires : les offres chez Citroën, c'est maintenant !
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.