Impots: la DGI fait une annonce destinée aux contribuables    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Les sociétés de distribution sur la sellette    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    Ligue des champions : Le Zamalek et Al Ahly en difficulté    Une semaine sous le signe de la stabilité    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    Botola Pro D1: le classement provisoire (9e journée)    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Armée américaine et insurgés du Capitole    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé
Publié dans Challenge le 17 - 01 - 2021

Jusque-là derrière les fournisseurs du Maroc en céréales que sont la France et la Russie, l'Ukraine pourrait leur ravir la première place en 2020/2021, selon les dernières données du Département américain de l'agriculture (USDA).
La France est jusqu'ici le fournisseur historique du Maroc en blé. Mais depuis quelques années, le Royaume teste d'autres origines, comme la Russie, l'Ukraine, le Kazakhstan et la Roumanie. Dans cette mise en concurrence, la Russie, qui a fait de très gros progrès en quantité et en qualité, a réussi à se faire une place sur le marché national depuis quelques saisons, devenant dans la foulée son deuxième fournisseur.
Aujourd'hui, cette hiérarchie établie ces dernières années serait menacée dès cette saison 2020/2021, du moins à en croire le Département américain de l'agriculture (USDA). En effet, selon les dernières données de cet organisme américain chargé de concevoir et de mettre en œuvre la politique fédérale en matière d'agriculture, d'alimentation et de forêt, l'Ukraine pourrait émerger en tant que premier fournisseur de blé du Maroc. D'après l'USDA, ce pays d'Europe de l'Est profitera d'une demande dynamique à l'import en raison de la faiblesse de l'offre intérieure marocaine ainsi que d'une concurrence moindre sur le marché international. A noter que le Département américain de l'agriculture, estime les importations marocaines de blé durant la saison 2020/2021 à 6,2 millions de tonnes métriques, environ 35% de plus que les importations de l'année 2019/2020. « Cette augmentation significative était principalement due à la faible production intérieure et à la suspension des droits d'importation ».
Lire aussi|Marc Thépot, une nouvelle vie
L'autre argument avancé par l'USDA est que les fournisseurs traditionnels que sont la Russie et la France seront moins compétitifs comparativement à l'Ukraine. Si le blé russe pâtit actuellement des récentes impositions de taxe à l'export sur le blé qui ont son renchéri, l'Hexagone est désavantagé par la faiblesse de sa récolte et par son rapport qualité/prix moins favorable qui réduira ses volumes expédiés vers le Maroc.
L'Ukraine s'affiche donc comme le grand gagnant de cette bataille surtout qu'elle s'est donnée un autre atout en décidant de l'entrée en franchise jusqu'au 31 mai prochain de droits de douane des cargaisons de blé tendre.
Pour rappel, la Russie et l'Ukraine sont avec l'Union européenne, le Canada, les Etats-Unis, l'Argentine et l'Australie dans le groupe des huit exportateurs qui font le prix mondial. Elles ont doublé leur production en vingt ans.
Ces dernières années, la Russie et l'Ukraine ont pu semer beaucoup plus de blé d'hiver. Le réchauffement climatique a libéré des terres gelées en Sibérie. Les voies navigables sont plus ouvertes. Qu'il s'agisse de l'un ou de l'autre, ces deux pays enregistrent d'année en année des récoltes records.
A cause de la cherté du prix, le céréale en provenance des Etats-Unis « reste exclu du marché marocain, même avec la suppression totale des droits d'importation marocains », souligne l'USDA.
Lire aussi|Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.