Elections : La Chambre des représentants approuve à l'unanimité un projet de loi    Avec plus de 3,5 millions personnes vaccinées, la pandémie est sous contrôle    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    La Bourse de Casablanca clôture en hausse    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Bilan bi-mensuel: la situation est en « constante amélioration » (Meziane Bellefquih)    L'art pour tous !    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]
Publié dans Challenge le 20 - 01 - 2021

La loi n°43.20 relatif aux services de confiance pour les transactions électroniques a été publiée dans le bulletin officiel numéro 695 du 11 janvier 2021. Elle avait été adoptée à l'unanimité par les deux chambres du Parlement respectivement le 8 et 15 décembre 2020.
Cette loi a pour objectif de mettre en place un nouveau cadre juridique à même de répondre aux besoins des acteurs économiques, publics, privés, administrations publiques et citoyens, à travers l'organisation des signatures électroniques, du cachet électronique, de l'horodatage électronique, des services de transmission électronique sécurisée et de la vérification des sites Web.
Lire aussi | Coronavirus : le SIAM 2021 annulé
Elle vise aussi à établir un cadre juridique moins restrictif et plus approprié pour les diverses transactions et à clarifier l'effet juridique de la signature électronique simple et avancée (voir encadré), de sorte que l'effet juridique des deux signatures électroniques ne puisse être rejeté ou non accepté simplement parce qu'elles sont présentées sous forme électronique ou parce qu'elles ne répondent pas aux exigences d'une signature électronique qualifiée. Il s'agit aussi d'élargir le champ d'application de la loi actuelle pour y inclure les documents émis par les établissements de crédit et organismes assimilés.
Lire aussi | Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux
Cette loi fait partie du choix stratégique du Royaume de miser sur la transformation digitale comme véritable levier de croissance économique et sociale. Parmi les objectifs de ses stratégies on trouve notamment le développement accéléré de l'économie digitale, le développement humain à travers la réduction de la fracture numérique et enfin la transformation digitale de l'administration marocaine. La pandémie du Covid-19 a mis en évidence la nécessité de développer rapidement des services publics en ligne afin que les citoyens puissent les utiliser pour s'adresser à distance aux pouvoirs publics et pour permettre à l'administration et aux acteurs économiques publics et privés de développer de nombreux téléservices et de contribuer ainsi à l'accélération de la transformation numérique du Maroc.
Niveaux de signatures
La loi 43.20 a permis de lever les différents obstacles juridiques identifiés au développement du marché de la confiance numérique au Maroc. Les modifications apportées par cette nouvelle loi ont permis d'encadrer davantage les niveaux non qualifiés en rajoutant un niveau intermédiaire dit « avancé » à l'instar de la réglementation européenne.
Ce niveau permet aujourd'hui de répondre aux contraintes légales qui incombent à chaque type de transaction, et de couvrir la plupart des besoins afin de garantir son adoption à grande échelle. Il permet également une meilleure reconnaissance juridique que le niveau simple.
A ce titre, trois niveaux de signatures ont été ainsi retenus par la loi 43.20 :
Niveau « Simple »
– Pas d'exigences techniques ou fonctionnelles spécifiées, pour un usage simplifié ;
– Pas de présomption de fiabilité : la charge de la preuve revient au défendeur.
Niveau « Avancé »
– Meilleure reconnaissance juridique que le niveau simple : exigences techniques et organisationnelles de niveau intermédiaire (notamment le recours à un certificat électronique), plus souples que la signature qualifiée – Utile pour le développement d'usages à moyen enjeu ;
– Pas de présomption de fiabilité : la charge de la preuve revient au défendeur.
Niveau « Qualifié »
– Usage obligatoire des produits de cryptographie et d'un certificat électronique qualifié ;
– Bénéficie de la présomption de fiabilité ;
– Utile pour le développement d'usages à fort enjeu ; – Reprend les concepts de la signature « sécurisée ».
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.