Coupe du Trône: les FAR se qualifient pour les quarts et affronteront le Raja (VIDEO)    Le variant sud-africain du virus impacte les matchs organisés par la CAF    Soufiane Rahimi, son parcours et ses aspirations    Futsal : Les Lions de l'Atlas face à l'épreuve argentine les 6 et 8 mars    Vaccination: l'OMS félicite le Maroc (tweet)    Les marines marocaine et américaine mènent un exercice conjoint    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    A l'initiative du Maroc, l'ONU proclame le 10 mai Journée internationale de l'arganier    Programme Intelaka: La Banque Populaire sur le terrain pour rencontrer les porteurs de projets    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Approbation de projets de loi    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Fès-Meknès : 4,4 milliards de dhs pour atténuer les disparités territoriales    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Plus de blanchiment d'argent ni de fuite de capitaux    Covid-19 : la stratégie de vaccination marocaine encensée par la BBC    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage / Covid-19 : ces soignants morts sur le front de l'épidémie
Publié dans Challenge le 22 - 01 - 2021

Ils étaient médecin généraliste, professeur en médecine, gynécologue, dermatologue, ou dentiste. Ils exerçaient à Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger, Ait Melloul, Berrechid, Benguérir, Fès… Depuis le début de la pandémie, ces médecins étaient au front face à l'explosion du nombre de cas de contamination au nouveau coronavirus. La Covid-19 les a emportés alors qu'ils exerçaient leur métier, leur mission. En première ligne face à la pandémie, ces praticiens y ont payé le prix de leur engagement, soixante dix ont donné leur vie pour sauver celles des autres. Il n'y a pas plus beau, plus respectable sacrifice. Parce qu'ils n'étaient pas des médecins de guerre, mais juste des médecins, soucieux de sauver des vies humaines. Hommage à ces héros du quotidien.
Dès que la Covid-19 a atteint le Maroc, le corps médical, en particulier celui de la Santé Publique s'est mobilisé. Le secteur privé a pris sa part ensuite, parce que la médecine est une vocation. Ce virus était inconnu, en mars dernier le monde ne savait rien, absolument rien de sa contagiosité, de sa létalité, mais nous savions que nous étions face à une pandémie, sans nulle autre pareille. Son prédécesseur n'avait fait que quelques milliers de morts, bilan qu'il avait atteint fin mars. Nos médecins se sont mobilisés, ont adopté les protocoles sanitaires, ont suivi les connaissances évoluantes de la lutte contre la Covid-19.
Lire aussi|Coronavirus : le vaccin est arrivé au Maroc
Alors qu'on annonçait que les corticoïdes étaient proscrits, le Maroc a été parmi les premiers à les utiliser au niveau mondial, bien avant que l'ensemble de la communauté scientifique ne le recommande. Nous devons cette résilience à un corps médical, totalement dévoué à sa mission, soigner, contrer la douleur, sauver des vies.
Pour y arriver, elles, ils, ont fait des sacrifices énormes. Ils n'ont pas compté leurs heures, ont, surtout, accepté un confinement qui les a privés de leurs familles. Une jeune femme, n'a pas vu son bébé de 6 mois et son mari pendant plusieurs semaines, parce qu'après l'hôpital, elle devait se confiner à l'hôtel.
Lire aussi|Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021
Les médecins privés, généralistes ou spécialistes, n'ont pas cédé à la peur et ont continué à recevoir leurs patients, à les orienter quand il y avait suspicion de Covid. Il y avait un manque de charlottes, de sur-blouses, de moyens de protection, mais ils ont respecté leur serment jusqu'au bout. Il y a eu des comportements déviants, mercantiles, ils sont minoritaires et ne peuvent entâcher l'effort de guerre d'une corporation contre la pandémie.
Dans cette guerre, comme dans toutes les guerres, nous déplorons des morts. Les médecins ont payé le prix de leur engagement, 70 ont donné leur vie pour sauver celles des autres. Il n'y a pas plus beau, plus respectable sacrifice. Parce qu'ils n'étaient pas des médecins de guerre, mais juste des médecins, soucieux de sauver des vies humaines.
En leur rendant hommage, nous respectons un devoir. Celui de nous incliner devant ceux qui ont…
Lire la suite dans votre e-magazine Challenge en cliquant sur la couverture.
Autres sujets du dossier :
–Covid-19 : ces soignants morts sur le front de l'épidémie
–Témoignages des confrères


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.