Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés au Terminal 1    Culture de pastèque: l'ONSSA rassure les Marocains    La politique nationale de l'environnement des affaires 2021-2025 adoptée    Factures fictives : ce que la DGI recommande aux entreprises    Algérie : le gouvernement avertit contre des actes « subversifs »    Des garde-côtes marocains formés par Frontex pour le sauvetage des migrants en haute mer    Nos vœux    Divertissement: Mounia LEMKIMEL fait le show chez Rachid ALLALI, ce soir à 22h50    Le ministère de l'Intérieur rappelle la nécessité de se limiter à 10 personnes lors des enterrements    Ramadan 1442: voici le montant de Zakat Al-Fitr au Maroc    Chambres professionnelles: l'inscription sur les listes électorales du 10 au 30 mai    Elections 2021: le choix des candidats, entre renouvellement et reproduction des élites    L'ASADEH demande à nouveau «l'arrestation immédiate» du chef du «Polisario» (médias espagnols)    Secousses telluriques à Driouch: les explications d'un expert    Japon : état d'urgence prolongé à l'approche des Jeux de Tokyo    Achraf Bencharki de nouveau buteur et passeur    Cyclisme : Tanger candidate pour abriter les Mondiaux 2025    L'épouse de Rachid Ghribi Laroussi à Mohamed Hajib : «Ne parlez pas en notre nom!»    La commercialisation du Mall du Carrousel confiée à AMS AFRICA    Meknès: Deux individus interpellés pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Les dernières secousses telluriques à Driouch, des répliques à l'activité séismique de 2016    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    QUAND LA LOYAUTE FAIT DEFAUT    Arganier : Célébration en grande pompe de la première journée internationale    11ème conférence internationale sur le tabac : Les produits alternatifs moins nocifs comme solution    Salé : un multirécidiviste interpellé pour trafic de drogue et agression de policiers    Première édition des «Tourism Marketing Days» régionales : L'ONMT implique les régions dans la relance    Le prince Moulay El Hassan fête son 18ème anniversaire    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    CIMR/Maroc: Hausse du nombre des affiliés de 4,89% en 2020    Maroc/Météo: Ciel voilé et mercure en légère hausse ce vendredi 7 mai    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    WAC et ASFAR Deux grosses cylindrées toujours en course    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021
Publié dans Challenge le 11 - 04 - 2021

Aziz Akhannouch et Othman Benjelloun sont les deux seuls Marocains figurant dans le nouveau classement des plus grandes fortunes mondiales de Forbes. Dans le palmarès des 20 milliardaires africains dominé par le Nigérian Aliko Dangote, ils arrivent respectivement 12e et 16e.
Le nombre de pays représentés dans le classement Forbes 2021 des milliardaires africains a presque doublé entre 2011 et 2021, passant de quatre à 7. L'Afrique du Sud et l'Egypte comptent chacune cinq milliardaires, suivies du Nigeria avec trois et du Maroc avec deux. Les autres pays représentés sont l'Algérie, la Tanzanie, et le Zimbabwe. Au rang des 2. 000 fortunés africains, en milliards de dollars, seuls 18 sont dénombrés.
La moyenne des fortunes des 18 milliardaires du continent est d'environ 4,1 milliards de dollars, soit 12% de plus qu'il y a un an, en partie grâce à l'envolée de la bourse nigériane, selon Forbes.
Pour la dixième année consécutive, Aliko Dangote du Nigeria est la personne la plus riche du continent, avec une fortune de 12,1 milliards de dollars, soit 2 milliards de plus par rapport à la liste de l'année dernière, mais est 192e personnalité la plus riche au monde. Il est suivi, par l'Egyptien Nassef Sawiris. Celui-ci âgé de 60 ans se positionne à la 291e place au niveau mondial avec 8,5 milliards de dollars et dont le principal actif est une participation de près de 6% dans le fabricant de vêtements de sport Adidas.
Lire aussi| Crise franco-algérienne : la décision de LREM d'ouvrir un bureau à Dakhla fait capoter la visite du Premier ministre français à Alger
La 3e fortune africaine et 299e mondiale, est le Sud-Africain Nicky Oppenheimer & famille. Agé de 75 ans, il a gagné sa fortune, estimée à 8 milliards de dollars, dans l'exploitation de diamant. Un autre Sud-Africain Johann Rupert, 70 ans, occupe la 4e place au niveau africain et 330e mondial avec 7,7 milliards de dollars. Il a acquis sa richesse dans les produits de luxe. Ensuite, arrivent respectivement, par ordre de classement, 435e mondial, Mike Adenuga (Sud-Africain de 67 ans avec 6,1 milliards de dollars acquis dans les télécoms, pétrole) ; 578e mondial, l'Algérien Issad Rebrab 4,8 milliards de dollars 77 ans ; 580e le Nigérian Abdoulsamad Rabiu (60 ans avec 4,8 milliards de dollars) ; L'Egyptien Naguib Sawiris, 66 ans, est fort de 3,2 milliards de dollars. Il occupe la 975e place au niveau mondial. 990e au classement mondial et 9e au plan continental, le Sud-Africain Patrice Motsepe, âgé de 59 ans, récemment élu président de la Confédération Africaine de Football (CAF), possède une fortune chiffrée à 3 milliards de dollars.
Culminant à la 10e place en Afrique contre la 1.005e place mondiale, son compatriote Koos Bekker a lui aussi glané un patrimoine de 3 milliards de dollars. Il est âgé de 68 ans. Il est suivi par l'Egyptien Mohamed Mansour Egyptien (73 ans) 2,5 milliards de dollars 1.242e mondial.
1.576e mondial, Aziz Akhannouch est le premier Marocain de ce classement avec des avoirs estimés à 1,9 milliard de dollars.
Lire aussi| Covid-19 : El Otmani devant les deux chambres du Parlement ce lundi
12e à l'échelle continentale, l'actionnaire majoritaire d'Akwa Group est suivi par le Tanzanien Mohammed Dewji (1.852e mondial), 45 ans, dont la fortune est estimée à 1,6 milliard de dollars ; le Zimbabwen Strive Masiyiwa (1.907e, 60 ans) avec 1,5 milliard de dollars ; 1.934e Youssef Mansour (Egypte, 75 ans) avec une fortune estimée à 1,5 milliard de dollars.
Deuxième Marocain du classement Forbes 2021, Othman Benjelloun caracole à la 16eplace continentale et au 2.101erang mondial. Le patron du Groupe Bank of Africa, 88 ans, dispose d'un total d'avoirs évalué à 1,3 milliard de dollars.
Outre ces 16 fortunés africains dénombrés parmi les 2.000 personnes les plus riches au monde, 2 richards du continent suivent la marche. Il s'agit du Sud-africain Michel Le Roux. Agé de 71 ans, ce banquier a un patrimoine estimé à 1,2 milliard de dollars. Il occupe la 2.193e place. Arrive ensuite à la 2.239e place l'Egyptien Yassen Mansour (59 ans) avec 1,1 milliard de dollars.
Selon Forbes, sa méthode a consisté à calculer la fortune nette en utilisant les cours des actions et les taux de change à partir de la fermeture des bureaux le vendredi 8 janvier 2021. « Pour évaluer les entreprises privées, nous commençons par des estimations des revenus ou des bénéfices et nous appliquons les ratios prix/ventes ou prix/bénéfices en vigueur pour des entreprises publiques similaires. Certains membres de la liste s'enrichissent ou s'appauvrissent dans les semaines – ou les jours – qui suivent la date de mesure », explique le magazine américain.
Lire aussi| Emploi public : la fin de l'eldorado ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.