Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés du Terminal 2 au Terminal 1 (ONDA)    En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 360 nouveaux cas, 513.016 au total, jeudi 6 mai 2021 à 16 heures    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Maroc: bientôt une nouvelle loi sur le micro-crédit    La coopération Maroc-Serbie prendra une nouvelle dimension dans un proche avenir (ministre serbe des AE)    Affaires Radi-Raissouni : Bouayach se positionne dans le gris    Le PAM, le PI et le PPS réclament «une bonne préparation des échéances électorales»    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Le Maroc rappelle son ambassadeur à Berlin    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Décélération du rythme d' accroissement du crédit bancaire en mars    Mounir Satouri : Ghali-gate, rien ne saurait justifier l'impunité    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue gabonais    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Relance : l'ONMT mise sur les régions    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    Bill Gates, légende de l'informatique devenu milliardaire philanthrope    La France a profité du cannabis marocain    Temara: Un accord trouvé entre les éboueurs grévistes et le Conseil communal    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Covid: La France ouvre la vaccination aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies graves    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers
Publié dans Challenge le 18 - 04 - 2021

La future généralisation de la protection sociale destinée à terme à couvrir 22 millions de personnes actuellement dépourvues d'assurance maladie, nécessitera des ressources humaines médicales pour sa réalisation. Le Maroc qui fait face à un déficit de praticiens a décidé d'ouvrir son secteur de la santé aux compétences étrangères et à l'investissement étranger.
Les médecins étrangers vont bientôt pouvoir exercer au Maroc. C'est une première. L'information est de taille mais est presque passée inaperçue. Pourtant, l'annonce a été faite par Mohamed Benchaaboun, lors de son allocution devant le Souverain dans le cadre du lancement de la généralisation du système de la couverture sociale, le 14 avril 2021, au Palais royal de Fès. Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration, a indiqué que la généralisation de la couverture médicale nécessite de relever un ensemble de défis qui concernent en particulier le faible taux d'encadrement médical, l'important déficit en ressources humaines et leur répartition géographique inégale. Ainsi, pour lutter contre le déficit en matière de cadres sanitaires, il sera procédé à l'ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étrangères, l'encouragement des établissements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc.
Lire aussi| The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains
Il faut dire que le Royaume est encore loin de son objectif de mettre chaque année sur le marché de la santé 3300 nouveaux médecins. En 2018, les facultés de médecine et de pharmacie du pays ont formé 2 282 médecins seulement, contre 1715 en 2007, soit une progression de 25%. En dépit de cette hausse significative, le retard à rattraper est de l'ordre de 1018 médecins. Ce déficit se creuse à cause de l'émigration, principalement en France, du départ à la retraite et de la retraite anticipée. Plus de 8 000 médecins marocains nés dans le Royaume exercent actuellement dans l'Hexagone. Selon une étude du Conseil national de l'Ordre des médecins en France, les praticiens nés au Maroc représentent la deuxième communauté de médecins nés à l'étranger.
Si ce manque de médecins au Maroc se fait sentir avec la crise du nouveau coronavirus, il risque de peser lourd dans la réussite de la généralisation du système de la couverture sociale qui vient d'être lancé. En effet, le Maroc ne compte que 27 266 médecins, dont 53% opèrent dans le secteur privé, avec un ratio de 7,1 médecins pour 10 000 habitants, loin du standard de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixé à 15,3 médecins pour 10 000 habitants. Les régions de Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra concentrent, à elles seules, plus de 56% de l'effectif des médecins privés et 39% de l'effectif des médecins publics, ajouté au début du vieillissement de la population médicale. En fait, selon le ministère de la santé, 36% des médecins du public ont plus de 51 ans. A noter qu'avec à peine 1,65 personnel médical pour 1 000 habitants (contre un minimum requis de 4,45), le Maroc a un déficit de 97 161 personnes dans le secteur de la santé, dont 32 387 médecins et 64774 infirmiers et techniciens.
Lire aussi| Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner
Chaque année, le ministère de la Santé lance un concours pour les nouveaux diplômés. Mais cela ne suffit pas pour motiver les futurs praticiens à exercer dans certaines régions du royaume. Pour s'installer dans ces « déserts médicaux », les jeunes diplômés en médecine réclament une augmentation de salaire et une amélioration des conditions de travail. En plus, depuis quelques années, plus de 80% des diplômés en médecine sont des femmes. Ce qui complique leurs affectations dans ces régions. Certaines régions comme celles de Laâyoune Sakia El Hamra et Guelmim-Oued Noun, ne reçoivent presque aucune candidature.
Face à cette situation, quelques-unes ne sont pas restées les bras croisés. En fin 2017, le Conseil provincial de Tata, profitant de la convention d'établissement signé entre le Royaume et le Sénégal en 1964, a noué un partenariat avec l'Ordre national des médecins du Sénégal (ONMS) pour le recrutement de spécialistes sénégalais, afin de faire face à ses besoins en effectif médical, la région ne disposant à l'époque que de 8 médecins marocains pour 120.000 habitants. Ainsi, le 23 novembre 2017, l'ONMS publie un appel à candidature, invitant les spécialistes en gynécologie et en chirurgie intéressés par l'exercice dans des centres ruraux au Maroc, à déposer leurs dossiers. Dans ce cadre, la province de Tata a pu alors embaucher en 2018 par contrat 20 médecins sénégalais. Des postes que les médecins marocains bouderaient depuis des années malgré les appels du pied récurrents du ministère de la Santé.
Aujourd'hui, si l'Organisation mondiale de la santé recommande un minimum de 23 médecins pour 100.000 habitants, le royaume n'en comptabilise que 7,3.
Lire aussi| Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.