Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Marhaba 2022 : Le port de Ceuta se prépare au pic de la phase retour    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    William Ruto élu président du Kenya    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gaz naturel liquéfié : le Maroc veut déployer une unité flottante de stockage et de regazéification près de ses côtes
Publié dans Challenge le 25 - 04 - 2021

Le Maroc est en train d'abandonner son projet « Gas to Power », un complexe gazier à Jorf Lasfar, évalué à 4,6 milliards de dollars, comprenant un terminal de GNL, un gazoduc, deux centrales électriques et une unité de regazéification, du moins si l'on en tient au récent acte posé par le ministère de l'Energie. Le département d'Aziz Rabbah étudie une solution maritime et vient de lancer dans ce sens un appel à manifestation d'intérêt pour la conception et la mise en place d'une unité flottante de stockage et de regazéification. Celle-ci devrait être localisée au niveau du port de Nador West Med, Kénitra Atlantique, Jorf Lasfar ou Mohammedia.
Le Maroc est-il en train de revoir son Plan national de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) ? C'est tout comme. Présenté en décembre 2014 par l'ex-ministre de l'énergie Abdelkader Amara, ce plan devait être livré, comme annoncé, en juin 2021. Concrètement, ce programme devait donner naissance au projet « Gas to Power », un complexe gazier à Jorf Lasfar (El Jadida), évalué à 4,6 milliards de dollars, comprenant un terminal de GNL, un gazoduc, deux centrales électriques et une unité de regazéification. Un appel à manifestation d'intérêt (AMI) avait même été lancé en 2015 par l'Office Nationale de l'Electricité et de l'Eau (ONEE) et qui a vu 93 entreprises, comme les Japonais de Mitsubishi, les Saoudiens d'Acwa Power, les Emiratis de Taqa, les Espagnols de Gas Natural, les Italiens d'Enel, les Français d'EDF et Engie, le russe Gazprom, se positionner sur ce mégaprojet. Mais l'appel d'offres prévu en 2018 dans la foulée n'a pas été lancé.
Depuis, la feuille de route du ministère de l'Energie pour le développement de l'utilisation du GNL a été revue et réajustée, prenant en considération plusieurs nouveaux paramètres. Du côté du département d'Aziz Rabbah, l'on indique que le plan gazier révisé devra être relancé pour prendre en compte notamment les ruptures technologiques, le projet de gazoduc Maroc-Nigéria (ralliant le Nigéria au Maroc en traversant 14 pays), le développement de l'efficacité énergétique ainsi que le prolongement du contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME) mais aussi l'entrée en exploitation commerciale de projets d'exploration gazière, notamment le Tendrara (dans l'Oriental) en 2021, opéré par la société britannique Sound Energy.
Lire aussi| Africa Digital Manager Award : trois projets marocains nominés
Aujourd'hui, si le remodelage du plan national gazier reste inconnu à ce jour, le département de l'Energie semble plancher sur une nouvelle option. Il vient en effet de lancer un appel à manifestation d'intérêt pour la conception et la mise en place d'une solution maritime pour l'approvisionnement en gaz naturel du marché national par une unité flottante de stockage et de regazéification (FSRU – Floating Storage and Regasification Unit). Son objectif : identifier les sociétés opérant dans le développement et la construction des FSRU en vue du lancement éventuel d'un appel d'offres ou d'un Partenariat public-privé (PPP). À travers cet AMI, le département d'Aziz Rabbah invite les sociétés à exprimer leur intérêt à participer, en cas de décision prise par les autorités compétentes, à un appel d'offres pour le développement, la conception, le financement, la construction, l'exploitation et la maintenance de ce projet, et à confirmer leurs intentions et capacités à le développer et le rendre opérationnel d'ici 2025. Selon les spécifications techniques du ministère de l'Energie, le projet proposé doit répondre au besoin d'un marché du gaz naturel à développer progressivement. Les besoins sont estimés à 1,1 milliard de mètres cubes dont 0,6 milliard de mètres cubes pour l'industrie en 2025. En 2030, ils sont évalués à 1,7 milliard de mètres cubes dont 0,7 pour l'industrie. Dix ans plus tard, les besoins devraient monter à 3 milliards de mètres cubes dont 1,4 pour l'industrie.
Lire aussi| La région de Rabat-Salé-Kénitra lance son « Club des investisseurs »
Les zones de consommation se situent principalement dans l'axe Kénitra-Mohammedia-Casablanca-Settat, caractérisé par une concentration du tissu industriel. Le projet devra proposer un système permettant la réception, le stockage et la regazéification. Il devra être compatible avec les infrastructures maritimes du terminal d'accueil qui sera localisé potentiellement au niveau de l'un des ports de Nador West Med, Kénitra Atlantique, Jorf Lasfar ou Mohammedia.
Le système de regazéification devra satisfaire aux besoins et aux contraintes techniques des distributeurs et des consommateurs locaux de gaz naturel. Selon le Ministère de l'Energie, le secteur de l'énergie connaît des évolutions extrêmement importantes tant au niveau économique, technique que géopolitique. « Le Maroc, importateur net d'énergie, doit faire face à des contraintes diverses : diversification, continuité et sécurité d'approvisionnement, compétitivité de son économie, volatilité des prix et son impact négatif, la réduction des émissions des gaz à effet de serre, etc », justifie le Département de l'Energie dans le dossier d'appel à manifestation d'intérêt. Et s'ajouter qu'il a mené plusieurs études qui ont souligné l'importance grandissante du besoin en gaz naturel en tant que source d'énergie profitant d'une évolution tendancielle très favorable de la production mondiale.
En tous les cas, les promoteurs de ces unités flottantes de stockage et de regazéification n'hésitent pas à vanter le procédé pour sa mise en œuvre beaucoup plus rapide et bon marché que la construction d'installations à terre, avec une souplesse de fonctionnement plus grande et un impact environnemental moindre.
Lire aussi| Akdital Holding : Bientôt une nouvelle clinique à Dakhla


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.