ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Intelcia, la multinationale marocaine souffle sa 20ème bougie
Publié dans Challenge le 11 - 06 - 2021

Le groupe cofondé en 2000 par Karim Bernoussi célèbre ses 20 ans d'existence. Deux décennies marquées par un développement fulgurant qui a propulsé la PME d'alors au rang de multinationale, avec une présence dans 17 pays aujourd'hui et un chiffre d'affaires de 360 millions d'euros à fin 2020.
Intelcia célèbre ses 20 ans d'existence. Créé en 2000, le groupe Intelcia est une success story marocaine. En deux décennies, la PME cofondée par Karim Bernoussi (PDG) a réussi à se transformer en une multinationale. « Aujourd'hui présente sur 3 continents (Afrique, Europe, Amérique), Intelcia a diversifié ses métiers alors même qu'elle continue d'étendre son footprint mondial », a assuré Karim Bernoussi, lors de la célébration en grande pompe de l'anniversaire du groupe le 10 juin à Casablanca. Il est notamment revenu, dans son intervention, sur l'internationalisation et les différentes phases du développement d'Intelcia au fil des années.
« Tout a commencé en 2010 lorsque nous avons fait entrer un fonds d'investissement dans le capital. Cette opération a permis à l'entreprise d'avoir les moyens financiers pour faire sa première acquisition. De là, nous avons estimé que pour grandir et accroître notre activité sur le marché francophone, il fallait aller en France. Nous avons donc fait le choix de la France comme premier pays dans le cadre de notre stratégie d'internationalisation, avec le rachat de The Marketing Group », a expliqué le PDG d'Intelcia.
Lire aussi| Open innovation : Crédit agricole du Maroc et l'UM6P mutualisent leurs efforts
« Nous avons énormément investi pour développer notre activité en France. Nous y comptons plus de 2000 collaborateurs aujourd'hui », a renchéri Youssef El Aoufir, Directeur général du groupe. En Afrique subsaharienne, c'est le Cameroun qui a ouvert le bal en 2015. « Il était nécessaire pour nous, en vue d'asseoir notre positionnement de leader sur le marché francophone et aussi offrir à nos clients d'autres alternatives, de nous implanter en Afrique subsaharienne », a-t-il justifié . Depuis, le groupe a élargi sa présence à d'autres pays du continent tels que le Sénégal, la Côte d'Ivoire, Madagascar, les Iles Maurice, en Afrique du Sud, au Kenya, en Egypte, via des acquisitions ou des partenariats. « Afin de permettre à nos clients de se concentrer sur leurs enjeux et cœur de métier, nous proposons aujourd'hui une offre globale Onshore, Nearshore et Offshore autour de 4 pôles de solutions : Gestion de la Relation Client, Externalisation de Solutions IT, BPO (services RH, recrutement, paie, services financiers, recouvrement, ...) et Services Digitaux », a également fait observer Karim Bernoussi.
Il va sans dire aujourd'hui que le groupe est devenu un acteur global de l'outsourcing, présent dans 17 pays (Afrique, Europe, Amérique), avec 27000 collaborateurs répartis sur 56 centres. Rien qu'au Maroc, Intelcia c'est 9000 collaborateurs répartis sur 11 sites, et un nouveau siège (InTown) à Casablanca. Son chiffre d'affaires à fin 2020 a atteint près de 360 millions d'euros, avec des prévisions pour 2021 de près 500 millions d'euros. Et, ce n'est pas tout.
Lire aussi| L'Espagne envisage d'imposer des visas à tous les Marocains pour entrer à Sebta et Melilla !
Le fulgurant développement qu'a connu l'opérateur ces dernières années a séduit de nombreux investisseurs. Ainsi, depuis 2016, Intelcia compte le groupe Altice parmi ses actionnaires. Le groupe marocain s'appuie en effet sur la multinationale française (appartenant au milliardaire Patrick Drahi) pour accélérer sa croissance à l'international. En termes de perspectives, le groupe nourrit de nouvelles ambitions pour les vingt prochaines années. Selon le top management, il continuera à consolider son positionnement au Maroc, tout en accélérant sa croissance à l'international notamment en Amérique du Nord, Jamaïque, République Dominicaine, Sainte Lucie, en Colombie...
Karim Bernoussi table d'ores et déjà sur un chiffre d'affaires global de 1 milliard d'euros, soit plus de 10 milliards de DH d'ici 2 ans, soit en 2023. Par ailleurs, soulignons que l'anniversaire des 20 ans du groupe est célébré cette année en raison de la pandémie, qui a empêché sa célébration en 2020. Cet anniversaire a été placé sous le signe de la reconnaissance, la solidarité, la transmission vis-à-vis des parties prenantes du groupe. Intelcia a d'ailleurs signé un partenariat avec la Fondation Marocaine de l'Etudiant visant à prendre en charge les études d'une vingtaine d'étudiants.
Intelcia, véritable exemple d'entreprise qui à la fois a compris les enjeux d'un environnement de plus en plus mondialisé, d'un impératif de s'inscrire dans son époque, d'aller chercher des niches de croissance là où elles se trouvent, voir les impulser là où le potentiel de croissance est perçu. Le groupe a su, et savamment, patiemment, croiser bien des variables, des plus simples aux plus complexes, oser tous les risques, pour transformer la PME marocaine qu'elle était en multinationale qu'elle est aujourd'hui, une multinationale « made in Morocco » qui ne saurait qu'inspirer fierté et admiration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.