Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    Evolution du coronavirus au Maroc. 8 760 nouveaux cas, 642 683 au total, mardi 3 août 2021 à 16 heures    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Marché du travail: Cinq régions abritent 72,1% des actifs de 15 ans et plus (HCP)    Covid-19 : Les cas critiques ont doublé en deux semaines    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Le Maroc reçoit un million de doses du vaccin Sinopharm    Sinopharm : Le Maroc reçoit un million de doses    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Mobilité électrique : un plan directeur national en gestation    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    Phishing et applis de messagerie Kaspersky fait le bilan et et présente ses recommandations état des lieux    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques
Publié dans Challenge le 14 - 06 - 2021

S'il est un sujet commun des deux côtés du détroit de Gibraltar qui suscite les passions et nourrit les discussions depuis quelques semaines, c'est bien celui de la crise diplomatique entre les deux royaumes voisins et prétendument amis, le Maroc et l'Espagne.
Et comme il y a de l'excès dans toute passion, cela n'a pas manqué de déteindre, comme une capsule de détergent sur du linge sale, sur les discours et sorties médiatiques des uns et des autres, y compris de ceux qui sont censés rester dans le factuel, l'objectif voire garder la mesure. Aussi, ces dernières semaines la presse espagnole fait montre d'un déchaînement sans précédent contre le Maroc et notamment sa monarchie, dans des articles surréalistes et sans rapport avec les faits de la crise originelle ni même ses développements directs.
Lire aussi | Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla
Entre attaques ad hominem contre des membres de la famille royale marocaine et notamment leur prétendu train de vie « démesuré » et interprétations fallacieuses ou, à tout le moins, tendancieuses des annonces et positions émises ici et là à travers le monde au sujet de la crise causée par un misérable arrangement de l'axe « dormant » Madrid-Alger, certains de nos confrères du voisin du nord ne ratent pas une occasion, pour déplacer le terrain du différend politique et couac diplomatique vers celui de la calomnie et l'intoxication.
Une fuite en avant lamentable qui ne peut avoir pour ressort, venant d'un quatrième pouvoir d'une démocratie qui se veut établie et bien ancrée (certes ayant à peine l'âge moyen des plumitifs qui sont à l'œuvre contre notre pays et son système politique), que la volonté de camoufler le véritable embrouillamini dans lequel s'est empêtré le gouvernement de Pedro Sanchez dans cette « Affaire Brahim Ghali » où il a violé son propre code pénal pour faire plaisir à Alger ! Sans compter que le code d'honneur de bon voisinage avec un prétendu « allié » qu'il a bafoué allègrement et sans aucune contrition après que ses manœuvres en catimini eussent été dévoilées.
Lire aussi | Maroc-Espagne. Non aux délires [Par Jamal Berraoui]
Ce qui est, par contre, à saluer, c'est la formidable retenue de la quasi-totalité des organes de la presse marocaine toutes obédiences confondues qui ont, certes, fait de l'évènement leurs choux gras avec, par moments et pour certains, une louche de « castillannerie » (pas surprenante vu l'identité du protagoniste !). Mais à aucun moment, les journalistes marocains se sont adonnés à la critique acerbe, aux attaques personnelles ou à l'entretien soigneux des affaires quand bien même la famille royale espagnole, dont le prestige de la couronne a été érodé par les scandales à répétition des dernières années, en donne un vivier inépuisable.
Une sagesse et une retenue qui s'inscrivent en relief (en tout cas à date de valeur d'aujourd'hui !) du cartel de l'histoire moderne des relations entre les deux pays. Quant à nos chers confrères ibériques, on ne peut, en paraphrasant la célèbre maxime de la calomnie de Bacon, que leur dire : « vomissez, vomissez Messieurs votre haine passéiste, il en restera toujours quelques chose pour construire l'avenir »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.