Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    Evolution du coronavirus au Maroc. 8 760 nouveaux cas, 642 683 au total, mardi 3 août 2021 à 16 heures    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Marché du travail: Cinq régions abritent 72,1% des actifs de 15 ans et plus (HCP)    Covid-19 : Les cas critiques ont doublé en deux semaines    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Le Maroc reçoit un million de doses du vaccin Sinopharm    Sinopharm : Le Maroc reçoit un million de doses    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Mobilité électrique : un plan directeur national en gestation    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    Phishing et applis de messagerie Kaspersky fait le bilan et et présente ses recommandations état des lieux    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol
Publié dans Challenge le 14 - 06 - 2021

Alors qu'il a tout fait pour survendre sa rencontre avec le président américain Joe Biden, Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, n'aura pas eu gain de cause. Sa rencontre avec Joe Biden, en marge du sommet de l'OTAN, aura duré moins d'une minute !
En effet, tout au long du weekend passé le numéro un de l'Exécutif espagnol et ses équipes n'ont eu de cesse d'inonder les médias sur la rencontre de ce lundi 14 juin avec le président américain Joe Biden en marge du sommet de l'OTAN, qui selon la presse ibérique, devait permettre de discuter de la question migratoire et de la stabilité en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Amérique Latine.
Les médias espagnols sont allés jusqu'à dire que les deux hommes d'Etat devaient évoquer l'arrivée des migrants marocains à Sebta et de la crise entre Rabat et Madrid. Pedro Sanchez voulait coûte que coûte faire croire à l'opinion que Joe Biden allait se rallier à lui sur la crise entre Rabat et Madrid.
Lire aussi | Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques
Rappelons que cette rencontre était la première entre les deux hommes depuis que Joe Biden a été élu à l'issue du scrutin présidentiel du 4 novembre 2020. Mais, il n'en était rien. D'abord, cette entrevue entre les deux hommes n'était rien d'autre qu'une rencontre formelle sur l'agenda officiel du président américain.
Joe Biden était bien plus préoccupé par d'autres dossiers brûlants tels que les rapports US-Russie ou encore US-Chine. Donc finalement, Pedro Sanchez n'a eu que quelques secondes avec le président américain ! Et juste pour des discussions formelles. Ce n'est qu'après avoir constaté cela que les médias espagnols ont commencé à parler d'une «brève rencontre», contrairement au tête-à-tête initialement annoncé tout au long du weekend.
Lire aussi | Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla
D'ailleurs, interrogé lors d'une conférence de presse sur la brièveté de sa rencontre avec le président américain Joe Biden, qui a duré moins d'une minute en marchant pour prendre la classique photo de famille du sommet de l'OTAN, le chef du gouvernement espagnol a répondu qu'il n'avait pas de chronomètre.
Toutefois, il a saisi l'occasion pour faire passer trois messages à savoir : l'intérêt de l'Espagne pour le renouvellement de l'accord bilatéral de sécurité signé avec les Etats-Unis en 1988, la crise migratoire en Amérique latine. Pedro Sanchez a, enfin, qu'il a souligné l'agenda progressiste qu'a constitué son élection à la Maison Blanche et qui constitue une source d'inspiration pour le reste des chefs d'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.