L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Abderrahmane Benbouzid : euphémisme ministériel face aux victimes du Covid    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 3 août 2021 à 16H00    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    Chèques : Légère hausse des incidents de paiement en 2020    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise
Publié dans Challenge le 23 - 06 - 2021

Le Mercato politique, électoral est très animé. Cette fois, même le PJD est atteint, il perd certains de ses élus au profit des concurrents. Ce phénomène n'est pas la cause de la crise politique, il en est la conséquence. Tout d'abord, il ne faut pas mettre tous les transfuges dans le même bain. Certains, en particulier ceux qui quittent le PJD, ou Narjiss qui a rejoint l'USFP, affirment le faire sur des désaccords politiques.
Quand c'est le cas, c'est hautement respectable, parce qu'adhérer à un parti, c'est un partage de convictions et non pas l'entrée dans une société secrète, genre la mafia ou la franc-maçonnerie. Par contre, ceux qui changent de couleur, sans raison politique, sont l'expression de la crise du politique. Ces transferts seraient insignifiants si nos partis politiques avaient une réelle implantation.
Quand c'était le cas, les cadres pouvaient se présenter n'importe où et c'est le parti qui assurait leur élection. Le phénomène des notables était contenu, il ne concernait que les campagnes, parce que l'action politique y était réprimée. Ensuite les bidonvilles, les fameuses ceintures de la précarité ont connu le même phénomène, souvent poussé par les renseignements généraux.
Lire aussi | Quarantaine des voyageurs au Maroc. L'hôtel doit être payé à l'avance !
Aujourd'hui, le drame c'est la faiblesse de l'implantation des partis qui les pousse à faire les yeux doux à ces « machines électorales ». Le débat n'existe même pas, ce qui affaiblit la participation et donc renforce les chances de ces élus en puissance que je refuse d'appeler « notables ». Ils sont souvent moralement méprisés, utilisent l'argent sale, mais arrivent à se faire élire, parce que l'abstention est trop forte.
Ce cercle vicieux peut être rompu. Il suffit que les partis retrouvent leur fonction constitutionnelle : encadrer la population. Il faut qu'ils le fassent, en affichant leur référentiel, sa traduction en programme politique et leurs possibles coalitions. Nous sommes la seule démocratie où tout le monde peut s'allier à tout le monde sans rivage, ni clivage. Si les partis veulent s'émanciper de ces prétendus notables, ils doivent rester au contact des populations au quotidien. Ils n'en prennent malheureusement pas le chemin.
Lire aussi | Patriotisme, cyberespace et guerre de l'information
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.