Réforme de la retraite : enfin le bout du tunnel ?    Le Nobel de chimie à un trio américano-danois    Le sélectionneur national vise une place au mondial    Le Bayern Munich explose le Viktoria Plzen et prend le large    Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de football pour amputés    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc de l'Oliveraie de « Ghabat Chabab »    «L'image et l'imaginaire dans le cinéma»    Le Nobel de médecine au Suédois Svante Pääbo    Une soirée littéraire à la Maison de la Poésie    Maroc : Une première réunion de la commission chargée de la réforme de retraite    Casablanca : Table-ronde sur la gestion de l'eau    Twitter : Métamorphose en «application à tout faire»    Le Ministère du Commerce et BIM Maroc signent un partenariat pour le développement du local sourcing    Forum mondial de l'Alliance des civilisations: Moratinos exprime ses remerciements au Roi    Regards croisés sur le partenariat euro-africain    Coupe du Monde 2030 : L'Ukraine rejoint la candidature de l'Espagne et du Portugal    Le ministre yéménite des AE dénonce le rôle de l'Iran dans l'émergence du séparatisme houthi    L'ambassadeur Samir Dhar : «Alger est obsédé par la question du Sahara mais assure ne pas se considérer comme partie prenante du dossier, cela fait sourire»    Attijariwafa bank et l'AMCI célèbrent les lauréats internationaux de la Coopération du Maroc    CPS de l'UA : Rabat a placé la protection des enfants parmi ses priorités, dit la délégation marocaine    Une star de la téléréalité française obtient la nationalité marocaine (PHOTO)    Nouveaux détails sur le démantèlement de la cellule terroriste à Melilla    Refus du visa Schengen: protestations devant le siège de la Délégation de l'UE à Rabat (VIDEO)    Coronavirus au Maroc: 24 contaminations enregistrées ce mercredi, toujours aucun décès    Mauvais traitements : l'administration pénitentiaire dément les allégations de l'entourage d'un ancien détenu    Casablanca : «WeCasablancaFestival» revient pour une 3e édition du 6 au 8 octobre    Leyton Maroc propose un emploi inédit à des étudiants d'Al Akhawayn    Migration : Deux embarcations transportant des Marocains atteignent les côtes espagnoles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc étrille l'Argentine (4-0) et file en quarts de finale    Sahara : José Manuel Albares rencontre Staffan de Mistura    Belgique : Hassan Iquioussen pourrait «ne jamais revenir en France»    Pénurie de céréales : le Maroc pourrait se tourner vers la France    La problématique de l'eau au cœur de l'intrigue du roman de Siham Kartobi    Le Festival national du samaâ et de madih à Fès promet un show spirituel    Casablanca: arrestation d'une employée de pharmacie pour tentative d'achat d'un nourrisson    Algérie – Maroc, duel annoncé pour l'organisation de la CAN 2025    Valladolid : Jawad El Yamiq indisponible pendant un mois    Contribuables nouvellement identifiés:laDGI rappelle la prorogation des mesures d'encouragement    L'ANRAC délivre 10 autorisations d'exercice des activités de transformation et de fabrication du cannabis    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mercredi 5 octobre    La campagne de sensibilisation au dépistage précoce du cancer de sein lancée    Zelensky revendique des avancées « rapides » de ses troupes dans le Sud    La Bourse de Casablanca débute dans le vert ce mercredi    Maroc : Nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,8 degrés au large de Driouch    Algérie: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Espagne : feu vert du gouvernement au budget 2023    Production audiovisuelle : Mehdi Bensaid rencontre des responsables de Netflix    ONU : Une sahraouie dénonce la responsabilité de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le président du préside occupé de Melilla accuse le Maroc de vouloir « grandir pour noyer » la ville
Publié dans Challenge le 27 - 06 - 2021

Eduardo de Castro de Ciudadanos, président du préside occupé de Melilla, n'a pas de limites. Dans une interview avec EFE, il critique la stratégie du Maroc envers Melilla et Sebta, qui consiste, selon lui, à « noyer » ces deux villes par la construction d'immenses ports dans le nord du pays ainsi que d'autres infrastructures en plus du blocus commercial imposé le Royaume.
Eduardo de Castro de Ciudadanos, président du préside occupé de Melilla, ne semble pas supporter la fermeture des frontières terrestres entre le Maroc et l'Espagne. Dans une interview avec l'Agence Espagnole de Presse (EFE). « La feuille de route du Maroc est claire : il veut grandir et avec cette croissance nous nous noyons. C'est bien qu'ils veuillent grandir, mais pas à nos dépens », souligne-t-il, pointant du doigt « la construction d'immenses ports dans le nord du pays ainsi que d'autres infrastructures ».
Pour rappel, ce qui dérange surtout le président de Melilla, ce sont surtout le Port Tanger Med et celui de Nador, près de Melilla, qui a multiplié sa capacité par vingt en quelques années. A ses yeux, le Maroc veut également étouffer Melilla et Sebta en imposant depuis 2019 un blocus commercial. « Le Maroc a osé non seulement ne pas autoriser les marchandises en provenance de Melilla, mais aussi aux hommes d'affaires qui apportent des marchandises de la Péninsule. Lorsqu'ils voient que celles-ci proviennent des entreprises de Melilla, ils ne les admettent pas, y compris les marchandises qui doivent être admises. Ils ferment partout », critique-t-il.
Lire aussi | L'Espagne fait les frais de la querelle diplomatique avec le Maroc [Presse espagnole]
« Le Maroc a une volonté impérialiste et expansionniste », martèle Eduardo de Castro de Ciudadanos. Et pour appuyer ses propos, il n'a pas hésité à mettre en avant les thèses des historiens espagnols affirmant que « Melilla a été fondée il y a 523 ans avant même la création de l'Espagne en tant que telle et qu'on ne savait même pas de loin qu'il y aurait un Royaume marocain ».
Face au blocus, le président du préside occupé de Melilla propose de développer des stratégies pour « ne pas dépendre » du pays voisin. « Le règlement du problème de Ceuta et Melilla passe inexorablement par les institutions européennes, pas seulement en Espagne. J'ai longtemps soutenu que la solution passait par Bruxelles », explique De Castro. Il a rappelé qu'étant donné la rareté du territoire pour installer des industries, Melilla a élaboré un plan stratégique pour 2021-2029, même s'il admet que « ce n'est pas facile parce que le voisin que nous avons n'est pas facile ». Melilla « n'a jamais été une colonie ou une néo-colonie », lance-t-il, ajoutant que « le Maroc se sent fort et se permet le luxe d'attaquer l'Espagne et l'Allemagne ».
Lire aussi | La ministre espagnole des Affaires étrangères : « La souveraineté de Ceuta et Melilla ne sont pas en danger et ne le seront pas ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.