Service militaire 2022: Début au 7e CFA de la Marine Royale de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Espagne : Une vice-présidente de la Chambre basse du Parlement sur la liste des invités du Polisario    Botola Pro D1 / DHJ-IRT (2-2) : La perte des points à domicile continue pour les Jdidis !    Ibenge : « Le football, c'est la tête avant les jambes »    Maroc: le déficit budgétaire à fin avril 2022    Rabat: Akhannouch s'entretient avec la PDG d'Oracle Corporation    Tourisme: le Maroc sort la tête de l'eau    Délais de paiement, nouvelles nominations... Au menu du prochain Conseil de gouvernement    France: Élisabeth Borne officiellement nommée première ministre    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    On en sait plus sur la réouverture imminente du point de passage Bab Sebta    Benkirane traite le président de la 1ère Chambre d'« âne » (VIDEO)    Ligue des champions: Al Ahly se « résigne » à jouer la finale à Casablanca    Maroc/Covid-19: le bilan de ce lundi 16 mai    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Tout savoir sur les prévisions de la campagne 2021-2022    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gazoduc Maghreb-Europe : l'Algérie se mettrait dans une mauvaise position en cas de non renouvellement du contrat avec le Maroc
Publié dans Challenge le 24 - 08 - 2021

Dernièrement, le sujet du gazoduc Maghreb-Europe n'a pas fini de faire couler l'encre. Il s'agit avant tout d'une nouvelle péripétie dans le long périple de la crise existante entre le Maroc et l'Algérie. Le Maroc s'est dit « favorable » au maintien du gazoduc Maghreb-Europe, qui relie l'Algérie à l'Espagne, en passant par le Maroc, et dont le contrat expire fin octobre prochain.
En effet, jeudi dernier, la directrice générale de l'Office national marocain des hydrocarbures et des mines, Amina Benkhadra, avait exprimé la volonté du Maroc de maintenir cette voie d'exportation. Elle a, entre autres, précisé que : « Cette volonté, nous l'avons exprimée verbalement et par écrit, publiquement et dans les discussions privées, toujours avec la même clarté et la même constance ».
Si de ce côté-ci, de la rive, on ne voit pas pourquoi l'on se priverait d'un droit de passage juteux qui plus est, légitime, de l'autre côté à l'Est de l'Eden on enrage d'un éventuel deal qui se voudrait gagnant même si l'on y trouve son compte. Le GME également appelé gazoduc Pedro Duran Farell est un gazoduc international qui part du gisement algérien Hassi R'mel et rejoint Cordoue en Espagne en traversant le nord du Maroc et le détroit de Gibraltar. Il a été construit par « l'Espagne afin de permettre au gaz algérien de rejoindre l'Europe à travers le Maroc, dans des conditions de sécurité optimales » avait précisé la DG de l'ONHYM.
Inutile de rappeler que si d'aucune de ces deux parties n'en faisait usage, le Maroc en deviendrait souverain d'une partie ( les 540 km qui traverse son territoire ) de ce long GME de 1300 km, d'une capacité de 13,5 milliards de m3 par an. Le GME, en service pendant les 25 dernières années, reliant l'Algérie à l'Espagne via le Maroc « est un formidable outil de coopération gagnant-gagnant et un exemple de projet régional structurant et mutuellement bénéfique », avait tenu à souligner Amina Benkhadra.
Lire aussi | Algérie. Ramtane « la Naphtaline »
De leur part, les médias et réseaux sociaux algériens n'ont pas arrêté d'affirmer que l'Algérie ne reconduira pas le contrat du gazoduc qui expire fin octobre. Ce dimanche, le quotidien algérien « echourouk news » a relayé que le Maroc dont les besoins s'élèvent à 1 milliard de m3, devra désormais le payer au prix du marché s'il désire s'approvisionner en gaz algérien, des prix qui ont augmenté de 600 % alors que le Maroc tirait profit du gazoduc à raison de 800 millions de m3 et plus de 50 millions de dollars par an. Néanmoins, il est crucial et indispensable de rappeler des éléments importants dans cette Saga.
Anas Abdoun, consultant analyste en risque géopolitique dans le secteur des énergies hydrocarbures a tenu à nous livrer des détails précis sur cette affaire. Il rappelle qu'aujourd'hui, existent deux gazoducs en question. Tout d'abord , un gazoduc qui passe par le Maroc, il s'agit du gazoduc Maghreb-Europe. Ce dernier possède une capacité de transport de 13,5 milliards m3. Le second gazoduc passe directement par l'Algérie à destination de l'Espagne.
Ce dernier relie les installations algériennes de Béni Saf jusqu'au port d'Almería en Espagne en passant sous la mer Méditerranée. Il s'agit du Medgaz qui fait 8 milliards de m3. Cependant, réside une différence entre les deux gazoducs. La capacité du Medgaz ne peut pas remplacer totalement la capacité du gazoduc Maghreb-Europe. Aussi, par le passé le marché espagnol était alimenté par les deux gazoduc. Il était donc à plus de 20 milliards de m3 de capacité et donc de transport de gaz naturel vers l'Europe. En cas de rupture du gazoduc Maghreb-Europe, la capacité se limiterait à seulement 8 milliards m3.
Aussi, ajoute le consultant, « si on part du principe que l'Algérie a construit un deuxième gazoduc pour fermer celui qui passe par le Maroc, ils perdraient toujours en capacité de transport et en revenus potentiels. L'idée que la fermeture du gazoduc traversant le Maroc ne dérange pas l'Algérie, est totalement fausse. Aujourd'hui l'Algérie fait valoir un discours qui souligne que l'Algérie peut parfaitement se contenter du gazoduc qui passe directement par cette dernière. Si cette déclaration n'est pas fausse, elle a cependant une raison particulière. La vraie raison derrière cette déclaration est que l'Algérie a perdu d'énormes parts de marché. En effet, l'Algérie était leader sur le gaz naturel en Espagne, l'Espagne importait environ 60-65% de son gaz naturel d'Algérie et ces derniers mois ils sont tombés à 30-35% ».
« L'Espagne aujourd'hui importe plus de chez les Etats-Unis. Comme l'Algérie a perdu leurs parts du marché, ils exportent moins et donc ont besoin d'un gazoduc moins performant. Techniquement, l'Algérie peut se contenter de leur gazoduc au vue de leur perte d'influence et recul au niveau du marché européen. Malgré cet élément, fermer le gazoduc qui passe par le Maroc les priverait d'une reconfiguration du marché. En cas d'un nouveau rebond et par exemple de l'apparition d'une législation européenne qui interdirait l'importation du gaz de schiste américain ou d'une baisse de performance des producteurs américains, l'Algérie au lieu de se repositionner comme leader à nouveau avec plus de 20 milliards de m3 se contenterait de 8 milliards de m3 et donc logistiquement elle serait limitée à être influente sur le marché européen.
Il est clairement question aujourd'hui de séquelles du conflit politique existant. Fermer le gazoduc traversant le Maroc n'est clairement pas favorable aux intérêts économiques de l'Algérie d'autant plus que ce gazoduc ne coute pas très cher. Maintenant, ils peuvent le faire parce que toutes les décisions qui viennent d'Alger sont toutes irrationnelles », note Anas Abdoun.
Lire aussi | L'Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc
Les relations entre Rabat et Alger sont tendues depuis des décennies en raison du soutien de l'Algérie au Front Polisario. Début août, le Roi du Maroc, avait invité, dans un discours, le président algérien « à faire prévaloir la sagesse » et « œuvrer à l'unisson au développement des rapports » entre les deux pays. Le monarque avait également réitéré son appel à rouvrir les frontières entre les deux pays, fermées depuis l'été 1994 à l'initiative de l'Algérie.
Contrairement au voisin, le Maroc a exprimé verbalement et par écrit, publiquement et dans les discussions privées, toujours avec la même clarté et la même constance, sa volonté d'apaiser les tensions mais aussi sur le point économique et principalement dans cette saga du gazoduc. Force est de constater que dernièrement, la plupart des décisions qui proviennent d'Alger sont des décisions assez irrationnelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.