Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU [Par Mehdi Hijaouy]
Publié dans Challenge le 25 - 10 - 2021

Après la réunion semestrielle du 13 octobre 2021 consacrée au Sahara marocain et la célébration de la Journée internationale pour la résolution des conflits le 18 du même mois, la majorité écrasante des pays membres de l'ONU considèrent que la question du Sahara ne renferme, dans aucune mesure, un quelconque élément conflictuel : il s'agit d'une terre marocaine, dans le présent, le passé et le futur.
L'empire chérifien s'étendait du Rif sur la Méditerranée aux confins de la Mauritanie au Sud. D'ailleurs, dans le temps et pas si loin que ça, les tribus du Sud s'auto-géraient, tout en étant soumises à un lien d'allégeance aux Sultans Alaouites, leur conférant une protection sécuritaire inégalée et les alliant fermement via la religion, depuis l'institution en 1664 de la dynastie alaouite, avec une continuité de ces liens jusqu'à l'illustre règne de S.M. le Roi VI Mohammed VI.
D'ailleurs, la Cour internationale de justice reconnaissait ce lien d'allégeance, à travers son Avis consultatif émis le 16 octobre 1975. Aujourd'hui et suite à la récente nomination de Staffan de Mistura, Ancien Sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères de l'Italie, comme nouvel émissaire pour le faux conflit du Sahara, le règlement de cette affaire devient une priorité pour le Conseil de sécurité de l'ONU.
Après la réunion semestrielle du 13 octobre 2021 consacrée au Sahara marocain et la célébration de la Journée internationale pour la résolution des conflits le 18 du même mois, la majorité écrasante des pays membres de l'ONU considèrent que la question du Sahara ne renferme, dans aucune mesure, un quelconque élément conflictuel : il s'agit d'une terre marocaine, dans le présent, le passé et le futur. Ainsi, les déclarations des représentants de la Jordanie, du Qatar et de l'Arabie Saoudite étaient claires et sans équivoque, ce qui a poussé, une fois de plus, l'Algérie à proférer, comme à son accoutumée, sans raison valable, des propos offensifs et outrageux à l'égard de ces pays.
Lire aussi | Intelligence sécuritaire. La stratégie marocaine assomme l'Algérie : la nébuleuse Junte militaire algérienne, entre Polisario-risme et Noi-risme [Par Mehdi Hijaouy]
In fine, l'ONU, entièrement consciente de la véracité de la situation au Sahara marocain et du micro jeu Polisario-algérien, devrait, imminemment, adopter, une Résolution pour une sortie définitive de cette crise (parfaite comédie) qui tente, dans un total échec, de remettre en cause la marocanité du Sahara, ce qui permettrait de contribuer, davantage, à la paix, à la stabilité et à la sécurité de l'Afrique.
En vue d'instaurer la paix internationale, l'ONU repose sur deux grands principes, à savoir « l'interdiction de recourir à la menace et à l'emploi de la force » et « le règlement pacifique des différends ». Ces deux processus, intrinsèquement liés, font partie des règles de base du droit international public que les Etats sont censés respecter. Pour cerner le principe de règlement pacifique des différends et essentiellement ses diverses formes, il suffit juste de lire l'article 33 de la Charte de l'ONU. A cet égard, la négociation diplomatique, les Bons Offices, la Médiation, l'Enquête internationale et la Conciliation représentent les différentes figures auxquelles un Etat pourrait recourir.
Lire aussi | Israël annule l'avertissement de voyage pour le Maroc
Pourtant, si l'on se penche sur la question du Sahara :
– Primo, il ne subsiste aucun réel conflit car son existence reste tributaire d'un litige opposant au moins deux Etats, ce qui ne l'est, en aucune mesure.
– Secondo et au cas où un prétendu contentieux existait réellement, celui-ci n'opposerait – même si c'est extrêmement tiré par les cheveux – que le Maroc à l'Algérie. Pourtant ce voisin, en tant que parfait avocat du diable, a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU de craindre une guerre entre le Maroc et le pseudo-RASD.
Comme disait le célèbre journaliste et romancier français Louis Aragon, « il faut ici inventer, créer, c'est-à-dire mentir. L'art du roman est de savoir mentir ».
Cela s'applique à la junte militaire algérienne au pouvoir qui invente, crée et ment à elle-même, à son peuple et à la communauté internationale, se projetant dans une manigance qui a fini par être reconnue de tous : par la pauvre population algérienne, par l'ONU et son Secrétaire général, par l'émissaire désigné pour mettre fin à ce roman, par la quasi-majorité des membres de l'ONU et même par le commun des mortels. Actuellement, il y a une unanimité sans faille des pays arabes les plus influents et des grandes puissances qui reconnaissent, indéniablement, la marocanité du Sahara, tout en dévoilant ce vilain jeu algérien.
Le Polisario, une simple branche d'Al-Qaida au Maghreb islamique
Le mois dernier (septembre 2021), le porte-parole du Département d'Etat américain, Ned Price, a souligné dans un communiqué que les USA se félicitent de la tuerie par les troupes françaises d'Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, membre du Polisario et de la mouvance jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).
Aussi et au mois d'août 2019, le quotidien américain « The Wall Street Journal » avait clairement annoncé, dans l'un de ses numéros, que le Polisario est un groupe marxiste lié au terrorisme régional en Afrique. Ce n'est plus étonnant de dire que la RASD n'est, finalement, qu'un démembrement d'AQMI et de ses alliés, tels «Al Hisba», «Al Sahab», «Al Ikhlas», «Chomouck Al Islam» et «Al Fallouja». Il en est aussi des liens tissés avec Hezbollah qui lui fournit des armes et forme ses membres, comme a contesté Mme TOURIA HMYENE, de l'Association for the freedom of women sequestered in the Tindouf camps.
Combien même de diplomates, de professeurs, de chercheurs, de représentants d'associations pour la défense des Droits humains, de journalistes d'investigation, toutes nationalités confondues, crient haut et fort, y compris au sein des enceintes de l'ONU, pour dire que les camps de Tindouf sont des centres de formation pour terroristes, une « plaque « tournante » de la criminalité organisée, des milieux de maltraitance et d'abus des Droits de la personne, particulièrement des femmes.
Les terroristes du Polisario, confectionnés par l'Algérie, essaient de profiter de la situation au Sahel, pour semer la zizanie, mais heureusement qu'ils ont été prématurément démasqués, grâce aux puissants Renseignements du robuste bloc Américain, y compris ceux du Royaume du Maroc.
Lire aussi | Ali Seddiki : «Morocco Now vient proposer aux investisseurs une nouvelle plateforme industrielle d'investissement décarbonée et compétitive»
La marocanité du Sahara est une question d'existence
Ouverture d'un nombre conséquent de consulats généraux à Dakhla et Laâyoune, Remarquable investissement dans les provinces du Sud pour le développement du pays dans sa totalité, Lancement du mégaprojet Port Dakhla Atlantique, visant, notamment, à rapprocher encore plus l'Afrique subsaharienne pour une prospérité de toute la région et devenir ainsi le principal portail de ce continent.
Et parallèlement à ça, un groupuscule terroriste, dénommé Polisario, prétend se constituer en Etat, encadré par une Algérie immergée dans une profonde crise politique, économique et sociale. Chose que contestent pratiquement tous les pays, dans les quatre coins du monde, comme était écrit, à titre d'exemple, dans le site de la Fédération des journalistes du Pérou, que « le conflit fictif au Sahara est un obstacle à la paix en Afrique ». Aussi, est-il important de souligner que le Sahara, partie intégrante du Royaume, dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l'Assiste, Souverain intelligent, stratège et leader africain lui accorde une attention toute particulière.
Ainsi, le Discours prononcé par l'Auguste Monarque, à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte, résume le tout, dont ci-après quelques extraits : « Le Sahara est une question d'existence et non une question de frontières .... Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu'à la fin des temps ... Il se leurre celui qui croit que la gestion de l'affaire du Sahara se fera au moyen de rapports techniques orientés ou de recommandations ambiguës s'appuyant sur la tentative de concilier les revendications de toutes les parties.
Il se méprend aussi celui qui tente une comparaison entre le Sahara d'une part, et le Timor oriental ou certains litiges territoriaux en Europe de l'Est, d'autre part. Car chaque affaire a ses spécificités. Le lien entre la population du Sahara et le Maroc ne date pas d'hier, mais il plonge ses racines dans l'Histoire la plus lointaine ».
Lire aussi | Dr Saïd Guemra : « Il n'y a aucun sens à venir taxer les Marocains au nom de l'efficacité énergétique »
Sensibilisation de l'ONU quant à la mauvaise foi du voisin
Aujourd'hui, un sérieux appel est lancé aux instances onusiennes pour être sensibilisées quant aux manœuvres de mauvaise foi et préméditées, opérées par ce voisin déséquilibré pour retarder le processus de règlement définitif de ce faux litige, en commençant par la rupture unilatérale et injustifiée des relations diplomatiques, accentuée par de multiples actes d'humilités, dont, notamment :
– la fermeture de l'espace aérien algérien aux avions civiles et militaires, ainsi qu'aux appareils immatriculés au Maroc.
– la non-reconduction du contrat du gazoduc Maghreb-Europe qui lie l'Algérie à l'Espagne, via le Maroc.
– les incursions de l'ANP du côté de Figuig en mars 2021 puis dans la localité d'Oued-Zelmou (Bouarfa).
A vrai dire, cette coupure, comme a si bien analysé le chercheur et spécialiste du Maghreb, Luis Martinez, dans un article paru dans le journal Le Monde du 4 septembre 2021, dissimule une peur des autorités algériennes qui perçoivent le Maroc non pas comme un simple concurrent mais plutôt comme un potentiel ennemi, « aspirant à déstabiliser son régime déjà affaibli par une économie mise à mal par la chute du prix du baril de pétrole en 2014, par une situation politique dans l'impasse depuis l'émergence du Hirak », largement soutenue par le pouvoir marocain ou encore par la normalisation des relations maroco-israéliennes.
Malgré cela, le Maroc est un Grand pays, sage, sûr de lui et de sa puissance, ne se rabaissant nullement aux mesquineries et avilissements, qui tend, malgré tout, sa main à une Algérie faible, plongée dans un désastre démesuré. L'ONU est donc consciente, plus que jamais, de la véracité de la situation au Sahara, en premier lieu via son Secrétaire général, Monsieur Antonio Guterres qui reconnait que le Maroc, sans le dire mais en l'insinuant, à travers ses différents discours, est un pays qui a tout le mérite de prendre en charge son Sahara, en tant que bon père de famille.
Ainsi et malgré des agressions par déclarations interposées et la multiplication des hostilités, accusant violemment le Maroc d'être « allé trop loin, dans les conspirations et les campagnes de propagande subversives visant à réduire le rôle de l'Algérie dans la région », le Royaume restera fidèle à lui-même, infléchi dans sa position, reconnue à l'international, de sagesse et de maturité, tout en veillant à remplir, honorablement, son rôle de générateur de paix dans le continent.
Par Mehdi Hijaouy, expert en Securité, Sûreté, Renseignement et Intelligences économique et stratégique. Fondateur du Washington Strategic Intelligence Center, Mehdi Hijaouy est titulaire d'un Executive MBA en « Stratégie d'Influence, Négociation et Guerre Psychologique » – Ecole de Guerre Economique (EGE), Paris et d'un Executive MBA en « Management des Risques, Sûreté Internationale et Cybersécurité » – EGE, Paris.
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.