Gouvernement : L'assaut de migrants à Nador, un acte «prémédité et planifié»    Enquête: le moral des Marocains n'a jamais été aussi bas    La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce jeudi en bonne mine    Les services vétérinaires assurent la permanence jusqu'au 5ème jour de l'Aïd    Royaume-Uni: Boris Johnson annonce sa démission    Rapport ONU : plus de 800 millions de personnes touchées par la faim en 2021    Royaume-Uni: démission imminente de Boris Johnson    CAN 2022: le sélectionneur du Sénégal s'exprime avant le match face au Maroc    4e dose du vaccin anti-covid: ce qu'en pense Dr Himdi    PACTE ESRI : l'antidote aux maux de l'enseignement supérieur ?    Covid-19 : neuf nouveaux décès en 24 heures    Bamako: inauguration officielle de la clinique périnatale Mohammed VI, financée par le Maroc    Casablanca : Deux Subsahariens interpellés à l'aéroport Mohammed V    Casablanca: Le Groupe l'Etudiant Marocain organise le Forum international des inscriptions    Des chansons de Michael Jackson retirées de plateformes de streaming    L'actrice égyptienne Ilham Shaheen sous le charme de Fès (PHOTO)    Le COD Meknès remporte le titre    Réunion du "Caucus Africain 2022" : la "déclaration de Marrakech" adoptée    Le gouvernement français s'attaque au pouvoir d'achat    Mesbahi: l'homme au sourire jovial s'est éteint    La palette de Yassine Cherkaoui mise à l'honneur    GB: démission imminente de Boris Johnson de la tête du parti conservateur    Plus de 100.000 participants effectifs aux concertations nationales pour l'amélioration de la qualité de l'Ecole    Patrimoine dans le monde Islamique    Lions de l'Atlas : Walid remplacera Vahid, son staff révélé    Enfin des œuvres sociales pour 10.000 fonctionnaires    Ex-ministre espagnol de la Défense: la position de Madrid sur le Sahara «doit être applaudie»    Migration: Grande-Marlaka et Johansson attendus à Rabat ce vendredi    Touba: la RAM signe une convention avec la confrérie mouride prévoyant des avantages sur ses vols    Sahara marocain : Bourita rencontre l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU    Corruption : 4 ans de prison ferme pour une ancienne ministre algérienne de la Culture    Belgique : Mohamed et Lina, prénoms les plus populaires à Bruxelles-Capitale en 2021    L'ONMT met en ordre de bataille sa task force dans le monde    Revue de presse quotidienne de ce jeudi 7 juillet    Football: la CAF choisit le Maroc pour abriter la CAN des moins de 23 ans    CAN féminine / Groupe C / 2e journée : Ce jeudi, deux beaux matches très prometteurs    Coupe du Trône / Derby Wydad-Raja (18h00) : Vaincre ou perdre n'est pas mourir! Ce n'est que du football !    La 51ème édition finit tout en beauté    La médina d'Asilah revêt ses couleurs d'été    La MAP lance sa nouvelle webradio thématique «Samaoui», dédiée à l'art gnaoui    USA: Démission de la directrice de la communication de Biden    E-commerce : vers l'ubérisation des moutons à l'Aïd Al Adha?    Le Caire abrite la CAN de handball avec la participation du Maroc    Energies renouvelables : l'expérience marocaine inspire les pays andins    Les exactions contre les manifestants et les activistes du Hirak en Algérie dénoncées à Genève    Huawei Maroc lance la première édition du Forum "Digitech Ecosystem Summit" (VIDEO)    Météo: les prévisions du jeudi 7 juillet    Coupe du Trône (Quart de finale): Un derby Wydad/Raja aux enjeux multiples    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie
Publié dans Challenge le 22 - 05 - 2022

Rude bataille entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Chacun des trois pays maghrébins tient coûte que coûte à héberger le siège permanent de la future Agence africaine de médicaments (AMA), un nouvel organe de l'Union Africaine (UA). Des enjeux énormes.
La question de l'attribution du siège permanent de l'Agence africaine de médicaments devrait être tranchée lors du prochain sommet de l'Union Africaine qui se déroulera d'ici le début de l'année prochaine. En attendant, la future localisation du siège de l'AMA fait l'objet de convoitises. Le jeu en vaut la chandelle. Projet conjoint de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'UA, l'AMA dont l'idée remonte à 2009, a finalement été créée en novembre 2021. Mis en place selon le modèle de l'Agence européenne du médicament (EMA), cet instrument sera en charge d'harmonisation et d'alignement des réglementations dans tout le continent, ce qui devrait faciliter les procédures d'exportation de produits pharmaceutiques.
Du temps de la pandémie de la Covid-19, sans agence, l'Afrique ne disposait pas d'une force de frappe pour négocier l'achat groupé de vaccins en mettant sur la table les besoins spécifiques des pays africains pour que personne ne soit laissé sur le carreau. Il a fallu que l'UA gère en direct les achats de vaccin, notamment dans le cadre de l'initiative Covax. Et même là encore comment et pour quelle quantité ?
L'AMA, c'est donc une bonne nouvelle pour les 1,216 milliard d'Africains pour qui les dépenses de santé représentent parfois jusqu'à 60% des revenus et qui ont du mal à accéder à des médicaments de qualité, selon la Banque mondiale. Mais c'est aussi une aubaine pour les industriels du médicament qui peuvent y voir une opportunité de croissance de leurs revenus.
Lire aussi | Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires
Le continent africain ne représente moins de 3% du marché pharmaceutique mondial avec seulement 400 fabricants de médicaments recensés environ, principalement en Afrique du Sud, au Maroc, en Egypte et Tunisie. Ces quatre pays concentrent plus de 70 % de la production. Des chiffres dont ces Etas peuvent se prévaloir pour faire valoir leur légitimité à accueillir l'AMA censée assurer l'autonomie pharmaceutique continentale. Il faut dire que les pays africains sont contraints aujourd'hui d'importer plus de 80% de ses besoins en médicaments. Mais pour les pays en lice pour accueillir le siège permanent de la future Agence africaine de médicaments, outre le côté prestige, cela donnerait sans nul doute un sérieux coup de pouce à leur diplomatie sanitaire.
Pour le Maroc, ce nouvel organe de l'Union Africaine est surtout l'occasion pour s'imposer dans un marché porteur. Son industrie pharmaceutique a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 16 milliards de DH pour un volume en termes d'unités de plus de 400 millions. Elle exporte entre 11 et 12% de sa production locale.
Premier à manifester son intérêt pour héberger le siège de l'Agence, le Maroc, à travers son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a saisi l'opportunité de la présentation du rapport d'étape relatif à la ratification du traité instituant l'AMA, lors de la 40ème session ordinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine, tenue le 3 février dernier à Addis-Abeba en Ethiopie, pour indiquer que le Royaume, « est disposé à abriter le siège de l'AMA et à développer des projets de partenariat Sud-Sud avec le CDC-Afrique (Centres africains de contrôle et de prévention des maladies) ».
Lire aussi | Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime
Alliant l'acte à la parole, le Maroc ratifie le 5 avril 2022 au siège de l'UA à Addis-Abeba, le traité instituant l'AMA. « En tant que membre de l'Union africaine et leader régional de l'industrie pharmaceutique, notamment en termes d'infrastructures, de technologie et d'expériences acquises au fil des années, le Maroc reste très attaché à la haute qualité des médicaments et est conscient que la santé et la sécurité du citoyen africain passe par des produits médicinaux de qualité et des médicaments efficaces », commentait Mohamed Arrouchi, Ambassadeur, représentant permanent du royaume auprès de l'Union africaine et de la CEA-ONU.
A noter que déjà le 2 juin 2021, l'ancien Premier Chef du gouvernement marocain, Saadeddine El Othmani, avait, reçu à Rabat, Michel Sidibé, l'Envoyé spécial de l'Union Africaine pour l'Agence africaine du médicament, dans le cadre du processus de ratification par les Etats membres de l'UA du traité instituant l'AMA. El Otmani avait réitéré la disposition permanente du Maroc à s'engager et à soutenir les initiatives africaines de développement, y compris l'initiative de création de l'AMA, conformément à la politique africaine menée par le Royaume sous la conduite éclairée du Souverain.
Pour sa part, le Premier ministre algérien, Aïmene Benabderrahmane, qui a reçu, le mardi 29 mars 2022, l'Envoyé spécial de l'UA pour l'AMA n'avait pas manqué aussi de faire savoir la volonté de son pays d'abriter l'agence continentale, soit près de deux mois après l'annonce de la candidature marocaine. Depuis, l'Algérie a officiellement soumis sa proposition d'accueillir le siège. Dans son argumentaire de l'envoyé spécial de l'UA, le ministre algérien de l'Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Djamel Lotfi Benbahmed, a détaillé « l'ensemble des ressources institutionnelle, scientifique et règlementaire dont bénéficie l'Algérie, notamment l'existence d'une Agence nationale des produits pharmaceutique de par les missions qui lui sont attribuées, son organisation et vu son expérience dans la formation des cadres venus de divers pays du continent africain apportera certainement une contribution considérable à l'AMA ».
Lire aussi | Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin
La Tunisie n'est pas en reste. Deux semaines après la visite de la délégation de l'Agence en Algérie, le 12 avril dernier, celle-ci s'est rendue à Tunis pour évaluer la disposition du pays à accueillir le siège de l'AMA. Kas Saïd, le président tunisien, s'est fait le porte-voix de son pays : « Des ressources humaines jusqu'à la logistique, la Tunisie dispose de tous les atouts pour abriter l'Agence africaine du médicament (AMA) ».
La Tunisie a déposé, dans la foulée, son dossier de candidature à la Commission de l'Union africaine (UA) pour abriter le siège de l'Agence africaine de médicaments (AMA). Le dossier a été présenté par le ministre de la Santé, Ali Maret, qui avait également reçu la délégation de l'UA.
Les pays du Maghreb ne sont pas seuls lice. Le Sénégal et l'Ouganda sont eux aussi dans la course et tiennent à abriter le siège de la très attendue agence africaine du médicament. Pour l'heure, tous les postulants tentent de rallier le maximum de soutien. Le 12 mai dernier, par exemple, des entretiens ont eu lieu, à Rabat, entre le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Ait Taleb, et son homologue congolais, Gilbert Mokoki. Et à cette occasion, le ministre congolais a annoncé le soutien indéfectible au Royaume d'accueillir le siège de cette agence spécialisée de l'Union africaine.
En attendant, un rapport d'évaluation sera présenté avant la première réunion de la Conférence des Etats parties, prévue en juin prochain. La décision prise par cet organe sera soumise ensuite à l'Assemblée de l'UA. Officiellement, l'accord pour la mise en place de l'AMA est entré en vigueur le 5 novembre 2021, suite à sa ratification par une trentaine de membres de l'Union Africaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.