Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Rabat, Kénitra, Meknès, Ifrane...les dernières hauteurs de pluie au Maroc    La CAN 2025 retirée à la Guinée    Botola Pro D1 "Inwi" (4è journée): Résultats et classement    CAF - CAN 2025 : L'organisation retirée à la Guinée, le Maroc serait parmi les candidats    Retrait de la CAN à la Guinée    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Au Maroc, les femmes âgées sont plus vulnérables que les hommes    Aérien: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    Suicide d'une jeune médecin: Le CHU Ibn Sina dément    Le Crédit Agricole du Maroc reçoit le label de certification de l'IFACI    Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi en Espagne    Casablanca abrite le 1er forum du sport en entreprise en Afrique    Marrakech: le Caïd de l'annexe administrative d'Azli suspendu pour corruption    Burkina Faso: les tirs ont repris dans la zone résidentielle de la présidence    De l'eau extraterrestre trouvée dans une météorite, une première    Les dirigeants de l'Union européenne «rejettent» l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes    Exclu: la preuve que le motif de Zellige utilisé par Adidas est bien Marocain (Documents)    Lions de l'Atlas: la pilule ne passe toujours pas pour Vahid Halilhodzic    Hakimi l'exemple qui coute cher!    Maroc : 86% des jeunes marocains insatisfaits des partis politiques    Tanger Med : le troisième campus de l'école 1337 accueille sa première promotion    Le Crédit Agricole du Maroc auréolé du label de certification de l'IFACI    La FAO et le PNUE lancent un appel pour combattre le gaspillage alimentaire    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Poutine signe l'annexion de quatre régions d'Ukraine    Nord Stream : les fuites sur les gazoducs dues à des explosions menées avec «des centaines de kilos» de TNT    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Le 3ème campus de l'Ecole 1337, accueille sa première promotion d'étudiants    L'essentiel de l'avis du CESE sur l'aménagement durable du littoral    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    Le jeûne du ramadan, source de crispations dans le football français ?    Fadila Benmoussa se joint aux honorés du 11ème Festival maghrébin du film d'Oujda    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Clap de fin pour «Rachid Show» ? Allali brise le silence (PHOTO)    Concert virtuel de Saad Lamjarred: on connait le prix des billets (PHOTO)    Croissance économique : net ralentissement à 2% au T2-2022    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    Des alliés des Etats Unis comme le Maroc, «sont visés par les forces du mal et leurs proxies»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais
Publié dans Challenge le 18 - 08 - 2022

Le coprésident de la commission parlementaire mixte Maroc-Union Européenne, Lahcen Haddad, a épinglé le silence «révélateur et motivé», précise-t-il, des organisations «Forbidden Stories» et «Amnesty» et des journaux «Le Monde» et «El País», suite aux nouvelles révélations dans l'affaire Pegasus, ayant montré que le Maroc a été injustement visé et que «pas moins de 22 pays européens utilisent Pegasus pour espionner leurs propres citoyens».
Dans une tribune publiée par le magazine espagnol «Atalayar», M. Haddad est revenu sur les informations rapportées par le journal israélien Haaretz, dans son édition du 9 août dernier, selon lesquelles les membres de la Commission d'enquête du Parlement européen sur Pegasus ont appris de NSO, la société qui fabrique le désormais célèbre logiciel espion, qu'«elle a des contrats actifs avec 12 des 27 membres de l'Union européenne» et que «la société travaille actuellement avec 22 organisations de sécurité et d'application de la loi dans l'UE».
Cette révélation a surpris la Commission, dont l'intention aurait pu être, probablement, de vérifier si des pays non-européens ont utilisé Pegasus pour espionner des politiciens et des journalistes européens, souligne l'ancien ministre, sous le titre «l'affaire Pegasus : « Le Monde » et « Forbidden Stories » vont-ils s'excuser auprès du Maroc ?».
Lire aussi | Traite des êtres humains. Le Maroc et l'OIM lancent une plateforme e-learning
«Ce qui est encore plus déconcertant», poursuit-il, «c'est le silence des médias tels que Le Monde, El País et bien d'autres, qui avaient accusé le Maroc (ainsi que d'autres pays non européens) en juillet 2021 d'avoir utilisé le logiciel espion pour pirater les téléphones de plusieurs responsables et journalistes européens».
«Forbidden Stories et Amnesty International, les organisations à l'origine des fameuses révélations, regardent ailleurs, fait-il remarquer, précisant que ''non seulement ce silence est révélateur, mais les motifs politiques qui sous-tendent ces révélations infâmes sont également frappants».
«Le consortium de 17 médias et organisations, qui a fait ces révélations l'année dernière, était absolument certain que le Maroc était l'un des clients de NSO et un destinataire du logiciel espion Pegasus qu'il utilise pour espionner les étrangers et les nationaux. Un an plus tard, non seulement ils n'ont pas réussi à fournir de preuves pour leurs accusations contre le Maroc, mais le Parlement européen a découvert que l'espionnage se fait chez eux, en Europe, et qu'un grand nombre de pays et d'organisations de l'UE sont les clients de NSO», souligne-t-il.
Lire aussi | Délais de paiement. Beaucoup de normes, peu de résultats
«La nouvelle explosive, rapportée par Haaretz, n'a pas attiré l'attention de Le Monde ni de El País. Amnesty ne l'a même pas mentionné et Forbidden Stories n'a pas mis à jour son fil d'actualité sur son site web. La révélation du Haaretz a démoli l'histoire selon laquelle les régimes oppressifs utilisent Pegasus pour espionner les politiciens et les journalistes dans les démocraties européennes. L'histoire a été démentie, le récit n'est pas aussi sensationnel qu'il y a un an», écrit l'ancien ministre.
«Par crainte de perdre prestige et crédibilité, ces médias et organisations se sont repliés dans un silence estival en attendant que la tempête se calme. Non seulement cela, mais s'ils couvrent l'histoire, cela pourrait être une source d'information supplémentaire qu'ils n'ont aucune preuve contre l'utilisation de logiciels espions par le Maroc. Les ramifications juridiques sont bien connues, notamment parce que le gouvernement marocain est déterminé à porter l'affaire devant les tribunaux nationaux européens pour obtenir justice pour les dommages causés par ces mêmes médias et organisations», relève-t-il.
Lire aussi | Actifs immobiliers. Les prix en hausse au deuxième trimestre 2022
L'autre raison pour laquelle Le Monde, El País et d'autres ne couvrent pas l'histoire, selon M. Haddad, est qu'elle «déconstruit leur ligne éditoriale anti-marocaine. Son objectif est moins professionnellement journalistique que politiquement motivé».
Membre de la Chambre des Conseillers, M. Haddad dit espérer que «les députés européens, qui ont raison de créer une commission chargée d'enquêter sur cette affaire, feront davantage la lumière sur cette question, de sorte que Le Monde, El Pais, Amnesty, Forbidden Stories et d'autres verront la douloureuse vérité pour ce qu'elle est : les clients de Pegasus sont essentiellement européens, les victimes sont également européennes, leur nombre est énorme et l'utilisation est répandue».
Et de conclure : «les députés européens trouveront probablement des moyens et adopteront des lois pour protéger les citoyens, les hommes politiques et les militants. Mais ils donneront à ces médias et à ces organisations la leçon de leur vie : retirer leur toge paternaliste et néocoloniale, par laquelle ils se donnent le droit de cibler et d'attaquer d'autres pays, et faire le ménage dans leur propre jardin avant de dire aux autres que le leur est sordide».
Avec MAP


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.