Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Orgueil et préjugés
Publié dans Challenge le 18 - 04 - 2009

Arrive-t-on en fin de marathon ? Ghalleb pourra-t-il enfin dormir du sommeil du juste ? Ces prochains jours seront décisifs. Tentons toutefois de quantifier les gains que représente l'application du nouveau code de la route. La vision globale prédomine.
«Plusieurs camions chargés sont sortis ce matin avec en vrac liquides et solides, ainsi que des céréales. L'activité conteneurs, outre le transport régulier par train, a repris normalement en tout début d'après-midi». Mercredi 15 avril 2009, le ministère du Transport et de l'Equipement fait sa sortie médiatique et arrose les rédactions du pays. Et ce ne sont que de bonnes nouvelles pour les opérateurs. Il se trouve que l'agence nationale des ports et Marsa Maroc se sont mis d'accord pour «réduire la durée de la grève de séjour pour le calcul des frais de magasinage des conteneurs pleins et des marchandises générales». Une mesure appliquée à ceux qui quitteront les docks au maximum le 30 avril prochain. Une bouffée d'oxygène pour beaucoup, à l'heure où les colonnes de la presse font état des pertes enregistrées par les secteurs de l'import-export. Il faut dire que les prémisses d'un cantonnement ont commencé à se faire sentir dès le début de la semaine. Dès lundi, la commission gouvernementale a prêté main-forte aux stations services pour leur ravitaillement sous bonne escorte. De rumeurs, l'information s'est confirmée, malgré le malheureux événement de cette journée, annoncé en avant-première sur les ondes de la station de radio Casa FM. Une ambulance transporte une femme agonisante. Sur la route de Ouled Ziane à Casablanca, des taxis blancs et rouges arrêtent le convoi. Retardée, elle rend l'âme avant d'arriver à l'hôpital. Les forces de l'ordre, malgré la consigne de ne pas intervenir, tentent de casser la manif. Question de vie ou de mort.
Report des débats…
Evénement tragique, mais combien révélateur de la tension qui règne. Même si un signal d'apaisement avait été donné samedi dernier, lorsque lors d'une déclaration commune, le président de la chambre des conseillers, Maâti Benkaddour et le ministre de tutelle, Karim Ghellab, ont annoncé le report des débats sur le code de la route. Décision qui d'ailleurs est toujours maintenue à l'heure où nous mettons sous presse. En effet, dans la soirée du mercredi 15, les principales centrales syndicales, l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), la Confédération démocratique du travail (CDT), l'Union marocaine du travail (UMT), l'Union nationale du travail au Maroc (UNTM) et la Fédération démocratique du travail (FDT) se sont décidées pour la suspension du mouvement de grève dans le secteur du transport. Et ce, suite à la rencontre avec le Premier ministre, Abbas El Fassi. Tout cela pour arriver à ça. Tandis que les grévistes ont insisté sur le retrait pur et simple du projet de loi et non pas sur la modification de certaines dispositions et que certains sont allés jusqu'à accuser Karim Ghellab d'être «déconnecté» de la vie réelle, les interrogations quant aux fondements du mouvement des neuf deniers jours persistent. Selon la version officielle, ce texte n'est pas uniquement orienté vers le volet répressif. Pourquoi les revendications ont-elles particulièrement souligné cet aspect de la question ? L'esprit du texte a été occulté. D'autant plus que c'est l'ensemble de la population des conducteurs qui sera soumis à la même procédure. «Faute d'encadrement syndical, ils n'ont pas poussé leur mécontentement jusqu'à la prise de position. Cela ne signifie pas que nous adhérons au texte». C'est ce genre de réflexion que lance le conducteur lambda. Du coté du ministère, on rétorque que : «les amendes sont préventives, la transparence du contrôle poussera au respect» (voir encadré). Alors que l'on pose le débat en termes de réforme globale qui touche le système des transports routiers. Et que le code élaboré s'est donné pour mission de pallier aux carences ayant des conséquences lourdes sur la sécurité, le raisonnement devient autre. Il faut dire que les accidents de la route représentent une hémorragie financière de l'ordre de 11 milliards de DH. Et que cela se traduit par 2,5 points de PIB.
Toute la filière concernée
Une telle amputation mérite vraiment de communiquer. D'ailleurs, les dispositions apportées par le texte que Ghalleb présente comme des corrections concernent toute la filière : des chauffeurs aux véhicules en passant par les auto-écoles, les centres de visites techniques… D'ailleurs, personne n'a crié au scandale lorsque la formule des nouveaux centres de visites techniques a été mise en place. Bien au contraire, cela n'a été que gain pour les usagers. Encore plus pour ceux qui clament qu'avant de mettre en place un code de la route, il vaudrait mieux mettre à niveau les routes, il est avancé auprès du ministère que «la politique d'infrastructure routière n'a son pareil nulle part dans le monde». Toutefois, lorsque l'on tente de quantifier la mise en application de ce nouveau dispositif en termes de gains financiers, les choses ne sont pas aisées. Les chiffres sur ce que gagne le Maroc, sur les études ou les prévisions réalisées par les départements concernés, ne sont pas disponibles. De même source, la réponse est claire : «il n'y a pas à faire d'études. L'ambition est de lutter contre l'impunité». Et d'ajouter que « le nouveau code de la route, c'est mettre de l'ordre dans beaucoup de secteurs ». Suivons ce raisonnement. Des résultats, c'est d'abord tous les citoyens qui en récolteront les fruits. Ensuite, si nous parlions de formation continue des professionnels de la conduite : « un investissement en termes d'établissement de formation où le besoin est réel. L'OFPTT n'arrive pas à lui seul à faire face à la demande. D'ailleurs, le seul simulateur qui existe, c'est le ministère qui l'a acheté», souligne-t-on auprès du ministère de tutelle. De plus, à travers ce code signe la reconnaissance au sens juridique du terme de la profession de chauffeur. «La tendance du marché de l'emploi s'orientera vers l'embauche et non pas vers le travail journalier». A ceux qui pensent que les amendes collectées serviront à renflouer les caisses de l'Etat, le ministère donne une réponse sans équivoque. «Ce n'est pas l'objectif. Il s'agit surtout de gagner quelques points en termes de PIB». Eradiquer l'informel qui touche la profession de chauffeurs qui ne sont, à l'heure actuelle, ni considérés comme des professionnels ni comme des artisans. L'esprit du texte peut même contribuer à résoudre le problème d'engorgement des grandes villes du pays. Alors terminée l'ère des «âatacha» ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.